logo academy

Sébastien Borget et The Sandbox : d’un jeu mobile au metaverse

20 juin, 2022
9 min
Sébastien Borget et The Sandbox : d’un jeu mobile au metaverse
débutant
Tu apprendras

    Sébastien Borget est considéré comme l’une des personnes les plus influentes dans le monde de la blockchain et des jeux on-chain en particulier. Il est un entrepreneur ayant des dizaines d’années d’expérience dans le développement de jeux, et il s’est longtemps concentré sur les jeux sur plateforme mobile. Sa passion pour la technologie fait de lui un fervent défenseur de l’intégration des tokens non fongibles (NFT) dans l’industrie du jeu vidéo. En fait, cela l’a conduit à la création du metaverse The Sandbox. Découvrons donc qui est Sébastien Borget et comment est né The Sandbox.

    Qui est Sébastien Borget ?

    Sébastien Borget est aujourd’hui un entrepreneur à succès, cofondateur et COO de The Sandbox, un monde de jeu virtuel construit sur la blockchain Ethereum. Cependant, avant d’atterrir dans le monde de la blockchain, le Français a longtemps navigué dans l’espace des technologies et des jeux.

    Il a commencé par étudier à Télécom SudParis (Evry), où il a obtenu une licence en systèmes informatiques, réseaux et télécommunications. Avec cette même spécialisation, il a ensuite obtenu une maîtrise à l’Université chinoise de Hong Kong.

    Au cours de son parcours universitaire, Borget avait déjà été stagiaire chez Motorola (2004-2005), mais après l’obtention de son diplôme, il était immédiatement à la tête de divers projets et entreprises : d’abord en tant que COO (Chief Operations Officer) de Wixi.com, un service de divertissement à la demande qui connecte les joueurs du monde entier, puis en tant que chef de projet technique d’Ipercast, une société basée à Paris spécialisée dans la gestion de contenu sécurisé et la fourniture de services pour le web et les appareils mobiles.

    Toutefois, ces deux expériences ont pris fin en 2011, ce qui a donné lieu à la création de Pixowl, où Sébastien Borget occupe toujours le poste de COO.

    Comment est née The Sandbox

    En 2011, Sébastien a quitté Wixi et Hypercast pour fonder son premier projet personnel : Pixowl, une société de développement de jeux mobiles. M. Borget a ensuite dirigé une équipe internationale de professionnels qui ont travaillé sur des titres majeurs pour iOS et Android.

    Dans une interview exclusive accordée à Young Platform, Sébastien Borget explique que The Sandbox peut être considéré comme une “suite” du jeu “Powder“, développé par son propre studio de jeux mobiles il y a dix ans. Borget l’a décrit comme une sorte de “simulateur physique”, dans la mesure où les utilisateurs pouvaient jouer avec des éléments tels que l’eau, le sel, la vapeur, etc. ‘Nous avons donc repris cette idée et nous nous sommes dit : “Et si chaque joueur était un créateur ?” Ils déplaceraient les éléments du bout des doigts sur l’écran de leur téléphone et partageraient leurs créations en ligne’. Une aide parfaite pour The Sandbox, où les joueurs, exploitant tout le potentiel de la blockchain, peuvent créer des expériences de jeu sur des terrains virtuels (des NFT qui garantissent la propriété) et les monétiser grâce à la tokenomique du projet, basée sur des jetons non fongibles ERC-721 et le jeton ERC-20 SAND, tous deux des normes ethereum. Cependant, avant d’être un metaverse, The Sandbox est né dans la dimension hors-chaîne.

    Sebastien Borget, expérience et projects

    The Sandbox : du mobile à la réalité virtuelle

    The Sandbox est un espace de développement de jeux créé par Sebastian Borget par l’intermédiaire de Pixowl : lancé en 2012, il a été mis à disposition pour les smartphones (iOS et Android) et Microsoft Windows. Il a été nommé ainsi car il fournit les outils de création de jeux même aux utilisateurs sans expérience de programmation, qui peuvent ainsi construire dans un environnement de test, communément appelé “mode Sandbox“.

    En fait, les nouveaux développeurs, simplement en choisissant des éléments dans une interface, peuvent créer des expériences de jeu dans un monde virtuel, qui sont ensuite publiées pour que d’autres joueurs puissent y participer.

    Cependant, à l’époque, il était encore trop tôt pour parler de metaverse : ce n’est que dans la version de 2018 que le monde de The Sandbox a été intégré à la blockchain, de sorte que la création d’expériences de jeu récompensait à la fois les programmeurs, payés par les joueurs pour accéder au jeu vidéo, et les utilisateurs qui collectent des NFT et gagnent des tokens grâce à leur divertissement.

    L’œuvre pionnière de Borget a figuré, deux années de suite (2012 et 2013), dans la liste des meilleurs jeux de l’App Store établie par Apple : une reconnaissance importante pour la forme primordiale du metaverse.

    En 2018, Pixowl a été racheté par Animoca Brands, un tournant important pour l’avenir de The Sandbox. L’entreprise a pour activité de développer des produits mobiles, notamment des jeux vidéo qui lui sont propres, en exploitant la technologie blockchain, qui ouvre des mécanismes de Play to Earn, c’est-à-dire la possibilité de gagner des tokens en jouant à des jeux. En outre, les investissements et les partenariats d’Animoca incluent Dapper Labs, les créateurs de CryptoKitties, et Decentraland, le metaverse basé sur les NFT LAND et le token MANA.

    Ainsi, depuis août 2018, Borget travaille précisément avec Animoca Brands pour développer la version blockchain de The Sandbox : enfin, elle atterrit dans le metaverse. La base de ce dernière est constituée par les NFT, qui prennent différentes formes : des objets 3D, créés grâce au programme natif VoxelEdit, et des parcelles de terrain. Les tokens utilitaires et la tokenomique de SAND complètent l’économie interne du metaverse, facilitant le commerce et la croissance. En 2019, les premiers investisseurs sont arrivés : Square Enix, B Cryptos et True Global Ventures ont versé 2,01 millions de dollars (en fiduciaire et cryptomonnaies) dans The Sandbox.

    The Sandbox, qui repose sur la blockchain d’Ethereum, a été définie par la société elle-même comme suit : “un metaverse profondément immersif dans lequel les joueurs créeront des mondes virtuels et des jeux en collaboration et sans autorité centrale […] en fournissant aux créateurs la véritable propriété de leurs créations sous la forme de tokens non fongibles (NFT) et en récompensant leur participation avec notre token utilitaire, SAND”.

    Le metaverse de The Sandbox est une alternative où “les utilisateurs passent en premier“, répondant ainsi aux principes fondateurs de la technologie blockchain.

    L’extension du metaverse The Sandbox

    Depuis sa création, le metaverse de The Sandbox s’est développé à la vitesse de l’éclair : il a conclu des partenariats avec des “personnages” majeurs qui possèdent des parcelles de terrain NFT dans le metaverse, comme Snoop Dogg et les Schtroumpfs, et a lancé sa place de marché pour l’achat et la vente de NFT à la fin du mois de mars 2021. En novembre de la même année, Adrian Cheng, PDG de New World Development (une société possédant des biens immobiliers, des infrastructures et des services, des grands magasins et des hôtels), a annoncé qu’il allait construire dans le metaverse de The Sandbox.

    Comme tu peux l’imaginer, en peu de temps, The Sandbox est devenu un metaverse majeur, figurant constamment en tête des classements d’OpenSea, le marché secondaire des NFT. En effet, il a réussi à atteindre un volume de 70,5 millions de dollars en une seule semaine.

    En novembre 2021, un tour de financement à la hauteur de 93 millions de dollars, mené par SoftBank Vision Fund 2, a précédé la sortie de The Sandbox Alpha (décembre 2021) : la première saison d’un événement play-to-earn, qui a offert à plus de 200 000 joueurs la possibilité d’explorer pour la première fois le metaverse. The Sandbox et ses LANDs. Le succès a été au rendez-vous : la société a terminé l’année 2021 avec une forte croissance, deux millions de portefeuilles enregistrés et 18 500 propriétaires de LAND.

    Parallèlement, Sébastien Borget est devenu président de la Blockchain Game Alliance (BGA). L’organisation, qui s’efforce d’intégrer les technologies blockchain dans les jeux vidéo, favorise la création de normes communes, facilite la mise en réseau et le partage des connaissances, et encourage ainsi la coopération décentralisée. Aujourd’hui, plus de 200 entreprises ont rejoint l’alliance.

    En même temps, il a été le fer de lance de la croissance de The Sandbox Foundation, qui est devenue par la suite une organisation autonome décentralisée (DAO) : elle a été créée pour financer des projets de jeu, offrir des subventions aux artistes de NFT et organiser des tournois de jeu à gagner.

    Maintenant que tu as compris qui est Sébastien Borget, il ne nous sera pas difficile de le reconnaître dans sa création. En effet, The Sandbox pourrait représenter l’avenir de l’industrie du jeu, basé sur la sécurité et l’évolutivité de la blockchain, avec des applications et des cas d’utilisation innovants. Tout cela n’a été possible que grâce au courage de Borget et de l’équipe de faire le saut et de se convertir entièrement en un projet blockchain. Ainsi, le Sandbox a ouvert la voie à des jeux natifs dans le metaverse, caractérisés par les possibilités que les cryptomonnaies peuvent offrir, comme le Play to Earn et la propriété de la progression dans le monde du jeu vidéo. 

    En rapport