logo academy

CBDC et cryptomonnaies : la course à la monnaie numérique

15 septembre, 2021

9 min

CBDC et cryptomonnaies : la course à la monnaie numérique
débutant

Les Central Bank Digital Currency (CBDC) sont des monnaies numériques émises par une banque centrale. Ce terme est utilisé pour désigner la version numérique des monnaies fiduciaires ayant cours légal. Découvrons ensemble ce que sont les CBDC et quelle est la différence avec les cryptomonnaies. 

La différence entre CBDC et crypto-monnaies

la fleur d'argent

Comme l’illustre clairement la fleur de l’argent, la principale différence réside dans le fait que les CBDC sont émises par une banque centrale, mais que ces dernières, tout comme les cryptomonnaies, peuvent être de peer-to-peer et/ou largement accessibles en fonction de l’infrastructure sur laquelle elles reposent.

La CBDC est un type de monnaie ouvertement inspiré du Bitcoin, mais aux antipodes d’une cryptomonnaie en termes éthiques.

Tout d’abord, les cryptomonnaies sont généralement décentralisées, ou penchent vers la décentralisation. Les CBDC sont plutôt entre les mains d’un gouvernement qui peut émettre de la nouvelle monnaie à tout moment et qui décide du mode de circulation de celle-ci.

Beaucoup se demandent si les CBDC constituent une menace pour les cryptomonnaies. Précisément parce qu’elles ont deux objectifs et systèmes très différents, elles ne sont pas concurrentes. Les acteurs à risque, en fonction de l’évolution de la situation, seront probablement les banques commerciales et les stablecoins centralisés.

L’intérêt des banques centrales

Au moins 40 gouvernements dans le monde travaillent à la recherche ou à la mise en œuvre d’une technologie prenant en charge cette monnaie.

CBDC et cryptomonnaies : la course à la monnaie numérique

L’avancée de la Chine en particulier a incité les principales banques centrales à s’intéresser à la question afin de ne pas prendre davantage de retard. 

La pandémie a également mis en évidence la nécessité de numériser la monnaie, ainsi que la croissance du secteur des paiements numériques, qui répond à une demande importante du marché. Dans certaines parties du monde, cependant, ce besoin était déjà présent pour des raisons plus urgentes, comme on le sait dans le monde des cryptomonnaies.

Pour de nombreuses personnes, les services bancaires  sont peu accessibles, tant sur le plan géographique qu’en termes de coût. Construire un système entièrement numérique accessible simplement via Internet permettrait à des millions de personnes de recevoir plus facilement de l’aide et de participer à l’économie mondiale.

L’objectif communiqué par les banques centrales est de disposer d’un système sans risque et sans coût, pour une totale inclusion.

D’autre part, il s’agit aussi de protéger la souveraineté monétaire des États contre d’éventuels monopoles privés, comme le Diem de Facebook, ou contre l’ingérence d’autres puissances comme la Chine. 

En collaboration avec des banques du monde entier, la Banque des règlements internationaux (BRI), dont le siège est en Suisse, a établi trois principes clés que doit respecter une CBDC :

  • Coexistence avec les monnaies fiat et les « autres types de monnaie » ;
  • Soutenir la stabilité monétaire et financière ;
  • Promotion de l’innovation et de l’efficacité.

Où en sommes-nous ?

Chine

La Chine a déjà émis environ 40 millions de dollars en e-CNY, l’équivalent numérique du Yuan, qu’elle a testé dans certaines métropoles.

En Chine, la Banque populaire de Chine émet la CBDC, qui n’est distribuée que par les banques commerciales. En effet, la BPC contrôle et gère l’e-CNY à toutes les étapes de son parcours et suit les transactions de chaque portefeuille numérique.

En Chine, l’e-CNY ne remplace pas le Yuan physique, mais l’accompagne, et est conçu pour un usage interne et domestique. Il s’agit donc d’un type de CBDC qui se définit comme « retail » (au détail).

Il existe également la possibilité de créer une CBDC « wholesale » (de gros), c’est-à-dire destinée aux transactions interbancaires, institutionnelles et internationales. 

En septembre 2021, le président de la banque chinoise a annoncé que l’utilisation de la blockchain ou de la DLT est en cours d’évaluation pour certaines applications du Yuan numérique, soulignant du même coup certaines lacunes, en premier lieu l’évolutivité.

DLT

Les technologies de registre distribué (Distributed ledger technology, DLT) sont des technologies basées sur un registre distribué. Cela signifie que les informations numériques sont synchronisées et distribuées sur un grand réseau sans gestion centralisée. Tous les nœuds du réseau ont la même copie de la base de données. Une fois que les transactions de tout type de données sont enregistrées, elles sont immuables. La blockchain est l’exemple le plus avancé et le plus répandu de DLT, mais plusieurs technologies sont en cours de développement.

Europe

Après une phase d’expérimentation technique, l’Union européenne a entamé la phase d’investigation sur les modalités de mise en place d’une CBDC de l’Euro, qui durera 2 ans (jusqu’en juillet 2023).

La France a testé des transactions interbancaires et sur le marché secondaire à l’aide d’une blockchain privée et expérimente des transactions CBDC de gros avec la Banque nationale suisse.

La Suède est dans la première phase de test de son e-Krona, CBDC basée sur la DLT, c’est-à-dire sur un réseau décentralisé. Cependant, il s’agit d’un réseau privé, dont la banque suédoise (Riksbank) agit en tant que propriétaire et décide qui peut y participer.

Le Royaume-Uni ne se tient pas à l’écart de l’équation, et bien qu’il en soit à ses balbutiements, il a fait un travail décent au niveau de la communication.

Comment cela fonctionnera ?

La réponse est toujours en attente, mais elle peut être déclinée en une série de questions qui illustrent à quel point le sujet est vaste.

  • Simplicité, mais centralisation et moins de confidentialité

Si la Chine a choisi de donner un contrôle total à la Banque centrale, un scénario impliquant des intermédiaires de paiement ou des banques commerciales avec un contrôle partiel est également possible. 

En l’état actuel des choses, moins la Banque centrale a de contrôle, plus le système sera complexe. Par conséquent, les problèmes techniques à rencontrer seront plus importants et la facilité d’utilisation sera entravée.

  • DLT ou infrastructure bancaire traditionnelle ?

La Bank of England a énuméré les avantages d’une CBDC basée sur DLT :

  1. Résilience : haute disponibilité et garantie de la monnaie numérique bâtie sur un grand livre public ;
  2. Programmabilité : l’utilisation de smart contracts et de tokens rend la monnaie programmable ;
  3. Accès : la blockchain permet à un plus grand nombre d’individus d’accéder à des données partagées de manière sécurisée ;
  4. Cryptographie : la cryptographie par clé publique pourrait aider à vérifier automatiquement que la partie qui envoie une transaction est autorisée à le faire.

La plupart des banques qui expérimentent cette pièce ont fait le choix d’une blockchain privée, dite « permissioned », dont le principal défaut est qu’une attaque sur un seul participant pourrait endommager l’ensemble du réseau. Pour cela, les banques centrales pourraient envisager une solution semi-permissioned ou distribuée.

Cependant, comme l’a souligné le président de la BPC, la technologie DLT et blockchain a encore de nombreuses faiblesses à corriger.

  • Système basé sur un token ou un compte ?

Une monnaie numérique peut circuler dans un système basé sur des tokens ou sur des comptes. Un système basé sur un compte valide les transactions en vérifiant l’identité du titulaire du compte, tandis qu’un système basé sur un token vérifie l’authenticité de l’objet utilisé pour payer.

Lorsque je paie avec des factures dans un magasin, je suis dans un système basé sur des tokens, où mon identité n’a pas d’importance.

Cependant, lorsque je paie dans un e-commerce avec mon compte courant, je dois certifier que j’effectue le paiement. 

Le Bitcoin, c’est les deux à la fois : il est basé sur un compte car il certifie la propriété du portefeuille avec la clé privée, mais il est également basé sur des tokens, car la blockchain valide l’authenticité des Bitcoins.

Le choix que les banques devront faire à cet égard implique donc la question de la confidentialité et de la sécurité, mais le monde des cryptomonnaies nous montre qu’il existe de nombreuses formules hybrides possibles.

pyramid cbdc

Les paiements hors ligne seront-ils possibles ?

C’est une autre question en suspens. Refuser les paiements hors ligne serait contre-productif en termes d’inclusivité

Il n’existe actuellement aucune solution pour les paiements à distance, cependant Visa a récemment proposé une méthode privée pour les paiements peer-to-peer, c’est-à-dire de personne à personne, qui serait basée sur NFC ou bluetooth.

Qu’est-ce que l’introduction de la CBDC changerait ?

Cela dépend des choix technologiques que chaque gouvernement fera à ce sujet. Comme le degré de contrôle que la Banque centrale aura, le type d’infrastructure qui sera utilisé et tout ce que nous avons énuméré dans le paragraphe « Comment cela fonctionnera ». 

Les banques centrales n’impriment actuellement pas de billets de banque, en règle générale, mais agissent uniquement en tant que médiateurs pour les banques commerciales. Ces dernières s’occupent de l’émission d’espèces à la fois sous forme de dépôts et de papier-monnaie.

La centralisation du pouvoir dans les mains des banques centrales semble être un risque réel, car elle permettrait une mise en œuvre plus facile et plus rapide de ce nouveau système. 

Là encore, tout dépend de la manière dont les gouvernements aborderont le projet : investissement pour une amélioration à long terme ou bénéfices immédiats.

En rapport