logo academy

L’offre et la demande : comprendre le marché

5 octobre, 2022

10 min

L’offre et la demande : comprendre le marché
débutant

La loi de l’offre et de la demande fournit une explication élémentaire mais efficace de la dynamique du marché. Nous découvrons ce que sont loffre et la demande, leurs facteurs d’influence et les caractéristiques de leurs courbes respectives dans les graphiques de prix. Comment ces deux forces économiques parviennent-elles à l’équilibre ?

La loi de l’offre et de la demande

Le marché est le lieu où les acheteurs et les vendeurs se rencontrent pour échanger des biens et des services, volontairement et pour le bénéfice commun. Imagine que tu veux acheter une glace : ton intérêt est de satisfaire ta faim et tu choisis donc librement de payer 3€ pour un cône. Le marchand de glaces a le produit que tu cherches, il est donc prêt à te le servir en échange d’argent.

Cette situation est une explication simple du mécanisme de l’offre et de la demande. C’est un échange de valeur entre un acheteur et un vendeur qui, pour avoir lieu, doit satisfaire les deux parties. Imagine que tu ne veux pas payer plus de 2€ pour ta glace, mais que le marchand de glaces a fixé le prix à 5€. Vous devez tous deux ajuster vos choix pour un bénéfice mutuel. Ce compromis est représenté par le prix d’équilibre, c’est-à-dire l’intersection des courbes du graphique de l’offre et de la demande.

Graphique de l'offre et de la demande

La rencontre des courbes d’offre et de demande permet de déterminer le prix d’équilibre de manière automatique et efficace : les acheteurs et les vendeurs ne doivent pas marchander à chaque échange car l’accord a déjà été trouvé globalement par le marché. En fait, le marché prend déjà en compte les différents facteurs influençant l’offre et la demande afin de les mettre en équilibre

Tout d’abord, le marché se charge de la répartition des ressources : si un bien est très demandé mais rare, les consommateurs seront prêts à payer plus pour l’obtenir. Les entreprises seront donc incitées à produire davantage de biens de ce type. Cela ramènera l’offre au même niveau que la demande et le prix s’ajuste en conséquence. À l’inverse, les biens produits en quantités excessives auront un prix plus bas sur le marché, car ils n’épuisent pas la demande. Les entreprises diminueront donc la production de ce bien, en raison des faibles bénéfices, et cela équilibrera toujours l’offre et la demande.

Une forme synthétique de la loi de l’offre et de la demande pourrait être : Plus la demande est forte, plus le prix est élevé, plus l’offre est importante, plus le prix est bas. Par contre, le marché tend toujours vers l’équilibre, en équilibrant les quantités et en ajustant les prix.

La disponibilité des produits n’est toutefois pas le seul facteur pris en compte par le marché pour gérer ses deux forces fondamentales. Approfondissons ce que sont l’offre et la demande en découvrant leurs caractéristiques et leurs composantes individuelles.

La loi de la demande

La loi de la demande stipule que la demande d’un bien (ou d’un service) augmente lorsque son coût diminue, c’est-à-dire que la demande et le prix sont inversement proportionnels. La demande du marché (ou demande totale), en particulier, est la somme des demandes individuelles. En d’autres termes, la demande du marché est la quantité totale demandée pour un certain bien lorsque le prix change.

Le marché se compose de différents consommateurs, mais leur répartition ne dépend pas uniquement du prix. Il existe d’autres facteurs qui influencent la demande :

  • Le revenu des consommateurs – le prix d’un bien est évalué en fonction du capital dont les acheteurs disposent, en termes d’épargne et de revenu constant. La capacité de dépense influence à son tour la demande, car elle indique le montant que l’on est prêt à investir dans un achat.
  • Le coût de l’argent – comme nous l’avons expliqué lors de la discussion sur l’investissement et l’épargne, les taux d’intérêt et l’inflation affectent les prix, donc aussi le pouvoir d’achat et la demande.
  • Les préférences des consommateurs – les produits ne sont pas tous identiques, même s’ils sont du même type. La composante psychologique l’emporte souvent sur la rationalité dans les achats, si bien que nous achetons simplement ce que nous “préférons”.
  • Les attentes subjectives des consommateurs – en prévision d’une future augmentation des prix, on achète une plus grande quantité d’un certain produit, dépassant ses besoins immédiats. Ce comportement peut être généré par des faits réels, comme la hausse de l’inflation, ou par un biais psychologique : le sentiment d’urgence est déterminant dans la finance comportementale.
  • Prix des biens complémentaires et des substituts – certains biens peuvent être remplacés lorsque leur prix augmente, car il existe des substituts. Le beurre, par exemple, peut être remplacé par la margarine, car ils satisfont le même besoin. Les biens complémentaires, en revanche, travaillent ensemble pour répondre à un certain besoin ; cela signifie qu’une augmentation du prix de l’essence pourrait réduire la demande de voitures, par exemple.

Ces facteurs déterminent la forme de la courbe de demande, c’est-à-dire la fonction qui explique comment le nombre de biens demandés évolue en fonction du prix. En particulier, l’élasticité de la demande par rapport au prix est évaluée, un indice qui mesure la “sensibilité” de la demande aux changements de prix. L’élasticité est utilisée, par exemple, pour comprendre comment les consommateurs réagissent lorsque le prix d’un bien augmente alors que les autres facteurs énumérés ci-dessus restent inchangés : de combien et de quelle ampleur leur demande va-t-elle changer ?

L’élasticité de la demande

Dans les formules, elle est désignée par la lettre “e” et peut prendre toute valeur numérique positive. Cependant, pour chaque catégorie de biens, l’élasticité de la demande se comporte différemment. La demande de biens essentiels est rigide, car elle reste constante quel que soit le prix. La demande de produits de luxe, en revanche, est élastique, car ils sont facilement substituables . Une petite augmentation du prix fait fortement baisser la demande, car elle est transférée vers des biens de substitution.

La demande présente toutefois d’autres caractéristiques que l’élasticité, comme la concentration : lorsqu’il n’y a qu’un seul acheteur, on parle de monopsone, s’il n’y a que quelques acheteurs, on est en oligopsone ; en revanche, la demande est dite pulvérisée lorsque le marché est composé de nombreux consommateurs.

Enfin, la courbe de demande a généralement une pente négative, car lorsque le prix augmente, la demande diminue, sauf pour les “biens de Giffen“.

Paradoxe de Giffen

Les biens de Giffen ne respectent pas la loi de la demande, car dans ce cas, elle augmente lorsque le prix augmente. Le paradoxe de Giffen concerne les biens dits “inférieurs” (ou de première nécessité). C’est le cas du pain, ou des pommes de terre dans l’Irlande en proie à la famine (1845), dont l’augmentation du prix entraîne le renoncement à des biens ordinaires (comme la viande), qui sont remplacés par une consommation accrue de pain.

La loi de l’offre

La loi de l’offre, par opposition à la demande, démontre une proportionnalité directe entre le prix d’un bien et la quantité offerte. C’est logique car les producteurs sont d’autant plus disposés à vendre leurs produits que leur prix augmente. L’intérêt des vendeurs est en effet la maximisation du profit. Le raisonnement semble simple : plus on produit de biens, plus le profit potentiel est élevé, mais d’autres facteurs influencent également l’offre :

  • Le processus de production des biens – la quantité de l’offre dépend étroitement du processus de création des biens ; en particulier, des opérations liées à la chaîne d’approvisionnement. L’achat et l’approvisionnement en matières premières, l’entretien des machines et les salaires des travailleurs, le transport et la distribution peuvent tous avoir une influence sur l’offre. Toutefois, cela ne se limite pas à un facteur de coût. Un exemple : la pandémie a provoqué une pénurie de puces électroniques, de sorte que la disponibilité des appareils électroniques a diminué.
  • Innovation technologique: de meilleures machines réduisent les coûts et augmentent les biens produits. L’offre est donc doublement stimulée par l’innovation technologique, tout comme les bénéfices et les performances globales s’améliorent. Toutefois, une certaine dépense initiale en recherche et développement est nécessaire.
  • Politiques gouvernementales : l’État pourrait donner aux entreprises des incitations à l’innovation technologique, ou favoriser l’offre par des choix nationaux. Par exemple, en supprimant les droits à l’exportation afin d’ouvrir de nouveaux marchés aux produits.

La courbe d’offre a une tendance croissante par rapport au prix, mais sa forme, comme dans le cas de la demande, est déterminée par son élasticité. Ce facteur dépend de la disponibilité de ressources de substitution pour la production de biens et, surtout, de la période considérée. A court terme, l’offre est rigide, c’est-à-dire qu’elle ne réagit pas aux variations du prix du marché, car il est difficile de modifier brutalement les volumes de production. Elle sera donc plus élastique au fil du temps.

Marché du travail

Le travail est un bien atypique, car il est offert par les travailleurs et demandé par les entreprises. En outre, la caractérisation sociale du “produit” qu’est travail influence la logique purement économique de son marché. La demande et l’offre de travail varient en fonction des salaires, un indicateur de “prix” spécifique. Cela détermine le degré d’embauche.

L’offre a également des caractéristiques différentes selon le nombre de vendeurs : si le bien n’est disponible qu’auprès d’un seul producteur, on parle de monopole, lorsqu’il y a un nombre de vendeurs mais seulement quelques-uns, on parle d’oligopole. Enfin, un marché composé de nombreuses sources d’approvisionnement est en état de concurrence parfaite : les vendeurs individuels ne sont pas en mesure de déterminer unilatéralement le prix du produit ou du service.

En général, maintenant que nous savons ce que sont l’offre et la demande, nous pouvons dire que précisément aucun acteur économique (acheteur ou vendeur) ne peut décider à la fois du montant de la demande ou de l’offre et de son prix, car l’une des deux valeurs sera déterminée par le marché dans son ensemble.

L’explication de la loi de l’offre et de la demande nous donne l’occasion de regarder la machine économique d’en haut, d’un point de vue impartial. L’économie apparaît ainsi comme un système dominé par des lois quasi-physiques, mais n’oublions pas que le marché est toujours composé de sujets humains et animé par leurs comportements complexes. 

En rapport