logo academy

Roger Ver : l’entrepreneur de Bitcoin Cash

28 janvier, 2022
7 min
Roger Ver : l’entrepreneur de Bitcoin Cash
débutant
Tu apprendras

    Roger Keith Ver est un pionnier dans le monde des cryptomonnaies. L’un des premiers à croire au potentiel du Bitcoin, il en a acheté alors que la monnaie valait moins d’un dollar. C’est en fait grâce à sa vision et à son sens de l’opportunité que Roger Ver a été surnommé « Bitcoin Jesus ». Cependant, il a ensuite choisi de soutenir le Bitcoin Cash plutôt que l’or numérique.

    Aujourd’hui, son patrimoine net est estimé à environ 520 millions et il possède plusieurs sociétés liées aux cryptomonnaies. Voici qui est la figure controversée de Roger Keith Ver. 

    Qui est Roger Ver : de sa formation à sa première entreprise

    Roger Ver est né en 1979 à San Jose, en Californie. Depuis tout petit, il expérimente l’informatique, abordant le monde de la finance par pure curiosité. C’est alors au cœur de la Silicon Valley, à Cupertino, qu’il plonge dans l’économie, les mathématiques et l’astronomie. 

    Mais ses années d’études ne durent pas longtemps, car le jeune Roger Ver se retire de l’université pour se consacrer à sa première idée novatrice. En effet, en 1999, il décide de donner vie à la société Memorydealers.com : une société avec laquelle l’entrepreneur vend des équipements électroniques à prix réduits, tels que des émetteurs-récepteurs personnalisés et du matériel. 

    Pourquoi Roger Ver est-il allé en prison ? 

    Pendant ce temps, Ver achète des explosifs et les revend sur eBay. Pour être précis, il détient 49 livres de feux d’artifice dans un logement résidentiel, expédiant à ses acheteurs au moins 14 livres par le biais du service postal des États-Unis. N’ayant pas de licence pour posséder et vendre des explosifs, Roger Ver a été arrêté en 2001 et condamné à 10 mois de prison fédérale. 

    « J’ai connu par le passé des malentendus avec le gouvernement américain », déclare Bitcoin Jesus des années plus tard. « Je me suis vraiment senti injustement traité. Et donc, dès que j’ai pu quitter les États-Unis, je suis parti. À l’époque, j’avais une copine au Japon et j’ai décidé de partir y vivre ». C’est donc ainsi que Roger Ver s’envole en 2005 pour le pays du soleil levant où il obtient un permis de séjour. 

    L’approche du Bitcoin

    La même année, il crée une nouvelle société. Il s’agit d’Agilestar.com, dédiée à la vente d’émetteurs-récepteurs à fibre optique, qui fournira bientôt les entreprises les plus importantes au monde, devenant elle-même un leader du secteur. Mais le véritable tournant de la carrière de Roger Ver est survenu en 2011, lorsqu’il a découvert pour la première fois le terme de « Bitcoin ». 

    Selon lui, il s’agit de « l’une des inventions les plus importantes de l’histoire de l’humanité ». Le Bitcoin vaut toujours moins d’un dollar, mais Ver décide d’y miser toute sa carrière, confiant en son bagage en économie et en informatique.

    Fort de ses certitudes, il décide d’accumuler plus de 400 000 BTC et d’accepter les paiements en monnaie numérique dans sa société Memorydealers. 

    Ainsi, l’immense fortune de Ver met en branle une machine à investir sans précédent dans le secteur. L’entrepreneur investit dans des startups telles que Ripple, Blockchain.com, Bitpay.com, Kraken.com qui reçoivent bientôt le soutien financier de prêteurs influents. En 2012, il fait partie des cinq créateurs de la fondation Bitcoin, une société à but non lucratif qui entend raviver la réputation des monnaies numériques, souvent mise à l’épreuve par manque d’informations. 

    Deux ans plus tard, Roger Ver lance Bitcoin.com, un portail Web qui fournit divers services pour le Bitcoin et le Bitcoin Cash. La société a son siège à Saint-Kitts-et-Nevis, où l’homme d’affaires chanceux en est citoyen. En fait, en 2014, Roger Ver a obtenu la nationalité sur l’île grâce à quelques investissements et après avoir renoncé à celle des États-Unis. En 2017, l’équipe de 40 personnes est intégralement payée en BTC. Les factures, reçus, paiements sont exprimés en Bitcoin. Ils n’ont même pas de compte bancaire. 

    Inquiétudes concernant le boom de 2017 

    En 2017, observant l’intérêt spéculatif excessif qui caractérisait le boom du marché de la crypto, Ver s’est dit inquiet pour l’avenir du Bitcoin.

    Comme tous les bitcoiners de première génération, Ver croit fermement en la capacité du Bitcoin à faire de chaque individu le propriétaire effectif de ses propres ressources économiques. Une position claire contre le système économique actuel qui, selon lui, ne favorise pas une société où chaque être humain est placé sur un pied d’égalité. 

    Il craint que les spéculations de l’année 2017 ne mettent en péril cette promesse. Déçu par l’évolution des choses, il cherche une solution dans la voie la plus adaptée à ses capacités : dans la technologie. 

    Une niche de développeurs Bitcoin propose depuis longtemps des interventions massives sur la blockchain pour résoudre ses problèmes d’évolutivité. Avec l’afflux inattendu de la demande sur le marché, ce problème potentiel est devenu une réalité. Ver estime que le moment est venu d’utiliser son influence pour résoudre la situation et maintenir la cohérence de Bitcoin avec le manifeste de liberté avec lequel il est né. 

    La solution de Roger Ver : Bitcoin Cash 

    Roger Ver s’aligne donc sur une minorité de développeurs dont le bien connu Craig Wright. Ils sont favorables au hard fork, pour une évolution de la blockchain Bitcoin visant à augmenter sa taille des blocs. Ce changement aurait permis une plus grande évolutivité et moins de concurrence. Les utilisateurs auraient donc dû payer moins de commissions et, selon Ver, c’est le meilleur moyen de garantir la mission de Bitcoin : devenir un moyen de paiement alternatif. 

    Nous sommes en 2017 : Bitcoin split et Bitcoin Cash sont nés du hard fork. Ce dernier projet ouvre une querelle entre le co-fondateur Craig Wright et Roger Ver. Les deux se séparent un an plus tard. Le « Bitcoin Jesus » reste donc à la tête de Bitcoin Cash ABC (BCH), pour tenter de remplir sa mission : promouvoir une monnaie virtuelle capable de remplacer la monnaie fiduciaire par une cryptomonnaie dépensable et accessible à tous

    Roger Ver est certainement l’une des figures les plus controversées du monde de la crypto, toujours considéré par de nombreux bitcoiners comme un traître. Malgré tout, on ne peut nier l’engagement et les moyens mis en œuvre pour rester fidèle à la nature profonde de la révolution initiée par Nakamoto. Il ne doute pas que la valeur de la monnaie fiduciaire s’effondrera et que la monnaie virtuelle prendra bientôt le relais. « Quand Internet n’en était qu’à ses balbutiements, seulement 1 % de la population l’utilisait, alors que maintenant presque tout le monde l’utilise. Je pense que c’est la même chose pour les monnaies numériques ».

    En rapport