logo academy

Algorand : une blockchain récompensée par le prix Turing

9 février, 2022
8 min
Algorand : une blockchain récompensée par le prix Turing
débutant
Tu apprendras

    Algorand est une blockchain évolutive et écologique. Elle permet le développement de smart contracts et de dapps pour la finance décentralisée, mais pas seulement. Son protocole promet de résoudre le trilemme de l’évolutivité avec une multitude de technologies natives.

    La devise sur laquelle le réseau est basé est ALGO, qui te permet de recevoir des récompenses de staking.

    Algorand

    La gouvernance d’Algorand

    Fondé par Silvio Micali, lauréat du prix Turing et professeur au MIT, Algorand est un projet mené par la société Algorand Inc et la fondation Algorand.

    Les deux organisations comptent parmi elles des membres illustres de la scène académique internationale, de nombreux professeurs du MIT, des lauréats du prix Nobel, des prix Turing et des chercheurs d’IBM. 

    La société a développé la couche 1 d’Algorand et s’occupe de sa maintenance et de sa mise en œuvre open-source, ainsi que de la promotion de l’adoption de la blockchain parmi les entreprises.

    Le rôle de la fondation, en revanche, est d’accompagner le lancement de la plateforme du point de vue de l’élaboration du protocole et de la gouvernance. 

    L’organisation favorise l’innovation du réseau, mais surtout sa décentralisation. 

    En ce sens, la première mise à jour significative de la gouvernance vers une plus grande décentralisation a été lancée à partir du 1er octobre 2021.

    Quiconque possède des ALGO doit devenir « gouverneur », bloquer ses ALGO pendant 90 jours et voter sur toutes les décisions du trimestre pour recevoir un bon pourcentage de récompenses de staking.

    Dans ce système, si tu participes longtemps et de manière continue, tu es récompensé par un accès automatique à la future DAO.

    En plus de cela, des xGovs, ou Expert Governors, qui ont le pouvoir de lancer des propositions de mises à jour, seront probablement inclus prochainement. Pour cela, ils seront tenus de bloquer leurs tokens pendant un an ou plus.

    La Pure Proof-of-Stake

    La fonction cryptographique VRF (Verifiable Random Function) co-créée par Silvio Micali est à la base de ce mécanisme. Elle est capable de générer des nombres qui semblent aléatoires mais qui contiennent des informations vérifiables. Mais commençons par le commencement.

    Sur Algorand, la validation fonctionne comme une sorte de loterie à plusieurs tours.

    En fait, les participants sont sélectionnés au hasard, et pour participer il te suffit de posséder 1 ALGO. Chaque ALGO équivaut à une sorte de ticket, donc plus tu en possèdes, plus tu as de chance d’être choisi. 

    Les validateurs ou votants choisis sont transmis au réseau de manière secrète grâce au VRF, afin qu’ils restent anonymes, mais ils peuvent certifier leur droit de participer.

    Voici le processus en détail :

    1. Parmi tous les détenteurs d’ALGO, un utilisateur est tiré au sort pour proposer un bloc ;
    2. Le valideur anonyme sélectionné propose un bloc de transactions à enregistrer ;
    3. Le bloc passe à une commission d’utilisateurs sélectionnés au hasard qui filtrent et votent sur les propositions ;
    4. Le bloc passe à une seconde commission qui atteint un quorum et certifie la validité du bloc.
    Algorand

    Quels sont les avantages de la pure Proof of Stake ?

    Algorand déclare que la force et la sécurité du réseau résident précisément dans le fait qu’il repose sur l’honnêteté de la plupart des détenteurs d’ALGO, et pas seulement sur l’honnêteté d’un petit nombre de validateurs ou de mineurs comme c’est le cas dans la plupart des blockchains.

    De plus, le secret du choix empêche tout adversaire de corrompre le nœud validateur, car il ne sait pas de qui il s’agit.

    Enfin, comparé à la Proof-of-Work, il consomme beaucoup moins d’énergie.

    Une blockchain écologique

    Il ne suffit pas de simplement dire qu’en général, la Proof-of-Stake consomme moins que la Proof-of-Work, car chaque blockchain a une consommation différente en fonction des volumes et des mécanismes spécifiques.

    Citons quelques données supplémentaires. Si l’on considère que Bitcoin nécessite 930 kWh par transaction et Ethereum 70 kWh, Algorand arbore fièrement une consommation de 0,000008 kWh par transaction.

    Toutefois, ce n’est pas suffisant. En effet Algorand s’est associé à ClimateTrade pour atteindre la neutralité grâce aux crédits de compensation CO2

    Il ne s’agit pas d’un simple achat de la part d’Algorand, mais ensemble, les deux sociétés mettront en place un véritable système de surveillance et de contrôle des émissions.

    Un oracle dédié prendra périodiquement l’empreinte carbone de la blockchain. Les smart contracts d’Algorand recevront les informations et bloqueront l’équivalent des crédits de compensation nécessaires en tokens ASA, destinés à une trésorerie dédiée.

    De manière générale, Algorand fait de l’écologie une véritable mission, en continuant à rechercher des collaborations avec des organisations et des entreprises vertes.

    Architecture d’Algorand

    Le PPoS n’est pas la seule valeur technologique qu’Algorand a à offrir. L’architecture de sa blockchain est assez particulière.

    La blockchain se compose essentiellement d’une couche 1 et d’une couche 2.

    La couche 1 est chargée de gérer :

    1. le mécanisme de consensus
    2. les smart contracts les plus simples
    3. le token standard Algorand (ASA)
    4. Les atomic transfers (AT)

    La couche 2, d’autre part, traite les smart contracts les plus complexes ou « lourds », en vérifiant leurs transactions off-chain. Cela implique qu’un comité de nœuds parallèles à la blockchain vérifie les transactions et les transmettent ensuite au mécanisme de consensus qui n’a plus qu’à les enregistrer.

    Tokenomique d’ALGO et d’ASA

    ALGO a plusieurs cas d’utilisation dans l’écosystème Algorand. Comme expliqué dans le paragraphe dédié, il est fondamental pour la nouvelle structure de gouvernance, qui encourage le staking d’ALGO dans le protocole de gouvernance en échange de pourcentages de récompenses. Le staking est toujours possible sans participer à la gouvernance, mais le pourcentage d’APY est très faible.

    En plus de cela, ALGO est utilisé pour payer les commissions du réseau et bien sûr dans la Dapp développée grâce à Algorand. 

    ALGO a été lancé sur le marché avec différentes phases de commercialisation, et avec 45 % de l’offre dédiée à la communauté. Au fil des années, on s’attend à la sortie progressive de nouveaux tokens, de plus en plus dédiés aux airdrops et aux nœuds les plus importants du réseau. 

    Le protocole Algorand permet la création de tokens qui bénéficient de la même sécurité, compatibilité et rapidité qu’Algorand. Le nom officiel de ces tokens est Algorand Standard Assets (ASA).

    Les ASA peuvent représenter n’importe quel type de token, des stablecoins à un système de points dans les jeux, par exemple. Cela a le potentiel de s’appliquer également aux actifs uniques tels que les titres de propriété, les objets de collection ou les security tokens. Tout type d’actif peut être tokenisé pour être enregistré sur la blockchain. Il est également possible de poser des conditions sur le transfert ou la vente d’un jeton, afin de soutenir les cas d’utilisation de sécurité, de conformité aux différentes législations et certifications.

    Les atomic transfers

    Le protocole Algorand permet des transferts atomiques. Cela signifie que deux parties peuvent échanger plusieurs tokens en même tempssans avoir besoin d’intermédiaires pour garantir l’exécution de l’un et de l’autre.

    Comment ? Par le mot « atomic » qui signifie « indivisible ». Les transactions impliquées dans l’échange ne sont pas divisibles par définition : les deux doivent être approuvées pour que l’AT réussisse, sinon les deux seront annulées.

    Cela garantit que les deux utilisateurs paient leur part en même temps. Si, en revanche, on aurait recours à des transactions simples, un utilisateur paierait l’autre, sans être sûr de recevoir en retour ce qui lui est dû, ni quand il le recevra.

    Pour parvenir à ce résultat, d’autres blockchains nécessitent des smart contracts spécialement développés, donc plus coûteux et lents. Sur Algorand, en revanche, les AT peuvent à leur tour faire partie de smart contracts, tout en les simplifiant, et elles sont applicables à tout token ASA.

    L’écosystème d’Algorand

    La DeFi est plus récente sur Algorand que sur les autres blockchains, mais nous avons appris de Cardano que la vitesse de publication n’est pas essentielle pour obtenir les meilleurs résultats.

    Voici quelques exemples de Dapps basés sur Algorand :

    Algorand est impliqué dans plus de 16 projets liés aux CBDC, grâce à son protocole flexible de tokenisation, et l’utilisation de sa blockchain par plus de 600 entreprises.

    En rapport