logo academy

Les dérivés dans la finance traditionnelle et dans la DeFi

27 septembre, 2021
8 min
Les dérivés dans la finance traditionnelle et dans la DeFi
débutant
Tu apprendras

    Les produits dérivés sont les instruments financiers les plus populaires sur le marché traditionnel. La finance décentralisée donne la possibilité de les utiliser librement par des intermédiaires et sans barrières géographiques ou juridiques.

    Que sont les produits dérivés

    Un instrument dérivé, également appelé « dérivé », est un type d’instrument financier complexe. Il s’agit d’un contrat entre deux parties dont son prix dérive d’un actif sous-jacent.

    Dans ce contrat, l’une des parties choisit de profiter de la croissance d’un actif, tandis que l’autre profitera de la dépréciation de l’actif.

    Cet instrument sous-jacent est le plus souvent une action et une obligation, mais également une monnaie, une matière première ou même un taux d’intérêt.

    Les dérivés dans la finance traditionnelle et dans la DeFi

     L’avantage d’un dérivé est que l’on peut aussi minimiser l’actif sous-jacent, mais, surtout, il ne t’oblige pas à posséder physiquement des biens qui pourraient être difficiles à gérer.

    Futures, Forwards et Swaps

    Les principaux instruments dérivés dont tu as entendu parler sont les contrats à terme, qui se divisent en futures et forwards. 

    Ces contrats attribuent un certain montant de sous-jacents aux deux parties sur la base d’un prix de livraison et d’une échéance préétablie. Comme précédemment, l’une des deux parties mise sur la hausse du prix et l’autre sur la baisse.

    La différence est que les forwards sont négociés en dehors des marchés réglementés, tandis que les futures sont standardisés et négociés sur les exchanges réglementés. C’est pour cette raison qu’avec les futures, seul le prix peut être choisi.

    On parle aussi souvent de swaps, des contrats qui régissent l’échange de flux de trésorerie ou de passifs entre deux parties, dans lesquels ces passifs dérivent de deux instruments financiers différents. Ces types d’échanges ont lieu de gré à gré (over-the-counter (OTC), c’est-à-dire en privé entre les deux parties, sans la supervision d’un courtier ou d’un exchange.

    Négocier des dérivés à des fins de hedging

    Le hedging est la réduction du risque par compensation.

    Prenons par exemple un agriculteur qui cultive du blé. Le prix du blé fluctue sur le marché comme tout autre produit en fonction de l’offre et de la demande.

    Il existe un risque que le prix du blé baisse au moment de la récolte, et qu’il ne soit donc pas très intéressant de le vendre.

    Les dérivés dans la finance traditionnelle et dans la DeFi

    Pour compenser ce risque, l’agriculteur peut vendre un contrat futures sur le blé par effet de levier (court) pour la quantité qu’il prévoit de récolter. En d’autres termes, il mise sur la dépréciation du blé.

    Au moment de la récolte, l’agriculteur ferme sa position. 

    Si le prix du blé baisse, l’agriculteur tire profit des futures. Il a, ainsi, compensé le manque à gagner potentiel dû au marché.

    En revanche, si le prix du blé augmente, l’agriculteur a perdu ce qu’il a misé sur les futures, mais il gagne en vendant sa récolte, grâce à un prix de marché élevé.

    Cela évite non seulement des années particulièrement difficiles, mais rend également la tendance commerciale plus prévisible.

    Négocier des dérivés à des fins de spéculation

    En ce sens, les produits dérivés permettent de spéculer facilement sur le prix de biens qui, dans leur forme originale, seraient complexes à gérer, comme l’or ou le pétrole.

    De plus, les produits dérivés permettent d’utiliser l’effet de levier financier. Investir dans l’effet de levier n’est possible qu’avec un courtier et c’est une méthode de trading très risquée.

    • Vendre avec l’effet de levier se dit « aller short », et signifie miser sur la dépréciation d’un bien
    • Acheter avec l’effet de levier se dit « aller long », et signifie parier sur l’augmentation du prix d’un bien

    L’effet de levier oblige le trader à payer une petite part de la position sur le marché à laquelle on souhaite réellement s’exposer. La liquidité pour la partie restante de la position sera fournie par le courtier.

    Le profit ou la perte seront, toutefois, basés sur l’ensemble de la position, et pas seulement sur le montant versé par le trader. Cela signifie qu’une fois la position clôturée, tu gagneras ou perdras un pourcentage beaucoup plus élevé que ce qui a été dépensé. Dans ce cas plus que jamais, gain maximum rime avec risque maximum.

    Le plus grand risque se présente lorsque le prix évolue rapidement dans la direction opposée à celle que tu as espérée. Dans ce cas, la valeur de la position commencera à devenir négative. Lorsque ton solde ne pourra plus couvrir la perte qui se produira, le courtier sera obligé de liquider la position, c’est-à-dire d’annuler tout ordre ouvert sur un contrat et de colmater la perte en utilisant ta solde.

    Les produits dérivés dans la finance décentralisée

    Qu’il s’agisse de dérivés négociés de gré à gré (OTC) ou sur exchange, les dérivés traditionnels exigent un intermédiaire de confiance pour superviser la relation contractuelle.

    Ceci implique que l’accès à ce type d’actif dépend du régulateur de l’État dans lequel tu vis et des politiques des institutions financières opérant dans ce secteur.

    Les produits dérivés sont un élément fondamental de la DeFi pour compléter son offre financière alternative. On estime, en effet, que le marché total des dérivés traditionnels atteint au moins un quadrillion de dollars et qu’il serait le plus grand marché au monde.

    Pour cette raison et aussi afin de proposer les cas d’utilisation de hedging et de spéculation, le secteur de la crypto et de la DeFi devrait développer ce type de marché.

    Les dérivés sur blockchain nécessitent 3 principaux éléments technologiques pour les soutenir :

    • Smart contract, comme toute application décentralisée.
    • Oracle, pour recevoir des informations en temps réel sur les prix des sous-jacents.
    • Tokenisation, c’est-à-dire faire du dérivé un jeton compatible avec la blockchain, fongible et programmable. Les dérivés sous forme de jeton sur la blockchain sont appelés actifs synthétiques.

    Par conséquent, les actifs synthétiques ne peuvent être développés que sur des blockchains qui offrent ces 3 fonctionnalités de manière efficace et évolutive. 

    Il existe plusieurs protocoles qui permettent de créer des actifs synthétiques, de les échanger et de les utiliser également pour le Yield Farming, dont le plus populaire est Synthetix.

    Synthetix : comment ça fonctionne

    Synthetix est un protocole sur la blockchain Ethereum qui permet la négociation d’actifs synthétiques. Le token qui alimente le protocole est Synthetix Network Token (SNX), un ERC-20.

    Le modèle de Synthetics se base sur un pool de dette. Pour émettre un actif synthétique, il faut déposer un collatéral dans SNX pour 500 % du montant que l’on souhaite générer.

    Donc, si je dépose 500 € de SNX dans le pool, j’obtiendrai 100 € d’actifs synthétiques.

    Les dérivés dans la finance traditionnelle et dans la DeFi

    Chacun de ces actifs est un token ERC-20 qui reflète, précisément, le prix de plusieurs actifs traditionnels qui peuvent être des matières premières comme l’or, ou des monnaies fiat ou cryptomonnaies.

    Les actifs synthétiques de Synthetix peuvent être échangés entre eux, ou utilisés sur d’autres protocoles d’Ethereum comme Uniswap ou Yearn Finance.

    Avec la valeur bloquée la plus élevée de tous les protocoles dérivés de la DeFi, Synthetix a été l’un des premiers protocoles lancés sur Optimism, le Layer 2 (ou seconde couche) d’Ethereum.

    En rapport