logo academy

Vitalik Buterin, le jeune homme qui a changé le monde

25 mars, 2022
11 min
Vitalik Buterin, le jeune homme qui a changé le monde
débutant
Tu apprendras

    Qui est Vitalik Buterin ? Le garçon qui, à l’âge de 19 ans, a inventé Ethereum, la blockchain mère de la DeFi et le Web3. Son idée a eu une telle influence que presque tous les Crypto Hero ont, tôt ou tard, collaboré avec Vitalik ou créé un Ethereum Killer. Nous découvrons comment Ethereum est né, qui d’autre est un fondateur d’Ethereum et les événements qui ont conduit Vitalik Buterin à Ethereum 2.0.

    La première règle du Pauper’s Pub : parler du Bitcoin

    Toronto, novembre 2012 : au Pauper’s Pub, Anthony di Iorio a organisé un “Bitcoin meetup” pour discuter des cryptomonnaies. Anthony est un entrepreneur immobilier canadien, mais il a choisi de vendre ses biens locatifs pour acheter du Bitcoin, inquiet de la santé du système financier. Il a donc voulu partager son enthousiasme pour la crypto-économie avec d’autres membres du meetup désireux d’en savoir plus.

    Parmi les quelques participants se trouvait un étudiant de première année de l’Université de Waterloo, un garçon pâle aussi timide que passionné par les cryptomonnaies : Vitalik Buterin. L’année précédente, en fait, il avait fondé la publication Bitcoin Magazine avec son ami roumain Mihai Alisie et il cherchait justement une telle occasion de discuter avec la communauté naissante.

    Quelques mois plus tard, Vitalik a abandonné ses études d’informatique pour voyager et découvrir les réalités que l’invention de Satoshi Nakamoto avait créées. L’une de ses “explorations” l’a conduit à une “Bitcoin Conference” à Amsterdam, où il a rencontré Amir Chetrit: un Israélien impliqué dans la start-up Colored Coins, un projet visant à transformer des actifs du monde réel en tokens basés sur la blockchain de Bitcoin.

    Un an après la première rencontre à Toronto, Anthony di Iorio a réuni beaucoup plus de personnes, en attendant le retour de Vitalik. Lorsqu’il s’est présenté, Buterin avait conçu une nouvelle idée : Ethereum, une blockchain destinée à décentraliser tous les aspects de la finance et de l’économie.

    Fondateur Ethereum et Projects

    Comment Ethereum est né et la séparation des fondateurs

    Vitalik a proposé de construire Ethereum avec un langage de programmation adapté à l’objectif de décentralisation globale. En effet, le Bitcoin avait permis d’envoyer de l’argent en peer-to-peer, sans intermédiation des banques ou contrôle des gouvernements, mais son code ne laissait aucune place au développement de logiciels décentralisés complexes. L’idée des smart contracts a ainsi rendu possible la décentralisation de toutes sortes d’applications et de services, donnant naissance à la DeFi, la finance décentralisée, et au Web 3.0.

    Anthony di Iorio, inspiré par l’idée du jeune Vitalik, l’a partagée avec Charles Hoskinson, le mathématicien qui était si fasciné par le “digital gold” qu’il a participé à la diffusion du Bitcoin Education Project. Hoskinson a apprécié le white paper d’Ethereum rédigé par Vitalik en 2013.

    Un an après le Pauper’s Pub, Vitalik était prêt à devenir le fondateur d’Ethereum, aux côtés des experts impliqués en cours de route : Anthony di Iorio, Mihai Alisie, Amir Chetrit et Charles Hoskinson, ce dernier étant choisi comme PDG. En janvier 2014, Vitalik et les autres se sont réunis à Miami, à l’occasion de la ” North American Bitcoin Conference ” : pendant l’événement, l’excitation était palpable et l’appartement loué par les cinq fondateurs grouillait de crypto-enthousiastes ; trois d’entre eux ont rejoint définitivement le projet.

    Parmi ce trio, il y avait Gavin Wood, le programmeur qui a traduit le livre blanc Ethereum en chaînes de code C++, qui a écrit les spécifications techniques du yellow paper et qui a proposé le langage de programmation que Vitalik recherchait : Solidity, actuellement la base des smart contracts d’Ethereum. Il n’est toutefois pas le seul à avoir rejoint (puis quitté) le projet : Joseph Lubin, un autre entrepreneur intéressé par les cryptomonnaies, a été impliqué par Anthony à travers la Bitcoin Alliance of Canada, l’évolution du petit groupe de Toronto. Jeffrey Wilcke figure également parmi les 8 fondateurs légendaires, et il est connu pour être le développeur qui a implémenté Ethereum dans le langage Google Go après avoir travaillé sur Mastercoin, la première ICO.

    Les fondateurs se sont rapidement divisés en deux factions : ceux qui soutenaient la nature “à but lucratif” de la Fondation Ethereum et ceux qui, comme Vitalik, étaient décidés en faveur du “sans but lucratif“. Le vote a été favorable à la position de Buterin : ainsi, les deux partisans du projet, di Iorio et Lubin, ont quitté Ethereum, de même que Hoskinson, le plus virulent des pro-profit, et Amir Chetrit, qui craignait plutôt de violer les lois sur les securities. Cependant, Joseph Lubin a ensuite fondé ConsenSys, une infrastructure logicielle permettant de créer des applications sur la blockchain Ethereum et de donner vie au Web 3.

    Cette discussion, qui s’est déroulée à Zug (Suisse) en juin 2014, a vu la première des nombreuses séparations du projet de Vitalik. En effet, dès 2015, Alisie quitte la Fondation Ethereum pour se consacrer à Akasha, une infrastructure sociale pour Ethereum. Jeffrey Wilcke est parti en 2016, après le piratage du projet DAO qui a conduit au hard fork d’Ethereum classic, tandis que Gavin Wood est parti pour se concentrer sur Polkadot, qualifiant la gouvernance d’Ethereum de “technocratie”.

    Fait amusant

    La DAO était un smart contract de crowfunding destiné à financer des projets Ethereum qui a réussi à lever 150 millions de dollars en ETH avant d’être piraté. En juin 2016, 50 millions de dollars en ETH ont été volés mais, après un mois de débat, la communauté Ethereum a décidé de mettre à jour le protocole avec un hard fork pour rendre les fonds à leurs propriétaires. La blockchain originale, contenant les transactions ETH volées, a été séparée de la nouvelle version d’Ethereum, mais survit toujours sous le nom d'”Ethereum Classic”.

    Vitalik Buterin, avec sa seule idée, a dû prendre en main le destin d’Ethereum, transformant toutefois les difficultés en opportunités, comme le manque de fonds en une ICO légendaire. Mais avant d’aller plus loin, il convient de prendre un peu de recul pour connaître les origines du mythe: qui est Vitalik Buterin?

    Vitalik Buterin, projects

    Qui est Vitalik Buterin : de l’ICO d’Ethereum à Elon Musk

    Vitalik Buterin est né dans la petite ville russe de Kolomna le 31 janvier 1994, mais dès 1999, sa famille a déménagé à Toronto. Dès son plus jeune âge, Vitalik a fait preuve de compétences en mathématiques et en programmation : à l’âge de sept ans, il a écrit un système complexe appelé “Encyclopedia of Bunnies“, un univers peuplé de lapins et régi par des formules strictes.

    Son aptitude exceptionnelle au calcul a été remarquée dès sa troisième année d’école primaire, lorsqu’il a été placé dans une classe d’enfants “prodiges“. En additionnant des chiffres à trois chiffres, purement dans sa tête, il est arrivé jusqu’au lycée privé The Abelard School. Il a entendu parler du Bitcoin pour la première fois par son père, un informaticien, alors qu’il avait 17 ans. Cependant, l’événement qui l’a probablement convaincu de se dédier à la blockchain est différente : pendant trois ans (2007/10), Vitalik a joué assidûment à World of Warcraft, jusqu’à ce que l’éditeur décide de supprimer un élément important de son personnage préféré. Mécontent, il découvre la réalité des services centralisés : un pouvoir exclusif, que Vitalik décide de distribuer.

    Nous faisons un saut dans le temps, après qu’il ait abandonné ses études et cédé son poste de professeur assistant au cryptographe et cypherpunk Ian Goldberg. Nous sommes en juillet 2014 et Vitalik se retrouve sans financement pour le projet Ethereum : les bailleurs de fonds l’ont abandonné, le laissant endetté pour les conseils juridiques et les déplacements de l’équipe. Comment lever des capitaux ? Au lieu de vendre des dettes ou des actions, Ethereum a pensé à vendre un produit : la cryptomonnaie native de la blockchain, l’Ether (ETH). La vente a pris la forme d’une Initial Coin Offering (ICO) : les acheteurs d’ETH ont eu accès aux futurs services que la blockchain Ethereum allait fournir.

    Cette pratique de distribution a connu un tel succès qu’elle est devenue une norme pour les lancements de coins et de tokens : 2017 a connu un boom impressionnant des ICO, avec des conséquences décisives pour l’ensemble du marché de la crypto. Nous avons consacré un article entier à l’histoire de l’ICO d’Ethereum.

    Vitalik Buterin, au fil des années, est devenu une icône dans le monde des cryptomonnaies, à tel point qu’il a reçu un diplôme honorifique de la Faculté d’économie de l’Université de Bâle pour sa contribution cruciale à la promotion de la décentralisation et ses “réalisations exceptionnelles dans le domaine des cryptomonnaies, des smart contracts et de la conception des institutions“.

    L’autorité de Vitalik se manifeste surtout sur son compte Twitter, par lequel il participe à des discussions de toutes sortes. En fait, il s’est également exprimé sur l’affaire Twitter-Elon Musk : Vitalik n’est pas contre le rachat d’Elon en soi, mais s’oppose plutôt à l’enthousiasme suscité par le rachat des médias sociaux. Ce n’est pas le cas de Jack Dorsey (ancien PDG de Twitter) et d’Elon Musk, mais Vitalik craint un scénario dans lequel des organisations ou des gouvernements compromis sur le plan éthique prendraient le contrôle des médias sociaux.

    Pour en revenir à l’univers de la blockchain, Vitalik Buterin s’est également heurté à Justin Sun, PDG de Tron : ce dernier n’aurait pas donné de crédit à IPFS après avoir copié son code et l’avoir implémenté dans BitTorrent, un autre système de stockage décentralisé de type peer-to-peer.

    Vitalik Buterin, cependant, est également disposé à soutenir des idées fonctionnelles : par l’intermédiaire de la Fondation Ethereum, il a financé Hayden Adams pour qu’il conçoive le DEX Uniswap, qu’il a même baptisé de son nom.

    Enfin, en 2021, après avoir reçu la moitié des tokens Shiba Inu existants, Vitalik a décidé de brûler 90% de ses SHIB (près de 410 trillions de tokens) pour se débarrasser de la puissance associée. Les 10 % restants ont été versés à des œuvres caritatives : 50 milliards de tokens du “Dogecoin Killer” ont été envoyés au fonds “India COVID-19 relief” organisé par le fondateur de Polygon, Sandeep Nailwal. Ryoshi, le fondateur du Shiba Inu, a-t-il vu venir cette situation ?L’histoire d’Ethereum telle que conçue par Vitalik est toujours en cours d’écriture : Ethereum 2.0 est le prochain chapitre.

    Ethereum 2.0 : quand et comment ?

    L’innovation est la clé du projet de Vitalik : bien que ses anciens collègues considèrent Cardano et Polkadot comme les “Ethereum killers”, Buterin a déjà pensé à une meilleure version de sa blockchain, Ethereum 2.0.

    La mise à jour d’Ethereum 2.0, en bref, prévoit le passage du Proof of Work (PoW)au Proof of Stake (PoS), un changement capital dans le mécanisme de consensus pour la création de blocs. Nous avons déjà comparé le PoW et le PoS, mais essentiellement le modèle basé sur le minage (PoW), qui consomme beaucoup d’électricité et qui a un impact environnemental considérable, avec la version 2.0 se transformera en staking (PoS), plus “écologique” et évolutif, basé sur la possession de cryptomonnaies “gelées” dans le staking.

    L’événement, qui est décisif pour l’avenir de toutes les cryptomonnaies ERC-20, a été appelé “fusion Ethereum“, car il réunit les deux blockchains Ethereum qui, à partir d’avril 2022, fonctionnent en parallèle : l’Ethereum Mainnet PoW (ETH1) original et la nouvelle Beacon Chain PoS (ETH2)..

    Ce passage est l’un des nombreux de l’histoire de Vitalik Buterin, mais certainement pas le dernier : comment va-t-il changer le monde encore ?

    En rapport