logo academy

Qu’est-ce que la monnaie fiat ?

16 septembre, 2022

9 min

Qu’est-ce que la monnaie fiat ?
débutant

La signification de la monnaie a évolué au fil du temps. Il existe différents types de monnaie, et la monnaie fiduciaire (ou fiat) en est la plus moderne. Mais qu’est-ce qu’une monnaie fiat au juste ? L’euro en est un exemple, car elle est émise par une banque centrale et contrôlée par un gouvernement. La question se pose donc : comment de la nouvelle monnaie est-elle créée et pourquoi est-elle si importante dans notre vie quotidienne ?

Monnaie : définition et signification

Avant de plonger dans ce qu’est la monnaie fiduciaire, définissons la monnaie de manière plus générale. L’histoire de la monnaie nous enseigne que, pour être efficace, une monnaie doit remplir trois fonctions :

  • Moyen d’échange : la monnaie est utilisée pour l’achat de biens et de services fournis par un vendeur qui, en acceptant la monnaie en échange, reconnaît sa valeur ;
  • Unité de compte : la monnaie est “l’unité de mesure des prix“, c’est-à-dire un critère permettant de quantifier universellement la valeur des biens et des services, afin de pouvoir les comparer selon des normes communes ;
  • Réserve de valeur : la monnaie permet de conserver un pouvoir d’achat pour l’utiliser lors d’occasions futures. En bref, il permet de faire des économies.
L’histoire et la nature des monnaies fiat

Afin d’atteindre ces objectifs, la civilisation humaine a créé quatre types de monnaie qui ont façonné la société et l’économie :

  1. Monnaie marchandise – moyen d’échange doté d’une valeur intrinsèque, comme les métaux précieux (or et argent), indépendamment de sa fonction de moyen de paiement. Plus tard, ces biens “intermédiaires” de l’achat et de la vente, choisis pour leur caractère non périssable, ont été utilisés pour frapper des pièces de monnaie dont la valeur est garantie précisément par leur composition.
  2. Monnaie représentative – des pièces et billets de banque échangeables contre certaines quantités d’or ou d’argent, mais sans valeur intrinsèque : ils représentent un actif sous-jacent et donnent à leur détenteur le droit de les convertir en ce dernier.
  3. Monnaie fiduciaire, également appelée monnaie fiat ou ayant cours légal, c’est un instrument de paiement dont la valeur n’est ni intrinsèque ni dépendante d’une réserve de métaux précieux, mais elle repose sur la confiance dans l’institution qui l’émet, telle qu’une banque centrale. Sa valeur est essentiellement “légale” car elle est reconnue par l’État et les participants au système économique.
  4. Monnaie électronique/numérique : monnaie émise par des entités centralisées, tout comme les monnaies fiduciaires, mais échangée via différents types de réseaux, comme internet. Il s’agit de l’argent contenu dans les comptes courants et accessible par les cartes de crédit, à ne pas confondre avec les cryptomonnaies.

La signification de la monnaie a changé au fil du temps, ainsi que les types de monnaie, jusqu’à ce que nous arrivions à la monnaie fiat d’aujourd’hui : nous nous positionnons ici, après des millénaires d’histoire, pour expliquer ce qu’est la monnaie fiat.

La monnaie fiat : la BCE et l’inflation

Par définition, une monnaie fiat a cours légal. Cela signifie qu’un gouvernement, soutenu par une banque centrale et un réseau dense de banques commerciales, choisit une monnaie officielle pour l’État, de sorte qu’elle doit être acceptée par la loi comme moyen de paiement sur son territoire.

En sachant ce que signifie “fiat“, il te sera plus facile de comprendre ce qu’est une telle monnaie : le terme vient du latin, et peut être traduit par “que cela soit fait“. En bref, il indique un ordre donné par le gouvernement ; c’est pourquoi la monnaie fiat est également appelée monnaie fiduciaire. La banque centrale et le gouvernement décident qu’une certaine monnaie est valable et doit être adoptée par tous (ce qui en fait une “monnaie légale”) : tant que tous les citoyens respectent ces décisions autoritaires, cette monnaie conserve sa valeur.

Il existe environ 180 monnaies fiat (ou devises) sur le marché mondial, telles que l’euro, le dollar et la livre sterling. La contre-valeur d’une monnaie par rapport à une autre s’appelle le taux de change, le critère qui sous-tend les opérations de change.

Taux de change

Le taux de change est le rapport selon lequel une monnaie peut être échangée contre une autre. En d’autres termes, la c’est somme qui peut être achetée avec une unité d’une autre monnaie. Habituellement, le taux de change est calculé avec la monnaie fiat locale, par exemple l’euro, comme référence. Le terme de comparaison le plus courant est le dollar, qui est considéré comme la réserve de valeur mondiale. La paire EUR-USD domine le volume des transactions quotidiennes.

La valeur de chacune de ces devises, ou plutôt le pouvoir d’achat, est influencée par plusieurs facteurs. Dans le cas de l’euro, c’est avant tout la Banque centrale européenne (BCE) qui gère son émission et sa circulation, injectant ainsi des liquidités dans les économies nationales.

En outre, la BCE doit surveiller l’inflation : la création de monnaies fiat n’étant soumise à aucune réserve de valeur, la production excessive de monnaie pourrait éroder le pouvoir d’achat de la devise. La tâche de la BCE est donc extrêmement importante : une gestion judicieuse de la masse monétaire est essentielle pour atténuer l’inflation.

Inflation

Augmentation des prix, des biens et services, qui entraîne une baisse du pouvoir d’achat de la monnaie, parfois en raison de la disponibilité excessive de monnaies fiat dans les économies nationales. Cela pourrait être une conséquence des politiques monétaires de la BCE : l’injection de liquidités dans les systèmes monétaires, afin de faciliter les échanges, menace la rareté nécessaire pour que les monnaies maintiennent leur prix.

Examinons de plus près le rôle de la BCE et des banques commerciales dans le système monétaire à monnaie fiat (euro) : comment fonctionne l’émission de monnaie ?

Comment la monnaie fiat est-elle émise ?

La Banque centrale européenne (BCE) peut être définie comme la “banque des banques” : ses services sont réservés aux banques centrales nationales (BCN), telles que la Banque de France, situées dans chaque État membre de l’UE.

La BCE et les différentes BCN sont les seules banques qui émettent physiquement des billets et des pièces. Toutefois, seules les BCN mettent effectivement de la monnaie en circulation par le biais d’un système de banques commerciales. L’argent métallique et le papier-monnaie sont en effet dits “en circulation”, mais nous savons que l’argent physique fiat constitue moins de 10% de l’argent mondial (6600 milliards de dollars au total, selon certaines estimations).

Les dépôts bancaires sont en effet la forme de monnaie la plus répandue ; mais, si les monnaies physiques sont produites par les banques centrales, qui crée la monnaie numérique des dépôts bancaires ?

Banques commerciales : dépôts et prêts

Les dépôts bancaires sont regroupés sur nos comptes personnels et constituent les “recettes” des balances électroniques. Ce sont les banques commerciales qui gèrent les crédits, délégués par les banques centrales aux sociétés de services et aux particuliers.

Les dépôts sont à la base de ce que l’on appelle le multiplicateur monétaire (ou de dépôt), un processus par lequel les banques commerciales prêtent de l’argent et, en même temps, créent de nouvelles monnaies numériques. L’argent prêté est une dette que l’emprunteur contracte auprès de la banque et ne correspond pas à de l’argent réel en circulation : il est généré “de toutes pièces” pour l’occasion. Malgré son origine gratuite, lorsque l’emprunteur remboursera le prêt à la banque (avec les intérêts), celle-ci reviendra à la parité du bilan, car ce faisant, la quantité de monnaie générée par la banque sera compensée : le capital remboursé “remplacera” les pièces précédemment créées.

Les banques commerciales ont toutefois besoin des banques centrales pour alimenter le multiplicateur monétaire : elles empruntent à leur tour à la BCE, par l’intermédiaire des BCN. Il s’agit d’une étape cruciale, car les énormes quantités d’argent accordées par la BCE pourraient “rompre” l’équilibre de la rareté de la monnaie, qui est à la base du concept d’inflation.

Les banques centrales et la “bonne” inflation

Un taux d’inflation positif est physiologique dans une économie basée sur la dette, mais il doit permettre une stabilité relative des prix. En effet, la BCE a défini un seuil de tolérance de 2% pour l’inflation. La réalisation de cet objectif est complexe, étant donné le nombre infini d’acteurs économiques impliqués. Mais la BCE dispose d’un certain nombre d’instruments pour gérer la monnaie en circulation et les dépôts, avec principalement l’ajustement direct des taux d’intérêt et d’autres mesures créées ad hoc pour la situation spécifique.

Les politiques monétaires de la BCE sont de la plus haute importance pour le bien-être des citoyens européens, surtout au lendemain de la tempête parfaite provoquée par l’urgence sanitaire de Covid, la guerre en Ukraine et la crise énergétique : une crise sans précédent qui a donné une définition pratique au concept de monnaie fiat.

En rapport