logo academy

Quelle est la différence entre investir dans des actions et des obligations ?

14 octobre, 2022

10 min

Quelle est la différence entre investir dans des actions et des obligations ?
débutant

Est-il préférable d’investir dans des actions ou des obligations ? Difficile de répondre sans savoir ce qu’elles sont et sans évaluer les différences. Nous te proposons de découvrir tout ça ensemble, en commençant par la définition des instruments financiers primaires et des classes d’actifs.

Instruments financiers primaires : actions et obligations

Les instruments financiers sont ces produits d’investissement qui nous ouvrent des possibilités de profit, c’est pourquoi certains choisissent de les inclure dans la gestion de leurs finances personnelles. Ils peuvent être divisés, tout d’abord, entre les instruments primaires et les instruments dérivés. Essentiellement, les instruments financiers primaires sont ceux dont la valeur ne dépend pas d’autres instruments, ce qui est une caractéristique des dérivés. Les actions et les obligations sont les principaux instruments financiers et ils donnent également leur nom aux asset classes (classes d’actifs) correspondants.

Asset Class

Une classe d’actifs est un groupe d’instruments financiers aux caractéristiques similaires qui se comportent de la même manière sur le marché.

Les actions et les obligations sont émises (créées) par des acteurs économiques qui veulent lever des ressources pour financer leur entreprise. En principe, les entreprises, grandes et petites, jusqu’aux énormes caisses de l’État, ont deux options pour lever des capitaux. Ils peuvent soit emprunter auprès des banques, commerciales ou centrales, soit accepter les placements des épargnants ordinaires. Ces derniers sont plus avantageux que les prêts bancaires, essentiellement en raison des intérêts moins élevés que les entreprises doivent payer en guise de prime. Investir dans des actions et des obligations permet donc aux entreprises sous-jacentes de se développer, ou du moins de maintenir leurs processus de production, ainsi que de récompenser les investisseurs par un retour financier en cas de succès.

Nous te proposons d’approfondir dans les paragraphes suivants : que sont les actions et les obligations, quelle est la différence entre elles et comment gagne-t-on de l’argent avec ces types d’investissement ?

Investir dans des actions

Pour comprendre ce que sont les actions, prenons un exemple : Dunder Mifflin est une entreprise qui vend du papier et des fournitures de bureau en gros. Elle a de nombreux clients et ses services sont très demandés ; cependant, l’entreprise n’a pas assez de moyens et de ressources pour répondre à la forte demande de ses produits et services. Elle a besoin de financement, et elle divise donc la valeur de l’ensemble du capital de son entreprise (constitué de ce qu’elle possède, y compris les bâtiments et les machines) en actions : des parts représentatives de la propriété. Il existe plusieurs façons d’émettre des actions, la plus courante étant d’organiser une introduction en bourse (IPO, ou Initial Public Offering), la société devenant alors une société anonyme (S.A.).

Désormais, quiconque souhaite participer à l’entreprise économique de Dunder Mifflin peut être directement exposé à ses performances en devenant actionnaire. Investir dans des actions signifie partager les pertes et les gains de l’entreprise, reflétés dans le prix de l’action. Les actions sont donc appelées “capital-risque”, récompensées précisément pour l’incertitude de l’investissement. Les bénéfices tirés d’un investissement en actions proviennent de deux facteurs :

  • Les achats et ventes sur les marchés d’actions : les actions peuvent être négociées librement sur des marchés tels que la Bourse de Paris et le Nasdaq, afin de tirer profit de la vente. Le prix des actions varie en fonction de l’offre et de la demande, gérées au sein de plateformes en ligne appelées bourses ou stock exchanges, comme celles que nous venons de mentionner.
  • Les dividendes sont distribués périodiquement entre les actionnaires : une partie des bénéfices de la société est partagée proportionnellement entre les actionnaires, généralement sur une base annuelle.

Les actions correspondent à un pourcentage de la société, de sorte que celui qui les possède devrait avoir le pouvoir de choisir l’avenir de la société, étant un propriétaire “partiel”. En réalité, il existe deux types d’actions, qui diffèrent par leurs pouvoirs de gouvernance et leurs dividendes :

  • Actions ordinaires (common stock) : leur marché est très dynamique, les détenteurs peuvent exercer des droits de vote mais ne sont pas assurés de recevoir des dividendes. C’est le conseil d’administration (CA) qui décide de l’opportunité et du montant de la distribution.
  • Actions privilégiées (preferred stock) : ne donnent généralement pas de pouvoir de décision, mais le versement de dividendes est assuré. Elles sont plus élevées que pour les actions ordinaires. Le marché des actions privilégiées est presque statique, car les investisseurs ne les achètent pas pour leur potentiel de croissance, mais pour des bénéfices réguliers.

Mémo

Les entreprises très développées ne distribuent souvent pas de dividendes car tous les bénéfices sont réinvestis pour développer l’activité. En revanche, la valeur de leurs actions possède un plus grand potentiel de croissance. Les entreprises qui ont moins de marge de manœuvre pour l’innovation ont des dividendes élevés : ils peuvent devenir une source constante de revenus, mais la valeur de leurs actions n’augmentera pas de manière aussi significative.

Si les prévisions de croissance de l’entreprise sont prometteuses, les investisseurs seront prêts à payer une action plus chère que sa valeur intrinsèque (fair value), basée sur le capital de l’entreprise. L’entreprise disposera alors du financement dont elle a besoin pour se développer. Alors pourquoi toutes les entreprises n’émettent-elles pas toutes des actions ? L’émission d’actions est complexe car elle est strictement réglementée, c’est pourquoi de nombreuses entreprises préfèrent vendre des obligations : découvrons ce qu’elles sont.

Investir dans des obligations

Le mécanisme de la dette est le véritable pilier de l’économie mondiale : les entreprises et les États utilisent souvent l’argent emprunté comme “carburant” pour leurs processus de production. Une partie de la valeur ainsi générée doit alors être restituée aux créanciers, ainsi qu’un pourcentage d’intérêt. Les établissements de crédit, les banques et autres institutions financières ne sont cependant pas toujours disposés à prêter : ils empêchent l’accumulation de dettes excessives et, comme nous l’avons déjà mentionné, les limitent avec des taux d’intérêt parfois élevés.

Il existe une alternative à l’emprunt : les entreprises peuvent financer leur dette par des obligations (ou bonds en anglais), mais qu’est-ce que c’est ? En bref, l’entreprise divise le capital dont elle a besoin en plusieurs petites parties, de sorte que la dette puisse être “répartie” entre plusieurs créanciers. L’investissement en obligations donne des récompenses avec un mécanisme similaire à celui des actions, bien que les rendements soient différents, comme nous allons le voir.

Chaque obligation est créée à une valeur fixe (appelée nominal), mais peut être vendue à un prix (issue) différent. En bref, les créanciers pouvaient acheter une obligation :

  • below par, c’est-à-dire avec une décote;
  • above par, c’est-à-dire avec une prime;
  • on par, c’est-à-dire au prix.

C’est possible car les obligations sont souvent vendues aux enchères. Le plus offrant, à la fin du contrat d’obligation, recevra toujours un montant égal à la valeur nominale. Si le prix qu’il a payé à l’émission est inférieur à cette valeur, le créancier réalisera un bénéfice (plus-value), net de tout intérêt. C’est le seul rendement que rapportent les obligations dites zero-coupon, c’est-à-dire sans intérêts supplémentaires pour le créancier ; lorsqu’ils sont présents, on les appelle des coupons.

Fait

Les premiers contrats obligataires étaient sur papier et donc munis d’un coupon, qu’on pouvait détacher et apporter à la banque pour percevoir les intérêts.

Les coupons fonctionnent de la même manière que les dividendes : ils sont distribués périodiquement entre les créanciers, en fonction d’un taux d’intérêt qui peut être fixe ou variable. Comme les actions, les obligations peuvent également être vendues sur le marché secondaire (debt market), avant l’échéance effective du contrat. Les obligations d’entreprises ou de sociétés, ne sont toutefois pas les seules : il existe également des titres de créance d’État, ou obligations d’État, c’est-à-dire émis par un État national, comme la France.

Investir dans des obligations d’État

Les gouvernements émettent des obligations d’État pour financer (ou réhabiliter) la dette publique : ces obligations sont généralement sûres, car la faillite dun État (default) est rare.

Les différentes obligations d’État n’ont cependant pas le même niveau de risque : investir dans les obligations d’un pays émergent, économiquement instable, rapporte plus qu’une obligation allemande par exemple. C’est parce que l’intérêt des investisseurs découle précisément du niveau de risque qu’ils sont prêts à prendre.

Qui évalue le profil de risque d’un État ? Il existe des agences de credit rating spécialisées, telles que Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch. Ils attribuent une “note” (de AAA à D) à la solvabilité d’un État, c’est-à-dire à la probabilité que le principal soit restitué au créancier à la fin du contrat obligataire.

Spread

Le spread (différentiel) est la différence de rendement entre deux obligations ou actions de même type et de même durée, l’une d’entre elles étant le titre de référence. Par exemple, pour calculer le spread des obligations d’État de la zone euro, on fait référence aux obligations allemandes, en raison de leur puissance économique.

La Banque centrale européenne elle-même (comme la Fed américaine) achète des obligations d’État pour injecter des liquidités dans les économies en difficulté. Il s’agit d’un processus appelé “assouplissement quantitatif”, adopté pendant la pandémie, que la BCE combine avec la création de nouvelles monnaies fiduciaires.

Une fois la reprise économique enclenchée, les banques centrales cessent progressivement de stimuler l’économie. L’assouplissement quantitatif, s’il est prolongé, pourrait accroître excessivement l’inflation.

Actions et obligations : les différences

La principale différence entre les actions et les obligations réside dans les niveaux de risque : investir dans des actions implique un degré d’incertitude plus élevé. Pour la même raison, c’est aussi potentiellement plus rentable que les obligations d’État et de société. En outre, la bourse expose les entreprises au “risque psychologique” des investisseurs, car un trimestre négatif pourrait les convaincre d’abandonner l’entreprise. De plus, en cas de défaillance, les entreprises et les États remboursent les créanciers avant les actionnaires.

Les obligations garantissent le remboursement du capital, tandis que les actions ne protègent pas l’investissement contre le risque commercial, bien que les droits de vote (le cas échéant) puissent influencer les performances de l’entreprise.

Il n’existe pas d’investissement “sûr” : les instruments financiers ne sont pas “bons” ou “mauvais” ; en fonction de ses objectifs personnels, l’investisseur choisira le plus approprié.

En rapport