logo academy

Cryptomonnaies : Qu’est-ce qu’une ICO et comment ça marche ?

17 septembre, 2020
8 min
Cryptomonnaies : Qu’est-ce qu’une ICO et comment ça marche ?
débutant
Tu apprendras

    Trouver des fonds pour financer un projet crypto est peut-être l’un des défis les plus difficiles. 

    Ceux qui suivent les événements du secteur depuis quelques années ont sûrement déjà entendu parler des ICO. Bien qu’il s’agisse d’une forme de financement qui a maintenant été remplacée par des instruments alternatifs tels que les IEO, elle a été fondamentale dans l’histoire du secteur des cryptomonnaies.

    Qu’est-ce qu’une ICO

    Les ICO sont une forme de levée de fonds principalement utilisée par les startups ou les entreprises qui souhaitent réaliser un projet. À l’époque du tout numérique, même les idées peuvent être, pour ainsi dire, « tokenisées » et transformées en entreprise. 

    ICO

    L’acronyme ICO signifie « Initial Coin Offering » et, comme le suggère le libellé anglais, il s’agit d’une offre initiale de vente au public dans le monde des cryptomonnaies.

    Comment fonctionne une ICO

    Tout d’abord, la startup ou l’entreprise qui ouvre une ICO crée son propre jeton (un type de cryptomonnaie). 

    Dans un second temps, elle présente son projet aux investisseurs avec un Whitepaper, sorte de business plan synthétique. 

    Au sein du projet, le jeton assume une fonction spécifique. Par exemple, il peut donner droit à une gamme de services ou à une partie des futurs dividendes de l’entreprise.

    Une fois l’ICO lancée, les fondateurs commencent à lever des fonds, vendant leur token en échange de l’investissement. Tout le monde peut participer à une ICO, en la finançant à la fois en monnaie fiat (euro, dollar et toute monnaie légale) et par d’autres cryptomonnaies (généralement bitcoin et ether). 

    La relation entre la monnaie fiat et le token ICO est définie dans le whitepaper. Il est de coutume de fixer un taux de change favorable pour les premiers investisseurs. Par exemple, la première semaine de l’ICO le ratio peut être de 1 000 € = 1  token, tandis que la semaine suivante 1 500 € = 1 token. 

    La valeur du token 

    En un sens, le token de l’ICO représente une unité de valeur que l’ investisseur « achète » et en laquelle il a confiance, pour la revendre à moyen et long terme afin de réaliser des marges bénéficiaires élevées. La valeur du token, en effet, a de bonnes chances d’augmenter de façon exponentielle si le projet réussit. 

    Au moment où il est lancé sur le marché, puis coté sur un exchange, le token peut être acheté et vendu comme n’importe quelle autre cryptomonnaie. À partir de là, son prix est dicté par le marché. 

    L’ICO est donc essentiellement la version crypto du financement participatif, ou crowdfunding. Contrairement à l’IPO, c’est-à-dire à l’« Initial Public Offering » dont découle le nom, l’ICO ne prévoit pas la vente d’actions mais de valeur, exprimée en token. 

    Cette valeur est, aujourd’hui, garantie par la signature d’un smart contract. Les  smart contracts sont des contrats écrits sur blockchain qui, par leur nature, constituent une forme de garantie contraignante. 

    Le rôle des ICO dans le secteur de la crypto

    Les ICO ont été véritablement révolutionnaires car elles ont déclenché un moment de grande expérimentation, donnant une très forte accélération au développement et à la consolidation de l’ensemble du secteur.

    La plus célèbre et la plus importante est certainement l’ICO d’Ethereum. En 2014, Vitalik Buterin a réussi à lever 18,4 millions de dollars en un mois. 

    Avec le succès d’Ethereum, les ICO sont devenues la méthode de facto pour financer le développement d’un projet crypto via son token.

    Les ICO pré-Ethereum

    Mastercoin

    La première ICO a été lancée en 2013 par JR Willett, le projet s’appelait Mastercoin et a levé 600 000 $ (4 740 bitcoins). Le Mastercoin a donné naissance à Omni Layer, un protocole qui est encore largement utilisé aujourd’hui, par exemple par Tether. Cependant, le token Mastercoin n’a pas connu un grand succès, sauf lors de la bulle de 2017, où il est passé de 4 à 123 dollars. 

    Une autre caractéristique qui mérite d’être mentionnée est la transparence de cette ICO. Willet a été très transparent dans son document montrant clairement les risques. Il a déclaré qu’il s’agissait d’une expérience et qu’il y avait une possibilité de perdre tout l’argent investi.

    En fait, la première ICO était beaucoup plus claire que la plupart de celles qui ont suivi et que de nombreuses introductions en bourse qui sont passées à l’histoire comme des escroqueries boursières dans le système financier traditionnel.

    Après le Mastercoin et avant l’Ethereum, on compte essentiellement quatre autres ICO (dans la période 2013-2014) :

    • Next coin a levé 16,8 millions de dollars. La grande contribution apportée par le projet réside dans les fondations posées pour créer la première proof-of-stake en tant que mécanisme de consensus. 
    • CounterParty est passé de 1,8 million de dollars à 240 millions de dollars.
    • MaidSafeCoin occupe toujours la 135e place sur CoinMarketCap aujourd’hui (juillet 2020). Il a été créé dans le but de créer un réseau SAFE (« Secure Access For Everyone »). Le réseau SAFE n’est pas une blockchain, mais un réseau de communication et de stockage de données décentralisé.
    • Swarm, en revanche, a échoué, à tel point que l’on trouve très peu d’informations à son sujet. 

    Pourquoi les ICO ont-elles changé le monde de la crypto ?

    Le projet

    Lancer une ICO, c’est parler au monde, à toute personne potentiellement investisseur. Une ICO peut en effet collecter des fonds auprès de n’importe qui, n’importe où dans le monde. Une possibilité que les méthodes d’investissement traditionnelles n’ont jamais eue. 

    De plus, en vendant des tokens et non des actions, les fondateurs sont en mesure de garder le contrôle de l’entreprise ou de la fondation. En évitant toute dilution excessive, ils ne risquent pas de compromettre l’avenir du projet. En outre, les fonds sont envoyés à 100 % directement à l’équipe du projet, sans frais de transaction. 

    L’acheteur

    Du point de vue de l’investisseur, l’avantage significatif est la plus grande liquidité de l’investissement. 

    Les tokens ICO sont immédiatement dépensables dès qu’ils sont cotés sur un exchange et mis sur le marché. L’investisseur peut revendre les tokens à tout moment, gagnant une marge si le prix du token a augmenté.

    Les limites des ICO 

    Les ICO ont explosé en 2017, s’estompant rapidement en un an et demi. Certaines circonstances ont permis une montée rapide et un déclin inévitable.

    D’une part, l’absence de cadre réglementaire a permis aux entreprises d’opérer rapidement. Aucune bureaucratie n’a créé de goulots d’étranglement ou n’a allongé les durées de manière disproportionnée par rapport à la diligence raisonnable ou aux contrôles effectués par un organisme de garantie. 

    Cette liberté d’action a permis à de nombreuses startups ou micro-entreprises de lever d’importants capitaux en quelques mois seulement (on parle de millions de dollars). Cela s’est également produit lorsque le projet n’était qu’une idée écrite sur un whitepaper. 

    D’un autre côté, les investisseurs étaient principalement attirés par les possibilités de rendement élevé qui, avec le recul, nous le savons, n’ont pas eu lieu souvent. Les ICO garantissaient également l’anonymat de l’investisseur, ce qui pour l’entreprise ou le projet était en fait un inconvénient potentiel en termes de blanchiment. 

    Le portefeuille de l’équipe, en revanche, était traçable car son adresse publique, à laquelle les fonds arrivaient, était garantie par la blockchain. Cependant, cette traçabilité n’était plus valable pour les paiements en monnaie fiat. Ce n’est un secret pour personne que de nombreux fondateurs, une fois l’ICO fermée, ont disparu avec tout l’argent récolté. 

    Ces projets d’arnaque ont légué au monde des ICO une réputation difficile à racheter.

    Conclusion

    Grâce aux ICO, les entreprises ont pu lever des millions de dollars en quelques jours. Rien qu’en 2017, ces levées ont atteint 5,6 milliards de dollars. Si ces montants semblent impressionnants, du fait de l’essor du marché, ils ne sont rien comparés à 2018. En seulement quatre mois et demi, les ICO ont levé 6,3 milliards de dollars. 

    La plus grande contribution a été apportée par Ethereum. Grâce à son protocole, n’importe qui pourrait créer un token propriétaire de manière simple, sécurisée et garantie par le protocole ERC-20. Rien qu’en 2018, la cryptomonnaie ether a atteint sa valeur maximale de 1 365,31 dollars, apportant par réflexion de la valeur à tous les tokens ERC-20.

    En rapport