logo academy

Bitcoin : ce qui change avec la mise à jour Taproot

18 novembre, 2021
7 min
Bitcoin : ce qui change avec la mise à jour Taproot
débutant
Tu apprendras

    Taproot est une mise à jour du protocole Bitcoin. Découvrons ce qui a changé dans la plus ancienne blockchain du monde.

    Le 14 novembre 2021 a eu lieu la mise à jour Taproot de la blockchain Bitcoin. 

    Tout part de la publication de 3 propositions par certains développeurs de Bitcoin au début de l’année 2021. Elles sont appelées « Bitcoin Improvement Proposal » (BIP) sur Bitcoin.

    Ne rencontrant aucune opposition, le processus de mise en œuvre de la proposition a eu lieu.

    Ainsi, en mai, les mineurs et les mining pools ont progressivement commencé à « signaler » leur adhésion à la mise à jour avec une transaction sur la blockchain. La situation était la suivante :

    bitcoin taproot

    Le 14 novembre, les blocs dans l’image étaient presque tous verts, ce qui signifiait que ces rapports avaient atteint la hauteur des 90 %, permettant ainsi d’activer la nouvelle version du protocole. 

    Il s’agit de la deuxième mise à jour de l’histoire du Bitcoin, suivant celle d’août 2017, lorsque le Lighting Network et le Segregated Witness (SegWit) ont été mis en œuvre.

    SegWit, en particulier, avait donné un petit coup de pouce à l’évolutivité en augmentant la taille maximale des blocs de 1 Mo à 4 Mo.

    Ce changement a également été appliqué via un soft fork de la blockchain.

    Contrairement à un hard fork, il s’agit d’une mise à jour de la blockchain qui ne nécessite pas de changement fondamental de sa structure.

    De plus, l’application d’un soft fork ne requiert pas l’unanimité, mais seulement une majorité de votes positifs, afin d’éviter la division de la communauté.

    Pour la même raison, le nouveau protocole est compatible avec le précédent, donc même les nœuds qui sont restés dans l’ancienne version peuvent valider les nouveaux blocs, mais sans enfreindre les nouvelles règles. Cependant, la mise à jour est généralement avantageuse pour les nœuds.

    Le soft fork a permis la mise en place de 3 fonctions principales, dont une pour BIP :

    Merkelized Abstract Syntax Tree (MAST), les signatures de Schnorr et Tapscript.

    Pour comprendre leur effet, commençons par le fonctionnement de base des transactions Bitcoin.

    Comment fonctionnent les transactions Bitcoin

    Dans les transactions Bitcoin, il est possible de spécifier comment et quand les BTC peuvent être dépensés. Ces conditions sont écrites en code et enregistrées sur la blockchain.

    Certaines conditions souvent utilisées sont :

    • La demande de signature, c’est-à-dire l’utilisation de la clé privée pour prouver la propriété des monnaies.
    • Le timelock, qui permet l’utilisation des monnaies seulement après une certaine date ou hauteur de bloc.
    • Multisig, qui nécessite la signature d’un certain nombre de clés privées.

    Ces spécifications peuvent être combinées entre elles pour créer des smart contracts plus complexes.

    Lorsque les monnaies sont dépensées, l’intégralité du script est publiée sur la blockchain contenant les conditions possibles, et bien sûr aussi celles qui ont provoqué l’exécution effective de la transaction.

    Bien que ces informations puissent intéresser certains développeurs, elles présentent plusieurs inconvénients :

    1. Elles n’ont pas forcément d’utilité réele.
    2. Elles entravent les performances du réseau, car ces données, toutes additionnées, pèsent sur la mémoire de la blockchain et augmentent les frais de transaction.

    Ces coûts découragent à leur tour le développement de smart contracts complexes.

    1. La confidentialité peut être compromise si les types de portefeuilles impliqués et les adresses ou soldes de portefeuille sont spécifiés dans le script public.

    Les effets de Taproot sur Bitcoin

    Voyons comment les 3 BIP résolvent ces problèmes de confidentialité et d’évolutivité.

    MAST : moins de données

    MAST (Merkelized Abstract Syntax Tree) garantit que seules les conditions d’exécution des transactions complexes sont enregistrées, c’est-à-dire celles qui concernent réellement ceux qui consultent la blockchain.

    Prenons un exemple. 

    Les conditions de départ possibles sont :

    Alice peut recevoir 0,05 BTC « uniquement après le minage du 800 000ème bloc » ou « uniquement si Alice et Marc signent ».

    La condition qui se produit est :

    « Alice attend le 800 000ème bloc ».

    Maintenant, Alice a reçu 0,05 BTC et, dans la transaction qui enregistre ce nouveau solde, il sera seulement écrit que le bloc 800 000ème a été miné grâce à MAST.

    Schnorr : signatures codées

    Les signatures Schnorr, en revanche, permettent de simplifier la manière dont les transactions multisig (mentionnées ci-dessus) apparaissent. En pratique, sur l’explorateur blockchain on verra une transaction de l’adresse A vers l’adresse B, comme s’il s’agissait d’un simple envoi entre deux utilisateurs.

    Cette fonction peut non seulement potentiellement « déguiser » les clés d’un portefeuille, rendant la clé publique méconnaissable, mais elle est toujours efficace dans sa fonction de réception.

    Cette solution contribue ainsi à augmenter le niveau de confidentialité du registre décentralisé.

    Il convient toutefois de noter que le Bitcoin n’est pas devenu anonyme. Taproot donne la priorité à l’évolutivité et non à l’anonymat des transactions.

    En fait, il semble que beaucoup aient interprété les améliorations de Taproot comme une solution aux défauts de CoinJoin, alors qu’en réalité, elles n’y présentent aucun impact. CoinJoin est une fonctionnalité Bitcoin qui permet le mélange d’adresses afin de rendre les transactions privées. Cependant dans certains cas, l’utilisation de CJ est reconnaissable, ce que certains voudraient cacher.

    Tapscript : un nouveau langage

    Le langage de programmation de Bitcoin est le Script, et il est mis à jour avec Taproot : du code qui prend à juste titre le nom de Tapscript.

    Tapscript a pour double objectif de faciliter les nouvelles fonctionnalités et donc les prochaines mises à jour du protocole et de permettre la mise en place des signatures MAST et Schnorr.

    Fondamentalement, Tapscript est la première étape vers une DeFi sur Bitcoin.

    L’évolutivité de l’écosystème Bitcoin

    DeFi est construite sur la couche 2, ou blockchain de deuxième niveau, qui utilise le protocole de base d’Ethereum ou Bitcoin pour créer de nouveaux réseaux plus évolutifs pour des dapps encore plus complexes.

    L’un d’eux est le Lightning Network, qui permet l’exécution instantanée de transactions BTC en dehors de la blockchain.

    Les problèmes du Bitcoin, tels que la lenteur et la rigidité, ont alimenté le développement d’un marché de 2 000 milliards de dollars : tous les maux ne sont pas nuisibles.

    Avec la lenteur de ses pas de géant, ce n’est qu’en 2021 que la cryptomonnaie la plus importante de toutes trouve l’impulsion pour faire un deuxième pas vers le futur, vers la DeFi, en combinant Taproot avec l’adoption croissante du Lighting Network.

    En rapport