logo academy

Dash, Monero et Zcash : des cryptomonnaies anonymes

29 octobre, 2021
7 min
Dash, Monero et Zcash : des cryptomonnaies anonymes
débutant
Tu apprendras

    Les cryptomonnaies anonymes telles que Monero, Zcash et Dash sont généralement appelées des « privacy coins » (monnaies confidentielles) et sont conçues pour rendre les transactions sur les blockchains 100 % anonymes. Comme toujours, les questions de confidentialité suscitent des débats et des controverses.

    Comment fonctionnent les cryptomonnaies anonymes

    Dash, Monero et Zcash sont des cryptomonnaies, dont l’objectif est de rendre les transactions anonymes et intraçables. Pour ce faire, elles masquent l’origine des transactions sur la blockchain, c’est-à-dire les adresses des portefeuilles.

    Généralement, les blockchains te permettent de consulter chaque transaction en cours via des explorateurs, des sites accessibles à tous. Les données visibles sur ces pages sont toutes constituées de chaînes de nombres et de chiffres : ce sont les adresses des portefeuilles.

    Tu ne verras jamais le nom et le prénom d’une personne inscrits sur la blockchain.

    Toutefois, si un particulier ou une entreprise divulgue l’adresse de son portefeuille, certaines personnes connaîtront l’origine ou la destination de diverses transactions. Pour cette raison, les blockchains publiques sont souvent décrites comme des pseudonymes.

    Outre les adresses, qui identifient les expéditeurs et les destinataires, il est bien sûr également possible de voir le montant, le statut de la transaction et les données historiques.

    Pour certaines personnes, ce pseudonyme ne suffit pas, soit parce qu’elles souhaitent simplement garder leurs transactions financières confidentielles pour des raisons de concurrence et de secret d’entreprise, soit par simple besoin de respect de la vie privée. 

    La question de l’anonymat sur la blockchain

    L’idée d’anonymiser les cryptomonnaies est très critiquée par les régulateurs financiers qui doivent prévenir et contrôler les activités criminelles facilitées par la confidentialité. 

    Les cryptomonnaies étant déjà complexes à réguler, les autorités considèrent les privacy coins comme une barrière supplémentaire qui empêche toute forme de contrôle. Les régulateurs exigent que la blockchain soit rendue moins anonyme par l’application de pratiques telles que la vérification de l’identité

    Certaines juridictions, comme la Corée du Sud, ont même interdit aux entreprises d’utiliser les privacy coins. C’est pourquoi de nombreux échanges préfèrent ne pas les prendre en charge, en particulier celles qui sont totalement privées, comme Monero.

    L’Internal Revenue Service (IRS) des États-Unis a offert en 2020 une récompense de 625 000 $ à toute personne qui pourrait retracer avec succès les transactions sur le Bitcoin Lightning Network ou Monero.

    D’une part, l’identification des utilisateurs permettrait d’éviter certaines activités criminelles sur la blockchain, mais cela signifierait également que les agences gouvernementales, les pirates informatiques ou simplement les utilisateurs compétents seraient en mesure de tracer toutes les transactions financières et de connaître l’identité des propriétaires de chaque portefeuille.

    Le mouvement cypherpunk, qui a soutenu la naissance des cryptomonnaies, se battait en réalité pour une plus grande confidentialité sur Internet et les systèmes informatiques.

    En effet, dans la communauté crypto, il existe de nombreux partisans de l’anonymat absolu en tant que droit à la confidentialité et à la vie privée, en particulier envers les institutions. 

    Cependant, au sein de cette même communauté, la transparence et le partage sont également des valeurs essentielles : le fait de pouvoir consulter librement la blockchain permet à tout le monde d’y prendre part et rassure sur son fonctionnement ceux qui l’approchent.

    Finalement, l’état actuel des blockchains les plus utilisées se situe quelque part entre ces deux visions.

    Les principales cryptomonnaies anonymes

    Monero (XMR)

    La cryptomonnaie Monero est probablement le représentant le plus célèbre et « extrême » de l’anonymat, car contrairement à Dash et Zcash, elle rend obligatoire l’anonymat de chaque transaction. Elle est basée sur le code du Bitcoin. En effet, sa blockchain adopte le Proof-of-Work (système de validation par preuve de travail).

    La technologie que Monero adopte pour garantir l’anonymat de chaque transaction se compose de trois éléments principaux :

    1. Ring Signature (signature de cercle) : pour masquer l’adresse de l’expéditeur.
    2. Stealth Address (adresse furtive) : pour masquer l’adresse du destinataire.
    3. Ring Confidential Transactions (transactions confidentielles de cercle) : pour masquer les montants des transactions.

    Ces éléments cryptographiques permettent uniquement aux utilisateurs impliqués dans les transactions d’avoir connaissance de leurs détails. 

    Lorsque tu ouvres un portefeuille Monero, tu disposes d’une clé de visualisation privée, d’une clé de dépense privée et d’une adresse (clé publique). 

    La clé de dépense permet d’envoyer des paiements, la clé de visualisation d’afficher les transactions entrantes destinées à ton compte, et l’adresse de recevoir des paiements. Les deux clés sont utilisées pour obtenir ton adresse Monero. 

    Dash, Monero et Zcash : des cryptomonnaies anonymes

    Les Ring Signatures envoient sur la blockchain la clé publique du portefeuille de l’expéditeur avec d’autres clés publiques aléatoires, de sorte que personne ne sache qui est le véritable expéditeur. Cela empêche le traçage des transactions.

    Les Stealth Addresses, en revanche, sont une clé publique à usage unique, c’est-à-dire une clé publique « jetable » utilisée uniquement pour une transaction. Cette clé cryptographique rend impossible de savoir qui envoie quoi à qui, mais elle associe cryptographiquement l’expéditeur au destinataire.

    Ce ne sont là que les bases des formules cryptographiques qui garantissent la confidentialité de Monero, tout en permettant aux mineurs de vérifier l’exactitude des transactions et d’éviter les doubles dépenses.

    ZCash et Dash : des cryptomonnaies semi-anonymes

    Ces deux cryptomonnaies sont issues du Bitcoin et rendent l’anonymat des transactions facultatif.

    Zcash

    ZCash (ZEC) utilise la technologie Zero-Knowledge Proof (preuve à divulgation nulle de connaissance), un algorithme cryptographique qui permet de vérifier les transactions sans avoir besoin de divulguer leurs détails.

    Zcash permet d’utiliser des adresses « shielded », c’est-à-dire anonymes (z-address), ou des adresses « unshielded », c’est-à-dire transparentes (t-address).

    Lorsqu’une adresse z envoie une ZEC à une autre adresse z, la transaction est totalement anonyme, y compris le montant.

    Cependant, il est possible d’envoyer des cryptomonnaies Zcash également entre une z-address et une t-address et dans ce cas, les montants sont publics.

    dash monero zcash

    Dash

    Dash (DASH) est une cryptomonnaie et une blockchain avec un algorithme de consensus mixte :

    • Proof-of-Work grâce au travail des mineurs.
    • Proof-of-Service (preuve de service) grâce aux masternodes (nœuds maîtres).

    Les masternodes sont les nœuds dédiés à la vérification des transactions privées et immédiates, grâce aux fonctionnalités de PrivateSend et d’InstantSend.

    PrivateSend, via la méthode CoinJoin, te permet de masquer l’adresse de ton portefeuille de transaction visible sur la blockchain. 

    Pour le faire, les masternodes prennent les cryptomonnaies Dash à envoyer, les séparent en dénominations rondes (0,1 DASH, 10 DASH, etc.) et les mélangent (c’est ce qu’on appelle le mixing) en plusieurs fois avec d’autres Dash d’autres personnes qui utilisent PrivateSend. Les Dash respectives sont ensuite distribuées aux adresses finales sans difficulté.

    Autres privacy coins

    Il existe de nombreuses autres privacy coins offrant différentes technologies d’anonymat et, plus particulièrement, des solutions émergent et se concentrent également sur l’évolutivité qui est désormais une question clé pour tous les types de blockchains.

    Les privacy coins sont fondamentalement un choix idéologique ou un choix de nécessité, mais tout n’est pas noir ou blanc. Il existe également une troisième option : celle de projets comme la cryptomonnaie Dash, qui s’engagent à être transparents dans la réalisation de leur objectif et à proposer des options de confidentialité.

    En rapport