logo academy

Qui est Sunny King, l’inventeur du Proof-of-Stake

15 avril, 2022
8 min
Qui est Sunny King, l’inventeur du Proof-of-Stake
débutant
Tu apprendras

    Linnovation dans chaque projet crypto et blockchain a une composante technologique fondamentale, faite de protocoles et d’algorithmes. Le premier était le Bitcoin, qui a introduit le Proof-of-Work (PoW) comme mécanisme de consensus, essentiel à la création de blocs et à la sécurité du réseau. Satoshi Nakamoto a donc donné naissance à une nouvelle réalité économique. Mais qui a fait avancer l’idéal de la décentralisation ?

    Un certain Sunny King a hérité du rôle de génie anonyme et, avec la première mise en œuvre du Proof-of-Stake (PoS), il a révolutionné les mécanismes de consensus.

    Qui est l’inventeur du Proof-of-Stake ?

    Nous savons très peu de choses sur la vie de Sunny King, de sorte que de se souvenir des événements cruciaux de sa carrière évoque un conte de fées épique : en 2011, un homme sans nom a rassemblé un groupe de chercheurs pour créer la technologie qui pourrait remplacer celle du Bitcoin.

    Le chevalier inconnu s’est fait appeler Sunny King : il a rejoint le château du légendaire Satoshi pour défier la puissance du géant PoW avec la légèreté du PoS, afin de revendiquer le règne de la blockchain. Rien d’autre n’est connu sur son identité, le protagoniste de cette nouvelle pourrait être n’importe qui : cacher son visage met en valeur l’œuvre, le message et les idéaux.

    Considérons, cependant, que chaque histoire ne se souvient que du protagoniste, mais l’idée originale du PoS peut ne pas appartenir à notre paladin. Bien que Sunny King ait été le premier à faire l’affaire, le concept de Proof-of-Stake est probablement celui des autres. 

    Le 11 juillet 2011, sur bitcointalk.org, le forum créé par Satoshi pour discuter de la blockchain, un utilisateur visionnaire a proposé de remplacer le mining de Bitcoin par un système de vote, basé sur la preuve de la possession de tokens, dans lequel il était également possible de déléguerà ceux qui ne voulaient pas vérifier activement les transactions. 

    La personne anonyme a émis l’hypothèse d’un système de récompenses sur une base aléatoire pour les stake-holders, ainsi que des avantages possibles tels qu’une vitesse, une fiabilité et une participation accrues, tout en précisant que son idée n’était qu’une idée et qu’elle cherchait une contrepartie dans quelqu’un de plus qualifié. 

    Dans l’ensemble, dans ce post, tu peux trouver l’embryon du mécanisme de consensus mis en œuvre par Sunny King, à tel point que son nom est « proof-of-stake instead of proof-of-work », c’est-à-dire « PoS au lieu de PoW ».

    Évolutivité et consensus sans gaspillage

    Les meilleures aventures ont toujours un coup de théâtre : l’auteur du sujet a disparu 4 jours plus tard du forum. Ainsi, la naissance de la première cryptomonnaie Proof-of-Stake n’a obtenu aucune réplique de son premier créateur : QuantumMechanic. Un autre pseudonyme mystérieux qui pourrait aussi cacher la même personne, à notre connaissance.

    Quoi qu’il en soit, pourquoi Sunny a-t-il choisi de développer cette idée née timidement dans un forum de niche ? La motivation nous est racontée dans cette rare interview, où nous découvrons qu’avec le PoS Sunny, il entendait essentiellement rompre le lien entre décentralisation et consommation d’énergie

    En effet, dans le Bitcoin, la puissance de calcul ne signifie pas seulement la consommation d’énergie, d’où son coût environnemental, mais aussi une limite à l’évolutivité. Le BTC est fondamentalement entravé par son mécanisme de consensus pour devenir le centre de la finance décentralisée (DeFi), à moins d’exploiter des solutions Couche 2 telles que Lightning Network. 

    En outre, la sécurité même du Bitcoin dépend du travail des mineurs, rémunérés avec de nouvelles monnaies. Cependant, à long terme, compte tenu du nombre maximal de 21 millions de jetons, les incitations au mining ne consisteront qu’en les frais de transaction. Le jeu en vaudra-t-il la chandelle ?

    Sunny King

    Peercoin : la première cryptomonnaie Proof-of-Stake

    Ainsi, Sunny King a conçu avec Scott Nadal la première cryptomonnaie basée sur une blockchain Proof-of-Stake : Peercoin, dont le whitepaper a été publié le 19 août 2012. Le protocole du PPC, si expressément vert qu’il est représenté par une feuille verte, a été la première alternativeau PoW du Bitcoin, à tel point qu’il a été célébré par un très jeune Vitalik Buterin, plus tard créateur d’Ethereum. 

    Le fonctionnement de ce premier exemple historique de Proof-of-Stake était encouragé par des récompenses en PPC, payées pour chaque bloc créé. Le même token a été mis en staking comme garantie pour pouvoir vérifier les transactions. Plus le stake est grand, plus la probabilité d’être choisi pour la validation du prochain bloc est importante.

    Une autre ressource rare est à la base du Proof-of-Stake du Peercoin : le temps, car en plus du nombre de tokens détenus par les participants au réseau, le deuxième critère de sélection des validateurs est la durée de possession de leurs propres PPC. 

    Aux critères de quantité et de temps s’ajoute une couche de hasard, ce qui rend la sélection du prochain validateur encore plus équitable.

    Le résultat de ce système est que la blockchain appartient à tous ses stake-holders, ce qui la rend beaucoup plus décentralisée qu’un système avec des barrières élevées à l’entrée comme le mining. 

    Cependant, le Peercoin n’a pas complètement renoncé au PoW : il s’est servi du miningpour répartir équitablement l’approvisionnement initial en monnaies. Un petit prix pour favoriser un partage plus décentralisé que d’habitude : les premiers tokens émis sont souvent destinés principalement au capital-risque, aux équipes de développement et à d’autres entités centralisées. Ainsi, la circulation des premiers jetons, générés par le mining, a donné naissance aux premiers stakes, qui ont ensuite remplacé les miners eux-mêmes. Aujourd’hui, nous savons qu’il existe plusieurs alternatives pour diffuser une monnaie sur le marché, y compris les ICO.

    En outre, selon l’inventeur du Proof-of-Stake, la dernière bataille de sa tokenomics devait être l’inflation, dans le sens d’une augmentation progressive de l’approvisionnement en PPC, dans ce cas égal à 1 %. À son avis, cette petite astuce aurait en effet évité au PPC le même sort que celui du Bitcoin. Sunny a aussi décidé de compenser ce taux d’inflation par le burning des commissions de transaction.

    Primecoin : à la recherche des nombres premiers

    C’est précisément l’utilisation minimale et stratégique du mining qui révèle les motivationsqui ont poussé Sunny : l’utilité sociale et le pragmatisme

    C’est ce qui l’inspire en 2013 à inventer le Primecoin, entièrement basé sur le proof-of-work cette fois. Dans ce cas, cependant, la consommation d’énergie a une fin pratique, en plus de la seule création de blocs. 

    En effet, le Primecoin, contrairement au Bitcoin, n’oblige pas les mineurs à résoudre des problèmes mathématiques à leur propre fin : son protocole ne produit pas de codes de hash, mais vise à trouver de nouvelles séries de nombres premiers. Ces résultats ont donc une valeur en dehors du processus de mining : ils peuvent être utilisés par des mathématiciens et des scientifiques de divers domaines. Sunny King croit que ces séquences (twin prime chains) peuvent être utilisées comme indicateurs pour l’échelle de Kardašëv, une mesure du niveau technologique d’une civilisation. 

    V Systems : la valeur sociale des cryptomonnaies

    « Les cryptomonnaies ont besoin d’un caractère moral », explique Sunny à propos de son troisième projet, V Systems. Initialement appelée Virtual Economy Era (VEE), puis rebaptisée VSYS, il s’agit d’une blockchain pour créer des blockchains évolutives, accessibles et abordables.

    Imagine que tu composes ton avatar en choisissant la couleur des cheveux, la hauteur et les vêtements : de la même manière, avec V Systems, tu peux sélectionner les fonctionnalités avec lesquelles personnaliser ta blockchain. Cela permet le développement d’applications décentralisées (DApps) non seulement financières, mais aussi à des fins sociales et d’impact.

    L’objectif est de faciliter la construction de solutions décentralisées, afin de créer un écosystème crypto autosuffisant : l’avenir pour Sunny King ne réside pas dans quelques projets de plusieurs milliards de dollars, mais dans des millions de blockchains, toutes gérées par des variantes du proof-of-stake. 

    De même, l’inventeur du Proof-of-Stake croit que l’avenir de l’économie virtuelle réside dans le concept de propriété et dans le successeur possible du Bitcoin : « Donc, pour les milliers, voire plus, d’autres cryptomonnaies, il ne faut pas perdre espoir ».

    En rapport