logo academy

Qu’est ce qu’un token Ethereum : au-delà de la standard ERC20

18 mai, 2022
8 min
Qu’est ce qu’un token Ethereum : au-delà de la standard ERC20
intermédiaire
Tu apprendras

    Ethereum n’est pas seulement une blockchain, mais un “ordinateur mondial” sur lequel n’importe quelle application ou actif, y compris les token crypto (connus sous le nom de tokens), peut être développé. C’est le premier écosystème qui a largement diffusé les smart contracts et qui, grâce à ses outils de développement, a contribué à donner de la lumière à la DeFi. C’est pourquoi les programmeurs choisissent de créer des tokens Ethereum pour alimenter les solutions blockchain. Découvrons donc ce que sont les tokens, combien il en existe sur Ethereum et quelles possibilités les “règles” correspondantes, appelées normes ERC, ouvrent.

    Que sont les tokens et les coins : les différences et les définition

    Y a-t-il une différence entre les tokens et les cryptomonnaies? Pas vraiment, en fait une coin basée sur une blockchain existante est toujours un token crypto, il faudrait plutôt s’interroger sur la différence entre les tokens et les coins. Lorsqu’on entre dans le monde des cryptomonnaies, ces deux termes sont souvent utilisés comme synonymes, à tort. Donnons une définition pour clarifier nos idées :

    • Coins – elles sont très similaires aux monnaies traditionnelles dans le sens qu’elles remplissent au moins deux des trois fonctions de base de la monnaie: moyen d’échange et unité de compte. La fonction de réserve de valeur n’est pas toujours réalisable, étant donné la volatilité des cryptomonnaies. Le cas d’utilisation le plus fréquent des coins est celui des paiements. En fait, un synonyme de coin est “token transactionnel”. Les coins sont également natives de la blockchain sur laquelle elles sont basées, c’est-à-dire qu’elles n’exploitent pas de codes déjà existants.
    • Tokens – un token crypto est créé pour un produit ou un service spécifique basé sur une blockchain tierce, dont il utilise un contrat intelligent pour être distribué et reconnu avec ses métadonnées spécifiques. Les tokens, en règle générale, sont créés pour répondre à des besoins spécifiques et vont au-delà de la définition classique de l’argent. Tout comme les jetons de carrousel ou de festival, les tokens crypto ont également des applications limitées à des écosystèmes blockchain particuliers, la seule différence étant qu’ils sont échangeables sur le vaste marché cryptographique.

    L’importance des règles

    Toutes les formes de société connues ont toujours eu besoin de normes pour répondre au chaos de la nature humaine et de la nature elle-même. Des conventions communes, des normes de référence, même dans les petites choses : pense à la situation où tu quittes ta maison le matin et qu’il fait encore sombre. Cela est dû à une norme, à savoir la norme UNI 13201-2 sur l’éclairage public .

    Les normes servent à codifier les actions, à établir des règles de référence pour faciliter la coopération .

    En fait, nous savons que la modularité est également fondamentale pour la technologie blockchain : les cryptomonnaies, les contrats intelligents et les dapps sont comme des pièces de lego qui vont composer toutes les nouvelles solutions sur blockchain, et ils ne pourraient pas construire des solutions complexes sans normes garantissant la compatibilité. Ces “légos monétaires” sont ce qu’Ethereum a réalisé précisément en définissant des normes : des règles qui n’impliquent pas de renoncements ou de compromis, mais ouvrent de nouvelles possibilités.

    Ethereum : l’empire des normes

    Toutes les cryptomonnaies (aussi bien les coins que les tokens) répondent à des normes ; cependant, à ce jour, les plus répandues sont certainement celles proposées par la Fondation Ethereum, dont d’autres projets se sont inspirés ou adaptés. Bien sûr, il existe de nombreuses autres blockchains avec des normes respectives. Par exemple, Tezos a développé le jeton standard FA2.

    Les smart contracts sont les “tables de la loi” dans lesquelles ces normes ont été codifiées afin de définir chaque aspect des tokens crypto. Si l’on se concentre sur la blockchain de Vitalik Buterin, il existe cinq grands types de normes pour créer un token Ethereum, analysons-les ensemble .

    Définition du smart contract : un logiciel sur la blockchain qui permet de déclencher automatiquement des actions si certaines conditions se produisent. Le cas d’utilisation le plus fréquent est la médiation d’une transaction financière entre deux entités sur la blockchain. Ethereum est le premier projet à avoir fourni un langage et une plateforme permettant à quiconque de développer plus facilement des smart contracts.

    Token Fongible ERC-20

    L’ERC-20 est le token standard par excellence, actuellement le plus utilisé, et a été le premier proposé par la communauté des développeurs. Sa principale caractéristique est la fongibilité : en un mot, un jeton ERC-20 est divisible en fractions équivalentes et peut donc être facilement échangé et diffusé. Il s’agit de la norme la plus courante pour les cryptomonnaies de projets qui ne disposent pas de leur propre blockchain et notamment pour les utility tokens.

    Non-Fungible Token (NFT) ERC-721

    Cette norme a été créée pour les tokens qui ne doivent pas être fongibles. Ils ne doivent pas être équivalents ou parfaitement divisibles, mais plutôt uniques et avec des métadonnées plus riches. Posséder un actif numérique basé sur cette norme signifie en avoir la propriété enregistrée sur la blockchain. Avec les NFT, il est en effet possible d’échanger des œuvres artistiques numériques ou des contrats sur une place de marché dédiée et d’enregistrer tout leur historique sur blockchain. Ainsi, alors que les ERC-20 sont échangeables entre eux, ainsi qu’avec des biens et services, les NFT ne peuvent être échangés qu’avec des cryptomonnaies, car un NFT n’est pas équivalent à un autre, sauf dans le cas que nous illustrons ci-dessous.

    Token fongible et non fongible ERC-1155

    Ce contrat intelligent combine les caractéristiques typiques de l’ERC-20 et de l’ERC-721 dans un token qui peut être fongible, non fongible ou semi-fongible. Imagine une œuvre artistique numérique : elle peut être unique et non fongible (NFT), ou bien elle peut être créée en un certain nombre de copies, qui seront équivalentes les unes aux autres et donc fongibles. Ces deux options sont possibles avec la norme ERC-1155.

    Security Token ERC-1400 et ERC-3643

    Les security token partagent certaines des caractéristiques des tokens fongibles, mais sont différents des utility tokens. En général, les security tokens représentent la propriété, totale ou fractionnée, de l’intérêt généré par un actif ou l’entité qui les a émis (comme les organisations ou les entreprises).

    L’objectif de “profit” est ce qui différencie les security tokens des utility tokens, selon le test de Howey, mais les premiers sont également fongibles, donc interchangeables. Pense aux actions et aux obligations, deux types de titres : chaque action sera équivalente à toute autre de valeur égale, même si elle est symbolisée.

    Pour les security tokens, il existe deux normes ethereum : le 1400 et le 3643.  Chaque jeton ERC-1400 a été programmé pour représenter un “morceau” de l’entreprise qui l’a créé, ainsi que tous les droits et obligations qui y sont liés, comme la participation aux bénéfices ou le droit de vote au conseil d’administration. ERC-1400 contient d’autres normes, afin de réglementer différents aspects du token (par exemple, ERC-1594 pour l’ajout de données réelles hors chaîne, ou ERC-1643 pour l’ajout de documents).

    Cependant, l’ERC-1400 n’est pas la seule “norme de sécurité”, il existe également l’ERC-3643, anciennement appelé protocole T-REX. Ce qui les différencie, c’est la manière dont leurs propriétaires exécutent les transactions : le premier nécessite l’utilisation de clés cryptographiques générées hors chaîne, tandis que le second s’appuie sur un système automatisé, basé sur la blockchain.

    Alors, combien de types de tokens existent sur Ethereum ? Nous avons vu les plus importants et les plus courants, mais il en existe potentiellement un pour chaque application et chaque cas d’utilisation de la blockchain. Si tu voulais proposer une nouvelle norme Ethereum, tu dois suivre un processus spécial pour la faire approuver : il existe même une norme pour proposer des idées, les Ethereum Improvement Proposals (EIP). Dans le cas des nouveaux contrats intelligents, les EIP sont appelés Ethereum Requests for Comment (ERC), comme les tokens. Pour te donner une idée du dynamisme des normes, il suffit de dire que le créateur de l’ERC-20, Fabian Vogelsteller, a déjà mis en place une meilleure version : l’ERC-725.

    Plonge dans le monde des normes et découvre la règle qui se cache derrière chaque secret de la blockchain.  

    En rapport