logo academy

Investir dans des actions ou des obligations ?

27 octobre, 2020
11 min
Investir dans des actions ou des obligations ?
débutant
Tu apprendras

    Le marché des cryptomonnaies n’est pas corrélé aux marchés traditionnels tels que celui des actions et des obligations. Cela signifie que les variations des rendements des cryptomonnaies ne sont pas liées à celles des autres actifs traditionnels. Cependant, les comparer permet de mettre en évidence comment les cryptomonnaies répondent aux mêmes paramètres bénéfice-risque et peuvent être utiles en termes de différenciation de portefeuille. 

    Mémo

    Le marché des cryptomonnaies est décorrélé des autres marchés car il ne dépend pas directement de leurs performances. Cependant, cela ne le met pas à l’abri de facteurs externes pouvant affecter le comportement des investisseurs et donc le marché, comme la Covid-19 qui a conduit à un effondrement général des prix des cryptomonnaies.

    Les marchés financiers

    Les marchés financiers sont des lieux opérationnels, organisés sur la base de règles ou de pratiques publiques, où il est possible d’acheter ou de vendre des instruments financiers (actions, obligations, produits dérivés, parts de fonds communs de placement, etc.), favorisant la rencontre entre offre et demande d’actifs financier grâce à la concentration, dans un même « espace » et au même moment, des négociations.

    Les informations qui gravitent autour des marchés financiers sont l’élément sur lequel les opérateurs économiques définissent leurs stratégies d’investissement. Ces informations peuvent être des données, des prix, des analyses macro et microéconomiques, ainsi que des changements politiques et sociaux.

    Pour cette raison, s’informer et se tenir à jour est d’une importance cruciale. Trouver des informations au bon moment peut nous aider à aller de l’avant et à réaliser de meilleurs profits.

    Les 5 marchés financiers 

    Lorsque tu investis dans un instrument financier, comme une action ou une devise étrangère, tu participes à l’un de ces marchés :

    • obligataire : obligations, obligations d’État, BTP, etc. 
    • actionnaires : actions 
    • monétaire : BOT
    • de devises : Forex
    • de  matières premières : futures, or, pétrole, produits pétroliers, oranges, argent, etc.

    L’argent investi par toute entité financière, brokers, fonds ou petit investisseur, rentre nécessairement dans l’une de ces cinq catégories de marché. L’argent que nous laissons sur notre compte courant est également réinvesti par la banque qui rachète un portefeuille d’instruments financiers. Les investissements que nous souscrivons avec l’aide de notre banque ou d’un intermédiaire sont également des « packages » d’actifs financiers.

    Les 4 principes du marché

    Il y a quatre principes que nous devons garder à l’esprit lorsque nous décidons d’investir sur les marchés financiers : 

    Le marché est composé de personnes

    Première chose : un marché est composé de personnes. Investisseurs, dirigeants d’entreprises, brokers, traders, conseillers financiers, fonds sont autant de personnes qui interagissent sur les mêmes instruments. Le comportement humain et la psychologie humaine affectent donc beaucoup le marché, souvent de manière imprévisible. En particulier en période de grande incertitude, le marché réagit par un effet domino imprévisible. 

    Le marché s’agite et doit être observé avec du sang-froid.

    Contrairement à ce que nous avons l’habitude de penser, le marché n’est pas linéaire. Nous considérons notre vie comme un chemin graduel de croissance. En réalité, cela ne se passe jamais comme ça. On se réfugie dans la quiétude d’un CDI et une crise mondiale nous met au chômage en une semaine. Nous achetons une maison et les besoins de la famille nous obligent à la vendre et à changer de ville. La vérité est que les marchés, comme nos vies, procèdent par secousses et chocs, avec des hauts et des bas.

    Pour cette raison nous devons :

    1. Ne jamais investir toutes nos liquidités. Au maximum 20 % de nos économies (qui correspondent à nos revenus moins les dépenses).
    2. Aborder les investissements avec un réalisme objectif.

    Le marché est plus performant à long terme

    L’une des erreurs les plus fréquentes chez les investisseurs (90 % à 95 %) est de liquider leurs actifs en temps de crise. Ce faisant, une perte virtuelle se transforme en une perte réelle et l’on quitte le marché au pire moment. Mais le marché est un phénix. Il s’effondre et se relève continuellement. La stratégie gagnante consiste à adopter une perspective à long terme afin de ne pas paniquer dans les moments difficiles.

    Investir en actions et obligations : les principales classes d’actifs

    Les classes d’actifs, les classes d’investissement, sont des ensembles d’instruments financiers homogènes, c’est-à-dire des instruments qui se comportent de la même manière sur le marché et présentent des caractéristiques similaires.

    Mémo

    Il n’y a pas de bons ou de mauvais instruments financiers. En fonction de ses objectifs personnels, l’investisseur choisira celui qui lui convient le mieux.

    Chaque instrument représente différentes caractéristiques de coût, de liquidité, de risque et évidemment de rendement. Voici une liste des principaux actifs : actions, obligations et obligations d’État. 

    Investir dans des obligations d’État 

    Que sont-elles ?

    Les obligations d’État (ou « bond » en Anglais) sont un type d’obligations émises périodiquement par le ministère de l’Économie et des Finances d’un État, dans le but de financer (d’assainir) la dette publique

    Niveau de risque

    Bien que le risque et le rendement dépendent des caractéristiques de l’émetteur, ce sont généralement des actifs très sûrs car la faillite d’un État est peu probable. Une obligation argentine (pays émergent à forte instabilité économique) présente des risques et des rendements plus élevés que, par exemple, une obligation allemande. 

    Cependant, aujourd’hui, où les taux d’intérêt interbancaires fixés par les banques centrales sont nuls (voire inférieurs à zéro), la différence entre les intérêts payés par des obligations plus sûres et les intérêts payés par des obligations moins sûres est faible. 

    Les obligations d’État restent la classe avec la plus faible volatilité par excellence et pour cette raison les taux d’intérêt ne sont pas très élevés. Par exemple, si aujourd’hui nous investissons 100 000 € dans des obligations italiennes venant à échéance en 2030, le taux d’intérêt annuel serait d’environ 1,39 %. 

    Comment gagne-t-on de l’argent ? 

    Une obligation d’État, comme toute autres obligations, a une échéance. À la fin de la période établie, elle garantit à l’investisseur le remboursement du principal plus les intérêts fixes

    Anecdote

    Les obligations sont des titres de créance du sujet qui les émet tels que des États, des entités, des banques ou des sociétés. Ce sont des titres de crédit pour celui qui les achète, l’investisseur. Les obligations sont émises dans le but de lever des capitaux. Ces capitaux sont levés directement auprès des épargnants, car ils offrent des conditions plus avantageuses que celles des prêts bancaires.

    Investir dans des obligations

    Que sont-elles ?

    Ce sont des titres de créance émis par des banques, des entreprises privées ou des organismes publics dans le but de lever des liquidités. Celui qui achète une obligation verse de l’argent à l’émetteur qui s’engage à la restituer à l’échéance et à payer un taux d’intérêt. Le souscripteur devient alors le créancier de l’émetteur. Encore une fois, le risque dépend de l’émetteur.

    Les obligations te permettent de calculer à la fois le profit du taux d’intérêt et le rendement à l’échéance. Il ne s’agit pas de prévisions, mais de calculer à l’avance et avec certitude le retour sur investissement. Ainsi, toute décision d’investir dans des obligations est toujours motivée et basée sur des données objectives.

    Comment gagne-t-on de l’argent ? 

    Les obligations sont une sorte de prêt que tu accordes à une entreprise privée, un organisme public ou une banque. Le prêt accordé te donne droit à un taux d’intérêt, appelé coupon. Le taux d’intérêt est plus élevé que sur les obligations d’État car l’émetteur est plus susceptible de ne pas être en mesure de te rembourser sa dette. 

    Dans le cas où les obligations ont un « coupon zéro », les intérêts ne sont pas payés régulièrement (sur une base trimestrielle par exemple) mais en une seule fois, à l’échéance de l’obligation. 

    Obligations vs actions 

    Si l’émetteur est en défaut de paiement (ne rembourse pas ses dettes), ceux qui investissent dans des obligations sont mieux protégés que ceux qui investissent dans des actions. En effet, les actions n’étant pas des prêts mais des prises de participation, elles ne permettent pas de compenser les pertes. Les obligations, comme les prêts, ont tendance à être remboursées en premier en cas de défaut de paiement. 

    Le taux d’intérêt est plus élevé pour les entreprises qui ont un plus grand risque de défaut de paiement : les obligations plus risquées ont un meilleur rendement que les moins risquées. En effet, plus le risque de défaut est grand, plus l’emprunteur doit payer des frais élevés pour persuader le créditeur de prêter son argent. 

    Les obligations peuvent être vendues avant leur échéance sur le marché secondaire

    Anecdote

    Le spread (écart) indique la différence de rendement entre deux obligations ou actions de même nature et durée, l’une des deux étant le titre de référence. Par exemple, pour calculer le spread des obligations d’Etat de la zone euro, nous avons tendance à prendre comme référence les obligations allemandes, en raison de la solidité de leur économie.

    Investir dans des actions

    Que sont-elles?

    Ce sont les instruments financiers les plus courants et les plus connus. Les actions sont des titres représentatifs d’une part de capital social d’une société cotée ou non en bourse. Cela signifie qu’en achetant une action, l’investisseur devient copropriétaire de l’entreprise en participant pleinement au risque économique de celle-ci. 

    La valeur de notre action augmentera ou diminuera en fonction de la performance de l’entreprise et du potentiel de croissance du marché dans lequel elle opère. La popularité de l’entreprise affecte également le prix des actions : plus elles sont demandées (c’est-à-dire que la demande augmente), plus elles acquièrent de la valeur.

    Comment gagne-t-on de l’argent ? 

    Les actions te permettent de gagner de deux manières : par la valeur de l’action et par les dividendes. Les dividendes sont des paiements que les entreprises versent à leurs actionnaires sous forme de distribution de bénéfices annuels (généralement distribués sur une base trimestrielle). Cependant, la société peut décider d’allouer ces dividendes à de nouveaux investissements pour développer son activité. C’est le cas typique des entreprises à forte croissance, telles que Google et Facebook.

    À l’inverse, les entreprises qui ont des bénéfices importants mais peu d’opportunités d’expansion ont tendance à verser régulièrement des dividendes élevés (par exemple, une société d’autoroutes). De plus, en cas de vente des actions, le gain est également réalisé sur la fluctuation de leur prix, si celui-ci a augmenté par rapport au moment de l’achat. 

    Risque

    Les actions comportent un risque plus élevé car l’entreprise peut terminer une année à perte ou même faire faillite. En outre, des facteurs internes et externes à l’entreprise peuvent inciter les investisseurs à désinvestir, ce qui entraîne une augmentation de l’offre et, par conséquent, une baisse du cours de l’action. 

    Mémo

    Pour les entreprises à forte croissance : souvent, elles ne garantissent pas les dividendes car ils sont réinvestis pour développer l’entreprise, de sorte que leurs actions ont tendance à prendre de la valeur avec le temps. Pour les entreprises à dividendes élevés : à long terme, elles peuvent devenir une source de revenus constants. Cependant, la valeur de l’action ne connaîtra pas de croissance significative.

    Dans le prochain article, nous analyserons les autres instruments financiers et comment identifier les plus adaptés à notre cas. 

    En rapport