logo academy

Charles Hoskinson au-delà des chiffres de Cardano

2 mars, 2022
7 min
Charles Hoskinson au-delà des chiffres de Cardano
débutant
Tu apprendras

    Hoskinson est l’un des personnages qui a le plus contribué au développement du secteur de la crypto, il l’a fait d’une manière différente des autres personnalités et avec une approche particulière. Découvrons ensemble les éléments fondamentaux de la vision de Charles Hoskinson.

    Charles Hoskinson avant Cardano

    Charles Hoskinson est né le 5 novembre 1987 dans les îles hawaïennes. Sa formation universitaire est de type scientifique-mathématique, mais il interrompt ses études avant de compléter un doctorat de recherche (Phd) en théorie analytique des nombres. Sans surprise, son futur projet portera le nom du mathématicien italien Gerolamo Cardano.

    On ne connaît pas beaucoup de détails sur sa carrière professionnelle initiale, mais son intérêt pour les cryptomonnaies s’est épanoui peu de temps après la naissance du Bitcoin, dont il apprécie la rareté et la valeur intrinsèque conséquente qui le caractérise.

    En fait, en 2013, il poursuit cet intérêt et abandonne son poste de consultant pour entrer dans le projet du Bitcoin Education Project, tu trouveras ici la discussion originale qu’il a créée sur le forum historique Bitcointalk. La même année, il rejoint l’équipe des fondateurs d’Ethereum avec des personnages tels que Vitalik Buterin et Gavin Wood, où il assume le poste de PDG du projet.

    Après environ un an, Hoskinson est retiré de l’équipe Ethereum en raison d’une divergence d’idées avec Vitalik Buterin. En effet ce premier voulait mener à bien le projet de manière entrepreneuriale à but lucratif tandis que le second avec une perspective à but non lucratif.

    La même année, il fonde la société IOHK, la société qui a soutenu le développement de Cardano avec Jeremy Wood, un ancien collègue d’Ethereum. Lors de la levée de fonds, mise en place par une ICO et le financement personnel de Hoskinson, il refuse de demander des capitaux à des fonds de Venture Capital pour des raisons purement idéologiques, en effet cela irait à l’encontre de l’idée de décentralisation à la base des cryptomonnaies. À ce jour, les principaux VC du secteur des cryptomonnaies ne détiennent aucune participation dans ADA.

    La naissance de Cardano

    Pour comprendre ce qui a conduit à la naissance de Cardano, outre le différend avec Vitalik Buterin, il faut faire un petit plongeon dans le passé et comprendre quels problèmes la première cryptomonnaie, le Bitcoin, visait à résoudre.

    Peu avant la création de bitcoin, il était nécessaire de déplacer de la valeur dans le monde entier de manière décentralisée sans dépendre d’un intermédiaire financier, et c’est précisément le besoin auquel la technologie blockchain, et le Bitcoin en particulier, cherchait à résoudre.

    Le problème que Hoskinson avait identifié n’était pas tant dans la qualité de la technologie du Bitcoin, mais plutôt dans les limites d’utilisation à son avis trop étroites :

    1. Toutes ces pratiques et opérations typiques de la finance traditionnelle telles que les contrats, les paiements instantanés, les paiements liés à un service n’étaient pas possibles ;
    2. Manque d’évolutivité car l’augmentation des utilisateurs nécessite plus de ressources et il y a donc un risque que le système s’effondre sur lui-même ;
    3. Manque de durabilité financière car la décentralisation structurée du Bitcoin ne permet pas de savoir clairement qui finance le projet et qui l’entretient ou l’améliore ;

    C’est précisément pour ces raisons qu’est né Cardano, un projet ambitieux qui vise à créer un écosystème décentralisé évolutif, compatible avec d’autres technologies et financièrement durable mais sans renoncer à la décentralisation. Le développement de Cardano a été délibérément caractérisé par une procédure de « peer-review », c’est-à-dire l’analyse indépendante des recherches et des prototypes avant le développement proprement dit. La gestion du projet s’inspire des grandes entreprises du domaine technologique et aérospatial, caractérisée par une procédure de développement rigide basée sur une longue phase d’études préalables, afin d’avoir une vision claire sur la programmation à long terme de l’écosystème.

    Charles Hoskinson
    Charles Hoskinson

    La pensée d’Hoskinson

    Pour Hoskinson, l’élément central du secteur de la cryptomonnaie et de la finance mondiale sont les dApps, ou applications décentralisées qui reposent sur une blockchain pour fonctionner. Elles peuvent être comparées à l’équivalent blockchain des applications pour smartphone ou des logiciels PC courants, chacun permettant à l’utilisateur d’effectuer des actions spécifiques.

    Dans le cas des dApps, la plupart d’entre elles utilisent le réseau Ethereum mais Hoskinson souligne fréquemment qu’en réalité seule une petite partie de ces applications est réellement utilisée, très souvent en raison de la difficulté d’utilisation ou pour des coûts de transaction trop élevés, que ce soit pour les développeurs et pour les utilisateurs eux-mêmes.

    Il s’agit d’un élément important de la philosophie du projet Cardano, l’objectif étant de mettre en lumière une utilité réelle pour les utilisateurs et davantage de scénarios d’utilisation qui soient concrètement mesurables et observables, et cela se fait par le biais de petites améliorations continues et de collaborations entre les nombreux partisans du projet.

    Comme tu as pu le lire dans le premier paragraphe, l’intérêt d’Hoskinson pour le monde des cryptomonnaies est né grâce au concept de « rareté » représenté tout d’abord par le Bitcoin. Cependant au fil des années son intérêt s’est déplacé vers le concept d’« utilité ». En effet, il a noté que la valeur (comprise ici comme le prix) d’une cryptomonnaie est certes liée à la rareté mais, à ce jour, elle n’est pas du tout liée à son utilité.

    L’explication de son point de vue est que les dApps, telles qu’elles ont été pensées à ce jour, n’apportent pas de valeur réelle et adéquate à l’ensemble de l’écosystème des cryptomonnaies et ne résolvent donc pas substantiellement les problèmes qu’elles ont pour but de résoudre. Selon Hoskinson, l’ensemble du secteur de la cryptomonnaie devrait être développé en gardant à l’esprit ce que les gens veulent vraiment et comment ils peuvent les utiliser dans la vie quotidienne.

    L’accent de Cardano mis sur l’utilité

    Pour apporter une valeur réelle et tangible au monde, l’équipe Cardano s’est engagée dès le début à collaborer avec des organisations ou des entreprises ayant une mission également réelle et tangible. Les partenariats noués au cours du développement sont nombreux et de différentes natures : avec des associations à but non lucratif (SaveTheChildren), avec des entreprises technologiques, avec des startups, des universités ou encore des organismes publics. Cela se fait dans un double objectif, tout d’abord pour vraiment aider à résoudre les problèmes des gens dans différentes parties du monde, deuxièmement pour montrer au public la réelle utilité qu’un projet comme Cardano peut apporter à la société dans son ensemble.

    Quelle utilité a-t-il en tête ? Cela va des transferts internationaux à la conception d’un système électoral équitable, en passant par la banque des pays sous-développés. Dans cette perspective, les fluctuations du marché ou ce que font ses concurrents, anciens collègues d’Ethereum, ne sont pas importants pour Hoskinson. Ce qui compte, c’est de résoudre des problèmes concrets et communs, et d’aider le plus grand nombre de personnes de manière durable.

    En rapport