logo academy

Sergey Nazarov : Les oracles de Chainlink et le mystère de Satoshi

19 août, 2022
9 min
Sergey Nazarov : Les oracles de Chainlink et le mystère de Satoshi
débutant
Tu apprendras

    Sergey Nazarov est unentrepreneur russe, connu pour avoir cofondé les projets à succès Chainlink et SmartContract, qui transforment le secteur des cryptomonnaies. En particulier, les oracles de LINK sont essentiels aux fonctions de la DeFi et du Web3. Il ne révèle pas grand chose de ses secrets sur les réseaux sociaux : respectueux du concept de décentralisation, il dissocie le succès de ses innovations de sa personnalité. Cependant, son identité fait l’objet d’un intérêt particulier : qui est vraiment Sergey Nazarov ? Selon certaines théories, il serait le véritable Satoshi Nakamoto, enquêtons donc ensemble.

    Qui est Sergey Nazarov : des Lego aux blocs Bitcoin

    Il n’est pas facile de découvrir qui est Sergey Nazarov, car le créateur de Chainlink ne parle pas beaucoup de lui : il n’a jamais révélé son lieu et sa date de naissance, mais nous savons qu’il s’est installé à New York au début des années 1990, en suivant sa famille depuis la Russie. Ses parents, qui sont ingénieurs, l’ont exposé très tôt à l’informatique, le rapprochant ainsi des ordinateurs dès son plus jeune âge. Cette expérience précoce s’est transformée en une passion pour les jeux vidéo de stratégie, mais pendant son enfance, il s’est également intéressé au fonctionnement des téléviseurs à rayons cathodiques, les démontant et les remontant comme des Lego, une autre de ses passions.

    Cette “éducation technologique” ne s’est toutefois pas reflétée dans ses études universitaires, qui l’ont récompensé par un diplôme en philosophie et gestion de l’université de New York (NYU). Ayant initialement décidé de rester dans un environnement académique, Sergey Nazarov a travaillé comme professeur associé à la Stern School of Business, aux côtés de Lawrence Lenihan. Ce dernier, en plus d’être professeur, est surtout PDG de la société de capital-risque où Sergey, en tant que stagiaire, a participé au succès de certains tours d’investissement, dont ceux de Pinterest et de Riot Games.

    Cette première expérience l’a préparé à sa collaboration avec QED Capital, une autre société de capital-risque à cheval sur la Russie et les États-Unis. Les origines et l’expérience russes de Sergey, comme nous le verrons plus tard, le lient d’une certaine manière à Satoshi Nakamoto. Quoi qu’il en soit, on peut dire que c’est à ce moment où Sergey est officiellement entré en contact avec le Bitcoin : le pic de 30 dollars en juillet 2011 a convaincu la société QED de mener des recherches sur les cryptomonnaies, dont le minage en particulier. Sergey, quant à lui, a suivi le mouvement et a commencé à générer des blocs de Bitcoins dans le cadre du cloud mining.

    Cloud Mining

    Le Cloud Mining est la location de la puissance de calcul du matériel pour participer au processus de minage, lié aux cryptomonnaies Proof-of-Work telles que le Bitcoin. La technologie du cloud permet à quiconque de recevoir une partie des bénéfices générés en échange du paiement d’une redevance. Le cloud mining libère des coûts énergétiques et de maintenance, mais n’est pas aussi rentable que d’installer et de contrôler soi-même les processeurs informatiques.

    Le “domaine” des oracles : Chainlink

    L’intérêt de QED Capital pour la blockchain s’est rapidement concentré sur une équipe technique, engagée dans la création de la première cryptomonnaie et du premier web-mail basé sur la blockchain pour “faire ce que le bitcoin a fait avec les paiements“, en éliminant en fait l’autorité d’un serveur de stockage central. Cela a rendu l’échange d’informations sans confiance et en peer-to-peer (p2p), mais c’est le Secure Asset Exchange (SAE), un autre projet né chez QED Capital, qui a révolutionné l’échange de valeurs. SAE est l’une des premières formes d’application décentralisée (DApp) : un exchange, basé sur un réseau de plus de 100 nœuds, pour transférer des cryptomonnaies en utilisant des smart contracts.

    Sergey Nazarov était le cofondateur et PDG des deux projets, qui ont été créés en 2014 : l’achat des domaines Internet concernés (cryptamail.com, secureae.com) est un autre événement dont il faudra se souvenir plus tard. C’est d’ailleurs par le biais de la même adresse électronique que Sergey aurait acquis en 2008 le domaine smartcontract.com, alors que le projet n’a été fondé qu’en 2014.

    En 2017, Chainlink est né à partir de SmartContract : en septembre, le token LINK a été distribué avec une ICO à la hauteur de 32 millions de dollars, suite à la publication du whitepaper, signé par Steve Ellis, Ari Juels et Sergey Nazarov en juin.

    Chainlink est un réseau décentralisé d’oracles : des services qui peuvent fournir aux smart contracts des données hors chaîne, c’est-à-dire en dehors de leur blockchain native. Les oracles agissent en fait comme un “pont” vers les sources d’information, telles que les API, les dispositifs de l’internet des objets et, par conséquent, le monde réel, avec ses événements et ses phénomènes.

    Maintenant que nous savons ce qu’est Chainlink (LINK), nous devons nous pencher sur les “coïncidences” que nous avons trouvées dans le passé de Sergey Nazarov : elles pourraient résoudre l’un des plus grands mystères du monde de la crypto, l’identité de Satoshi Nakamoto

    Sergey Nazarov: expériences et projets

    Sergey Nazarov est Satoshi Nakamoto ?

    Nous avons déjà consacré un article aux candidats possibles derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, le légendaire créateur du Bitcoin, mais dans notre analyse des hypothèses et des indices, nous n’avons pas inclus la piste qui mène à Sergey Nazarov. Peut-être l’une des moins célèbres, mais que tu pourrais néanmoins trouver en ligne.

    Tout d’abord, le facteur de l’âge : En 2008, d’après la chronologie de ses expériences, Sergey devait avoir au moins 20 ans ; un prodige compte tenu de la complexité du protocole Bitcoin, mais quand-même une possibilité.

    La première “théorie” qui reconnaîtrait Satoshi Nakamoto en Sergey Nazarov, bien qu’elle soit loin d’être factuelle, provient de reddit : le domaine internet smartcontract.com a été acheté par Sergey le 25 octobre 2008, exactement 6 jours avant la publication du whitepaper du Bitcoin. Cette preuve a été rejointe plus tard par la correspondance entre les initiales S et N des deux noms.

    Actuellement, le domaine renvoie au site Chainlink Labs, cofondé par Sergey en 2020 pour soutenir le développement des oracles LINK, mais la première version de la page web illustre les applications des smart contracts pour le projet Bitcoin.

    Ces “preuves” ne peuvent certainement pas prouver que Sergey Nazarov est Satoshi Nakamoto, mais un article du portail bitcoin.com, fondé par Roger Ver, s’est penché sur la question.

    • Comme le montrent les recherches d’UX Sequence, Sergey a acheté smartcontract.com au nom de QED.
    • Satoshi Nakamoto aurait utilisé un serveur proxy russe pour diffuser la version 0.1.0 du bitcoin.

    Le partage d’une localisation en Russie n’est manifestement pas suffisant comme preuve, mais il y a une suite : comme indiqué dans cet article, entre décembre 2008 et janvier 2009, un utilisateur aurait posté des critiques d’hôtels en utilisant le même proxy que Satoshi, son nom ? Sergey. Une coïncidence, comme nous l’avons dit, mais suffisamment curieuse pour stimuler l’intérêt de la communauté crypto.

    Proxy

    Un proxy est un serveur intermédiaire pour les demandes de ressources que les clients adressent à d’autres serveurs. Cette solution, similaire aux VPN (Virtual Private Networks), garantit ainsi l’anonymat et la protection lors de la navigation sur Internet.

    Les hypothèses créatives générées par la communauté ont toutefois été déçues par Sergey, qui a impassiblement rejeté ses liens avec Satoshi dans cette interview :

    Lex Fridman demande : “Qui est Satoshi Nakamoto ? Plusieurs personnes suggèrent que cette personne, c’est toi. Alors, est-ce que c’est toi ?”, ce à quoi, recevant manifestement une réponse négative, il répond : “Qui penses-tu que ça puisse être ?”. Sergey Nazarov, glacial et le visage inexpressif, répond : “Je ne sais pas qui c’est, mais si je devais deviner, c’est probablement un groupe de personnes.”

    Il ajoute ensuite : “La question de qui est ou n’est pas Satoshi,  ne devrait, à mon avis, pas avoir beaucoup d’importance car [son identité] ne devrait avoir aucun effet sur le fonctionnement, la valeur, l’utilisation ou la sécurité du système du Bitcoin”. Par leur nature, la blockchain et les cryptomonnaies sont, trustless (sans besoin de confiance) et participatives : il n’est pas nécessaire de faire confiance au créateur, car les processus sont gérés par des codes impartiaux.

    Le Bitcoin remplace la personnalité par la décentralisation et, à cet égard, Sergey déclare : “Je pense que, qui que ce soit, il serait probablement préférable de ne pas rendre  l’identité publique, car il n’a rien à voir avec la façon dont le système est rendu utile ou sécurisé”.

    Est-ce donc une énigme destinée à rester non résolue ? Malgré le fait que dans l’interview précédente il répète sans cesse “Je ne suis pas Satoshi“, dans une autre vidéo d’octobre 2020, tirée d’une confrontation avec Ben Chan (vice-président de l’ingénierie chez Chainlink Labs), Sergey a peut-être trahi son secret : inconsciemment, il admet qu’il travaille sur la technologie blockchain depuis 10 ans et, se rendant compte, se corrige en disant “10 ans… enfin, un certain nombre d’années“. Il serait ironique que ce lapsus ait résolu l’énigme de Satoshi.

    Dans tous les cas, si Sergey Nazarov était réellement Satoshi Nakamoto, son secret pourrait être découvert. Sur son blog personnel, en effet, on trouve cette maxime : “Un homme sage cherche la vérité parce qu’il sait qu’il la trouvera toujours“. Une prophétie pour l’homme des oracles : la vérité l’a-t-elle trouvé trop tôt ?

    En rapport