logo academy

Bitcoin : fake news et clichés

26 novembre, 2021
7 min
Bitcoin : fake news et clichés
débutant
Tu apprendras

    Le Bitcoin a longtemps servi de bouc émissaire pour tout ce qui se passe en ligne et dans la zone grise de la finance. C’est parce qu’il n’est pas compris comme une innovation, mais plutôt comme un mystérieux jeu de hackers.

    Réfutons un à un ces récits simplistes.

    Les cybercriminels et les cryptolockers n’ont pas besoin du Bitcoin

    L’un des mythes les plus importants et les plus répandus est que les hackers du monde entier, lorsqu’ils mènent leurs opérations de cybercriminalité, utilisent le Bitcoin comme moyen de paiement pour leur rançon. 

    L’opération classique est le cryptolocker, un type de virus informatique appelé « ransomware » qui crypte toutes les données sur l’ordinateur victime et le bloque complètement. Les criminels exigent alors le paiement d’une rançon pour déverrouiller l’ordinateur de la victime. On estime qu’environ 3 % des utilisateurs finissent par payer.

    Le premier ransomware a été découvert en 1989, avant même l’avènement du courrier électronique. Il se propageait par disquettes et la rançon était payée en dollars, en envoyant la somme à un bureau situé au Panama. 

    Les cryptolockers ne sont donc certainement pas une invention récente et ne sont pas étroitement liés au Bitcoin. S’ils sont utilisés comme moyen de paiement, cela est dû au fait que les autorités n’ont souvent pas encore les compétences nécessaires pour suivre les transactions sur la blockchain, et les criminels effectuent généralement plusieurs transactions pour compliquer le suivi

    Le Bitcoin n’est en fait qu’un pseudonyme, mais certaines monnaies sont totalement anonymes, comme Monero.

    share of illicit cryptocurrency volumes

    Le Bitcoin et la gaffe du journal Deutsche Welle

    Le journal allemand Deutsche Welle a publié en 2015 un scoop qui démontrait que les attentats terroristes avaient été financés avec du Bitcoin car on avait retrouvé des portefeuilles liés à l’État islamique. La vérité a rapidement éclaté et il a été prouvé qu’il n’y avait aucune corrélation entre les portefeuilles, les attaques terroristes et l’État islamique. Le journal et l’auteur de l’article se sont publiquement excusés sur twitter (le tweet a été supprimé), reprochant une erreur technique de la part de la rédaction qui a ajouté quelques termes ambigus, ceux-ci auraient donc été mal interprétés par les lecteurs et aussi par les autres médias qui ont repris la nouvelle.

    À ce jour, on ne peut pas prouver, mais on ne peut pas non plus exclure, qu’il puisse y avoir une corrélation entre le terrorisme et le Bitcoin. Ce qui est par contre absolument certain est le fait que le dollar est utilisé depuis des décennies pour financer ce type d’opération. 

    Dans un rapport, Europol eux-mêmes ont nié le financement de l’État islamique par le Bitcoin, il n’y a aucune preuve ou rapport de police.

    Le Bitcoin ne facilite pas le blanchiment d’argent

    Une autre idée reçue sur le Bitcoin, souvent alimentée par les banques centrales ou les institutions financières ayant des intérêts opposés à la décentralisation, est qu’il est utilisé pour le blanchiment ou l’auto-blanchiment d’argent.

    En supposant que toute technologie peut être utilisée correctement ou illicitement, cela n’affecte cependant pas la qualité de la technologie elle-même. Le Bitcoin est basé sur un registre distribué et immuable qui peut être librement consulté par n’importe qui, mais la seule façon de retracer l’identité réelle du détenteur des portefeuilles est de suivre l’adresse IP ou d’autres identifiants uniques de l’identité numérique.

    Ces caractéristiques rendent le Bitcoin extrêmement transparent pour les autorités. Ce n’est donc certainement pas l’outil idéal pour ceux qui pratiquent le blanchiment d’argent. Les monnaies fiduciaires sont bien mieux adaptées à cette fin car leur traçabilité est fortement obscurcie par les failles juridiques, les juridictions off-shore ou les prête-noms de toutes sortes (entreprises, particuliers, fondations et ONG). En fait, aujourd’hui, la quasi-totalité du blanchiment d’argent se fait par le biais de comptes bancaires ou de portefeuilles électroniques basés sur des monnaies fiduciaires.

    Le Bitcoin ne favorise pas l’évasion fiscale

    Parallèlement à l’idée reçue sur le blanchiment d’argent, il en existe aussi une autre liée à l’évasion fiscale. Certes, dans certains pays où la réglementation et les contrôles fiscaux sont médiocres, il est possible d’exploiter la blockchain à cette fin, mais c’est très compliqué et risqué.

    Lorsque nous parlons d’évasion, nous faisons généralement référence à l’impôt sur les gains en capital, c’est-à-dire l’impôt sur les plus-values provenant d’investissements financiers, mais nous faisons également référence à l’évasion de l’impôt sur les sociétés ou sur le revenu des personnes physiques. 

    Le fait est qu’à ce jour, pour échapper efficacement aux impôts, tu devrais pouvoir dépenser des Bitcoins pour des biens et services utilisés quotidiennement et cela est rare car encore peu d’entreprises acceptent les paiements dans cette monnaie. Dans tous les cas, même si un jour le Bitcoin devenait un moyen de paiement populaire et utilisé dans la vie de tous les jours, les transactions seraient toujours traçables par les institutions fiscales.

    L’argent liquide, en revanche, est beaucoup plus efficace car il offre un anonymat total des transactions et de la possession. En outre, et toujours à propos des paiements électroniques, il est plus commode (et les fraudeurs s’en servent souvent) d’exploiter des juridictions et des paradis fiscaux qui garantissent l’obscurcissement des informations liées à l’identité d’une personne afin de ne pas fournir d’informations utiles aux autorités fiscales pour traquer les fraudeurs.

    Le Bitcoin n’est pas un schéma de Ponzi

    L’un des mythes qui persiste depuis la naissance du Bitcoin est qu’il s’agit d’un schéma de Ponzi sophistiqué. 

    Un système de Ponzi a la caractéristique de n’avoir aucune valeur réelle à offrir, tout l’intérêt des investisseurs est basé sur le battage médiatique et la cupidité. De plus, pour éviter que le système ne s’effondre, ses créateurs utilisent une structure pyramidale d’investissement dans laquelle les nouveaux entrants dans le système paient une commission pour garantir les gains aux investisseurs précédemment entrés. 

    Le sommet de la pyramide représente les créateurs du schéma et la base de la pyramide représente toutes les personnes entrées en dernier. On n’investit donc pas dans une entreprise ou un instrument financier, mais on paye des escrocs.

    Pour le Bitcoin, ce n’est pas le cas. La blockchain du Bitcoin est une technologie de paiement, et sa cryptomonnaie est également utilisée par beaucoup comme valeur refuge. Sa proposition innovante, sa rareté et son adoption croissante également au niveau institutionnel justifient son prix de marché. 

    De plus, contrairement aux schémas de Ponzi, il n’y a aucune structure pyramidale car la cryptomonnaie est capable de se maintenir de manière indépendante et décentralisée. L’afflux exponentiel de personnes et de capitaux n’est pas nécessaire pour financer des complices et éviter l’effondrement du système.

    En rapport