logo academy

Qu’est-ce que le Bitcoin et comment ça fonctionne ?

15 avril, 2022
13 min
Qu’est-ce que le Bitcoin et comment ça fonctionne ?
débutant
Tu apprendras

    Le Bitcoin est la première cryptomonnaie réussie, même si d’autres, avant le “digital gold”, ont été envisagées mais jamais réalisées, ou mises en œuvre mais jamais adoptées par le public. En fait, Satoshi Nakamoto, lemystérieux inventeur du Bitcoin, a été le premier à rendre réellement possible l’échange de valeur entre personnes, sans intermédiaire, grâce à la technologie blockchain. Découvrons donc ensemble ce qu’est le Bitcoin, comment fonctionne une cryptomonnaie et de quoi dépend la valeur du Bitcoin.

    Le Bitcoin : qu’est-ce que c’est et comment est-ce apparu ?

    Pour comprendre ce qu’est le Bitcoin et comment il fonctionne, il faut d’abord connaître son histoire. Commençons par la genèse : derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto se cache l’extraordinaire inventeur du Bitcoin qui, en 2009, a lancé la cryptomonnaie en réponse à la crise financière. Un projet basé sur la technologie blockchain, capable de s’opposer au système monétaire mondial centralisé et inégalitaire.

    À ce jour, la véritable identité de Nakamoto est toujours inconnue, bien qu’il existe des suppositions et quelques autoproclamations. On ne sait même pas si le “créateur du Bitcoin” est plutôt un groupe d’informaticiens ou un seul individu : un anonymat qui n’est pas surprenant, après tout le Bitcoin est un réseau de pairs, personne ne possède exclusivement son code cryptographique, pas même le créateur. Satoshi Nakamoto n’a donc pas eu besoin de présenter son autorité pour que le Bitcoin fonctionne : c’est la décentralisation.

    L’énigme qui entoure son identité relève toutefois de la légende : en 2008, Satoshi a publié en ligne le whitepaper du Bitcoin (Bitcoin : A Peer-to-Peer Electronic Cash System), un document dans lequel il affirmait avoir créé un système de paiement qui n’avait pas besoin de banques et qui était capable de transcender toutes les frontières géographiques et politiques. Le Bitcoin, en effet, est échangé en peer-to-peer (p2p) et sa sécurité ne nécessite pas l’autorité de tiers, puisqu’il est basé sur un protocole cryptographique. De plus, sa courbe d’émission suit un algorithme anti-inflationniste : le Bitcoin est conçu pour conserver son pouvoir d’achat dans le temps, mais sa valeur sera de toute façon soumise au marché, comme nous allons le voir.

    Satoshi a publié le logiciel du Bitcoin au début de 2009, en le communiquant exclusivement par courrier électronique sur la liste de diffusion de la cryptographie à l’adresse metzdowd.com. Il ne s’est jamais montré en public, cependant il a fondé un forum pour discuter des cryptomonnaies et de la blockchain : BitcoinTalk. C’est là que se sont affrontées des personnes qui allaient se révéler extrêmement importantes pour le monde des cryptomonnaies : Vitalik Buterin, le créateur d’Ethereum ; Sunny King, le créateur de l’algorithme de consensus Proof-of-Stake ; et Hal Finney, l’informaticien qui a défini le risque de double dépense, parmi les rares à avoir reçu un BTC de Nakamoto lui-même !

    Soudainement, le 12 décembre 2010, Satoshi Nakamoto a coupé le contact avec le monde : son dernier message sur BitcoinTalk a mis fin à “l’ère Satoshi“, qui avait commencé le 31 octobre 2008 avec la publication du livre blanc. Au moment où la technologie a commencé à attirer l’attention, les courriels ont également cessé. Il n’a pas répondu même en 2016, lorsqu’il a été nommé pour le prix Nobel d’économie.

    Pourquoi Satoshi s’est-il retiré de la scène ? Sans doute pour éviter que ses propos n’affectent la valeur de sa création, ou pour se consacrer à d’autres projets, on ne sait pas. Cependant, depuis cette époque, le code open source a été révisé et intégré par un groupe de programmeurs dont l’identité est connue ; donnant parfois naissance à de nouvelles cryptomonnaies, nées précisément du Bitcoin (comme Bitcoin cash).

    En créant le Bitcoin, Satoshi Nakamoto a utilisé des concepts et des technologies déjà connus : la cryptographie, la blockchain, le mécanisme de validation des transactions (Proof-of-Work) et même l’idée même de ” cryptomonnaie ” n’étaient pas nouveaux ; cependant, Nakamoto a eu le mérite de les combiner et de les réaliser. Mais d’où viennent ces idées ?

    Le Bitcoin : qu’est-ce que le cypherpunk ?

    De nombreux concepts essentiels au Bitcoin ont été développés par une communauté en ligne : les Cypherpunks, un groupe d’activistes de la confidentialité numérique dirigé par des personnalités telles que Timothy May. Dans le cadre de leur mission, ils voulaient créer une monnaie numérique aussi anonyme que l’argent liquide. En fait, plusieurs expériences de monnaies numériques circulaient déjà sur les listes de diffusion cypherpunk dans les années 1990.

    Adam Back, un chercheur britannique, a créé le hashcash : le mécanisme de production de blocs, appelé Proof-of-Work, qui est devenu par la suite un élément central du Bitcoin. Un autre projet de monnaie numérique, appelé b money, a été conçu par un ingénieur informatique nommé Wei Dai. En 1998, Nick Szabo a envoyé son projet de monnaie numérique, appelé Bit Gold, à un petit groupe de passionnés, dont Wei Dai lui-même et Hal Finney. Ils ont essayé d’en créer une version fonctionnelle : Bit Gold était la tentative la plus proche du Bitcoin, un token numérique rare, comme l’or, qui pouvait être envoyé par voie électronique, sans devoir passer par une autorité centrale comme une banque. 

    Les premières personnes à qui Satoshi Nakamoto a envoyé par courriel le livre blanc sur le Bitcoin sont M. Back et M. Dai, peut-être en remerciement de leurs recherches. En outre, M. Finney, récemment décédé, a aidé Satoshi à améliorer le logiciel Bitcoin à l’automne 2008, avant sa diffusion publique.

    Le début d’une ère : la genèse du Bitcoin

    Le premier bloc d’une blockchain est connu sous le nom de bloc de genèse, et celui de Bitcoin a marqué le début d’une ère : créé le 3 janvier 2009 à 18:18, son code de référence cryptographique (hash) est connu de tous les participants au réseau comme point de départ, une “racine sécurisée”. En effet, chaque bloc est lié de manière immuable au premier par la fonction de hachage, de manière à construire un historique éternel des transactions Bitcoin, contenu précisément dans les blocs.

    Satoshi a décidé de souligner l’événement historique de la naissance du Bitcoin en écrivant un message dans la seule transaction du premier bloc :

     The Times 03/Jan/2009 Chancellor on the brink of second bailout for banks

    La phrase fait référence au titre d’un article du Times du 3 janvier 2009, que l’on pourrait traduire en français par “Le chancelier fait l’hypothèse d’un second sauvetage des banques”. À l’époque, nous étions en effet toujours en pleine crise financière et, par ce commentaire, Satoshi Nakamoto a voulu exposer les motivations qui l’ont poussé à créer le Bitcoin, en les gravant dans le bloc de genèse. Cette phrase condense la position antithétique du Bitcoin par rapport au système financier actuel, tout en représentant une sorte de manifeste : elle inaugure la naissance d’une politique monétaire alternative.

    Bitcoin : qu’est-ce qu’une cryptomonnaie et comment fonctionne-t-elle ?

    Le Bitcoin, acronyme de la pièce BTC, est la première monnaie réussie basée sur la blockchain et la première application réussie de cette technologie révolutionnaire.

    Le Bitcoin est une cryptomonnaie et, à ce titre, il a une valeur monétaire, comme toute monnaie fiduciaire. Contrairement à eux cependant, le Bitcoin circule dans un système décentralisé qui ne nécessite pas d’intermédiaires, comme les banques. L’émission et la sécurité des cryptomonnaies, en général, sont programmées et contrôlées par des systèmes cryptographiques et des algorithmes appelés mécanismes de consensus.

    bitcoin la premiere crypto-monnaie de l'histoire

    Quelle est la valeur du Bitcoin ?

    La valeur du Bitcoin n’a pas été établie au moment de sa création, et elle ne peut pas non plus être activement régulée par les gouvernements ou les banques centrales. La fluctuation de la valeur du BTC dépend essentiellement des volumes d’échanges, c’est-à-dire de la quantité de Bitcoins achetés ou vendus par les particuliers et les institutions. Comme toute denrée rare, plus les gens veulent l’acheter, plus son prix doit augmenter. La détermination de son prix relève donc en grande partie de la loi de l’offre et de la demande.

    Cependant, pour le Bitcoin et les autres cryptomonnaies, on pourrait reconnaître une valeur intrinsèque, indépendante du facteur marché. Nous parlons de la valeur et du potentiel des technologies sous-jacentes : les cryptomonnaies sont des programmes développés sur la blockchain, et c’est de cette dernière qu’elles tirent leurs avantages, à savoir la sécurité cryptographique, la décentralisation et la programmabilité. Une monnaie pour tous, contrôlée par personne.

    En effet, étant basé sur des codes et des algorithmes, le fonctionnement des cryptomonnaies dépend d’une logique prédéterminée. Le Bitcoin répond, en somme, à un “ensemble” complexe de conditions et d’automatismes, dont découlent ses cas d’utilisation. Cela a une autre implication précieuse : sous réserve d’un accord entre les participants au réseau, dans un processus appelé gouvernance, la logique des cryptomonnaies peut être adaptée à de nouveaux besoins, précisément en raison de la programmabilité.

    Pour en revenir à la tokenomique du Bitcoin, Nakamoto a fixé un maximum de 21 millions de Bitcoins, certes divisibles en fractions plus petites (l’unité minimale est appelée “satoshi” et correspond à 0,00000001 Bitcoin), mais avec l’idée que la faible disponibilité garantirait une plus grande stabilité à sa valeur.

    Les Bitcoins sont produits et distribués en tant que récompense pour ceux (appelés mineurs) qui assurent la sécurité de la blockchain. Toutefois, l’émission de BTC présente un schéma particulier : tous les quatre ans environ, à partir de 2009, la récompense est divisée par deux, selon un algorithme appelé Halving. En commençant par une récompense de 50 BTC par bloc, on estime que la dernière fraction de Bitcoin sera distribuée en 2140. Ce système devrait, en théorie, contrer l’inflation du Bitcoin.

    Malgré le battage médiatique autour du Bitcoin en tant que moyen de paiement potentiel de l’avenir, dans certains scénarios de marché, beaucoup le considèrent comme un actif refuge, soutenu par le fait qu’il partage certaines caractéristiques avec l’or, comme la rareté : c’est pourquoi il est également appelé “or numérique“.

    Le Bitcoin : comment sa valeur a-t-elle évolué ?

    Le Bitcoin est passé d’un simple concept, décrit dans le whitepaper de Satoshi, à une véritable monnaie. Ce sont les étapes les plus importantes de son histoire :

    bitcoin etapes histoire

    Toutefois, pour s’imposer dans le contexte macroéconomique, le Bitcoin devra d’abord être adopté en masse. Ses objectifs ne seront pas atteints s’il continue à vivre dans la niche des “early adopters“. Sa diffusion nécessite toutefois avant tout une réglementation : des lois claires qui correspondent à l’innovation de la blockchain. En effet, les cryptomonnaies ne peuvent pas être traitées de la même manière que toute autre monnaie, compte tenu des caractéristiques qui viennent d’être présentées. De nouveaux accords internationaux pourraient libérer le Bitcoin des préjugés, principalement dus à une méconnaissance de cette technologie. Cependant, en Amérique du Sud et dans d’autres territoires soumis à la pression de l’inflation du dollar américain, le Bitcoin a déjà été acheté comme réserve nationale, faisant ainsi de la cryptomonnaie une monnaie à cours légal.

    Fait

    Le premier achat en Bitcoin a eu lieu le 22 mai 2010 et a vu l’échange de 10 000 BTC contre deux pizzas familiales. Laszlo Hanyecz a en effet payé environ 40 dollars en Bitcoins à la pizzeria Papa John’s, en Floride : depuis lors, chaque 22 mai est célébré comme le “Bitcoin Pizza Day”.

    Dans tous les cas, il est important de souligner que la valeur du Bitcoin n’a pas dessiné un arc de croissance régulier, mais plutôt une oscillation entre marché baissier et marché haussier. La volatilité a souvent caractérisé le prix du Bitcoin, entre des hauts et des bas passionnants. Cependant, l’évolution du cours du Bitcoin ne doit pas être un mystère : il existe plusieurs outils pour la suivre, comme les supports et résistances ou les trendlines !

    bitcoin histoire

    Le Bitcoin : qu’est-ce que la gestion à long terme

    De toutes les cryptomonnaies, le Bitcoin est celle qui a la plus longue durée de vie. Son réseau est resté en ligne et opérationnel 99,98% du temps depuis sa conception il y a plus de 10 ans. Le Bitcoin est la seule cryptomonnaie à avoir une histoire similaire : son code s’est avéré une forteresse imprenable pour les pirates, même lorsque sa valeur aurait rendu une attaque extrêmement rentable. C’est un fait : l’algorithme du Bitcoin est sécurisé.Ce sentiment s’est depuis reflété dans la valeur du Bitcoin : alors qu’il faisait initialement l’objet de spéculations, sa technologie a conduit certains “détenteurs” (les détenteurs de BTC) à le considérer comme un instrument ayant un potentiel à moyen et long terme. L’adoption croissante et les cas d’utilisation stimuleront l’intégration du Bitcoin et de l’économie réelle. Ceci est susceptible d’influencer sa valeur à long terme.

    Bitcoin : le nouvel Internet

    Parler de ce qu’est le Bitcoin, c’est aborder l’une des innovations technologiques les plus intéressantes de ces 20 dernières années. Le changement apporté par le Bitcoin est, pour beaucoup, comparé à ce que l’internet a apporté à sa naissance.

    Le Bitcoin est principalement connu comme une cryptomonnaie, mais il est bien plus que cela. Affirmer que le Bitcoin n’est qu’une monnaie virtuelle reviendrait à dire qu’Internet n’est qu’un échange de courrier électronique. En fait, les applications de la blockchain et des cryptomonnaies, dont le Bitcoin est un exemple, sont allées jusqu’à définir une nouvelle ère : le Web3.

    Si Internet a démocratisé l’accès à l’information, la diffusion des données et la possibilité d’accéder à la connaissance, le Bitcoin a démocratisé l’accès aux ressources financières, l’échange d’argent et la transparence de l’information, remettant en cause le système financier mondial actuel.

    En rapport