logo academy

La blockchain et Internet : histoires d’innovation

21 mai, 2020
9 min
La blockchain et Internet : histoires d’innovation
débutant
Tu apprendras

    Un réseau peer-to-peer basé sur Internet comme la blockchain permet d’innover dans les transactions financières, en incorporant les contrats dans un code numérique et en fournissant un échange immédiat d’informations, sans avoir besoin d’intermédiaires.

    Introduction à la blockchain

    Notre système économique, juridique et politique est défini par les structures données par les contrats, les transactions et leur enregistrement. Ces éléments régulent les relations entre les individus, les organisations et les nations en garantissant la sécurité, l’ordre et la fonctionnalité au sein de la société et ils régissent ses relations avec le monde extérieur.

    Dans la plupart des pays développés, des outils aussi importants s’avèrent être très en retard par rapport au progrès technologique. Cela crée des ralentissements dans le système et sape la sécurité et l’ordre, qui sont les fins mêmes de la bureaucratie.

    Voilà à quoi sert, et à quoi servira la blockchain. Une innovation technologique pourrait résoudre ce problème. Il s’agit de la technologie à la base du bitcoin et d’autres cryptomonnaies, et c’est comme un grand livre public et distribué qui peut enregistrer les transactions entre deux parties de manière efficace, vérifiable et permanente.

    La blockchain est un grand livre public et distribué, qui enregistre les transactions de manière vérifiable et permanente.

    Avec la blockchain, nous pouvons imaginer un monde où les contrats sont intégrés dans un code numérique et stockés dans des bases de données transparentes et partagées, protégées contre la suppression, la falsification et la révision. Dans ce monde, chaque contrat, chaque processus, chaque activité et chaque paiement aurait un enregistrement et une signature numériques qui pourraient être identifiés, validés, stockés et partagés. Les intermédiaires tels que les avocats, les courtiers et les banquiers pourraient ne plus être nécessaires. Les individus, les organisations, les machines et les algorithmes pourraient fonctionner librement et interagir entre eux sans problèmes. C’est l’avenir potentiel de la blockchain.

    Ce potentiel, cependant, doit être envisagé dans une perspective à long terme. Comme il s’agit d’une technologie qui peut changer les fondements du système, cela ne peut pas se faire du jour au lendemain, ni même d’une année sur l’autre. Pour pénétrer l’infrastructure économique, juridique et même sociale, le changement doit intervenir très progressivement. Comme Internet, la blockchain est une « disruptive innovation », c’est-à-dire une innovation de rupture qui crée un nouveau marché et qui rend les institutions préexistantes progressivement obsolètes.

    Memo

    L’architecture de la blockchain offre une nouvelle façon d’organiser le monde exactement comme l’a fait Internet, où l’accès à la communication et à l’interaction est accessible à tous, dans un système qui nous relie tous sur un pied d’égalité.

    L’heure de l’innovation pour la blockchain

    En tant qu’innovation, la blockchain a de nombreux points communs avec Internet, et pour mieux comprendre à quoi elle pourra servir, il est possible justement de la comparer avec le changement survenu dans les années 90.

    Internet est basé sur un protocole appelé TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol). En réalité, ce protocole est né en 1972 et n’avait à l’époque qu’une seule application : permettre la télécommunication entre les chercheurs ARPAnet du ministère américain de la Défense, à travers une forme primordiale de courrier électronique.

    Au cours des années 1980, de plus en plus d’entreprises comme NeXT, Hewlett-Packard et Silicon Graphics ont adapté ce protocole pour créer des réseaux locaux à usage privé.

    Ce n’est qu’au milieu des années 1990 que le World Wide Web, un ensemble d’« interconnected networks » (Internet) ouverts à tous, s’est diffusé sur la base du TCP/IP. Si l’on pense qu’il s’est écoulé au moins 30 ans entre le protocole de base et Internet tel que nous le connaissons, combien de temps faudra-t-il pour obtenir une adoption généralisée de la blockchain ?

    La Blockchain – un réseau peer-to-peer basé sur Internet – a été introduite en octobre 2008 dans le cadre de la proposition de Bitcoin, un système de monnaie virtuelle qui ne nécessite pas d’autorité centrale pour créer de la monnaie, transférer la propriété et confirmer les transactions. Bitcoin est la première application de la technologie blockchain.

    Avant 2008, la blockchain n’existait que sous forme de prototype, elle n’a été officialisée il y a seulement 17 ans, en 1991. Comme pour la naissance d’Internet, on parle donc de décennies. Le pas en avant réalisé de 2008 à 2022 est essentiellement celui de créer différentes blockchains avec des règles, des fonctionnalités et des applications différentes : c’est l’époque de l’expérimentation. Pour l’adoption de la Blockchain dans le système, il faudra au moins une décennie supplémentaire.

    La value proposition d’une innovation

    Tout comme le système de messagerie bilatéral sur lequel est basé le courrier électronique, la blockchain du bitcoin permet de réaliser des transactions financières bilatérales. Le développement et la maintenance de la blockchain sont ouverts, distribués et partagés, tout comme le TCP/IP. Une équipe de bénévoles à travers le monde s’occupe de la maintenance du logiciel de base. Tout comme le courrier électronique, le bitcoin s’est fait connaître pour la première fois par une communauté enthousiaste mais relativement petite.

    Le développement et la maintenance des blockchains sont ouverts à tous : une équipe de bénévoles à travers le monde s’occupe de la maintenance du logiciel de base.

    La value proposition de TCP/IP était de réduire considérablement le coût des communications. Ce faisant, elle a débloqué une nouvelle valeur financière. De même, la blockchain pourrait réduire considérablement le coût des transactions et pourrait devenir le système d’enregistrement de toutes les transactions. Si cela se produit, l’économie subira à nouveau un changement radical au fur et à mesure que de nouvelles sources d’influence et de contrôle basées sur la blockchain feront leur apparition.

    Par exemple, une transaction boursière typique peut être exécutée en quelques microsecondes, souvent sans intervention humaine. Cependant, la confirmation – le transfert de propriété du titre – peut prendre jusqu’à une semaine.

    Cela se produit parce que les parties n’ont pas accès à leurs registres comptables respectifs et ne peuvent pas vérifier de manière indépendante si les actifs sont réellement détenus et peuvent être transférés. Cette vérification est effectuée par une série d’intermédiaires qui se portent garants des actifs car l’enregistrement de la transaction passe par les différents organismes préposés et les registres sont mis à jour par chacun d’eux.

    Dans un système basé sur la blockchain, le grand livre est répliqué sur un grand nombre de bases de données identiques, chacune d’elles étant dénommée un nœud. Lorsque les modifications sont insérées dans une copie, toutes les autres copies sont mises à jour en même temps. De cette façon, lorsque des transactions se réalisent, les enregistrements de la valeur et des actifs négociés sont inscrits de manière permanente dans tous les grands livres. Il n’est pas nécessaire que les intermédiaires tiers vérifient ou transfèrent la propriété. Si une transaction d’actions intervenait sur un système blockchain, elle serait réglée en quelques secondes, de manière sécurisée et vérifiable.

    L’adoption future de la technologie blockchain 

    L’évolution d’une technologie de rupture comme celle-ci dépend de deux facteurs : son degré de nouveauté et son niveau de complexité. En plaçant ces éléments comme barrières principales, le modèle évolutif que nous offre l’histoire d’Internet pourrait – à l’avenir – s’adapter à l’évolution de la blockchain en 3 phases :

    1 – L’usage unique 

    Le courriel a été initialement adopté comme une alternative financière aux appels téléphoniques, aux fax et au courrier épistolaire. Il s’agissait d’une application à usage unique du protocole TCP/IP (même si sa valeur a augmenté avec le nombre d’utilisateurs). Bitcoin a commencé de la même manière. L’avantage du bitcoin, quand son prix était encore très bas, était d’être un moyen de paiement alternatif (un peu comme un courriel complexe qui transfère non seulement des informations mais également une valeur financière).

    2 – La localisation

    Le deuxième cas, plus complexe, d’adoption à l’avenir se situe au niveau local. Si la blockchain suit le chemin emprunté par les technologies de réseau, on peut s’attendre à ce que les innovations de la blockchain concernent la création de réseaux privés locaux sur lesquels plusieurs organisations sont connectées à travers un registre distribué. Une grande partie du développement initial basé sur des blockchains privées a lieu dans le secteur des services financiers, souvent au sein de petits réseaux d’entreprise, de sorte que les exigences de coordination sont relativement modestes. Diem, la cryptomonnaie de Facebook, en est un exemple.

    3 – Le remplacement

    La troisième phase d’adoption vise à remplacer les façons de faire des affaires. Cela implique, toutefois, une confrontation avec de fortes barrières à leur l’adoption. Non seulement cela nécessite une plus grande coordination, mais les processus à remplacer sont susceptibles d’être profondément enracinés au sein des organisations et des institutions.

    Un exemple d’application de substitution est la cryptomonnaie, un nouveau système de monnaie et de circulation d’argent qui pourrait, hypothétiquement, remplacer le système actuel. L’aspect le plus important est qu’une cryptomonnaie exige que chaque partie effectuant des transactions monétaires l’adopte, défiant ainsi les gouvernements et les institutions qui gèrent et supervisent depuis longtemps de telles transactions. Les consommateurs doivent également changer leur comportement et comprendre comment mettre en œuvre la nouvelle capacité fonctionnelle de la cryptomonnaie. Avec cet exemple déjà concret, il est facile de comprendre combien de temps et de changements sont nécessaires pour l’adoption de remplacement.

    Conclusion

    En plus de fournir un bon modèle pour l’adoption de la blockchain, TCP/IP a créé un terrain fertile pour qu’elle naisse et grandisse avec de potentielles applications. Le TCP/IP est devenu omniprésent et les applications blockchain ont été construites sur la base des données numériques, de la communication et de l’infrastructure de calcul que TCP/IP lui-même a permis, ce qui abaisse le coût de l’expérimentation et permet l’émergence rapide de nouveaux cas d’utilisation de la blockchain.

    En rapport