logo academy

Solana vs Avalanche: le défi de l’évolutivité

15 mars, 2022
10 min
Solana vs Avalanche: le défi de l’évolutivité
débutant
Tu apprendras

    Avalanche et Solana sont des acteurs émergents dans le paysage de la DeFi, qui se targuent d’être très performants, évolutifs et abordables, ainsi que de deux vastes écosystèmes avec de nombreuses dApps. Au-delà des histoires de leurs fondateurs respectifs, Sirer et Yakovenko, découvrons ce qui différencie ces blockchains open-source basées sur la Proof-of-Stake (PoS).

    Avalanche et Solana: solutions de scalabilité

    Évolutif ou non, tel est le trilemme. Le drame hamlétien de DeFi voit la technologie évoluer dans une tentative de préserver pleinement trois caractéristiques: la décentralisation, la sécurité et l’évolutivité. Faire correspondre une blockchain fonctionnelle à ce triangle est un véritable casse-tête géométrique, mais Avalanche et Solana semblent avoir trouvé la clé : le mécanisme de consensus

    Les deux ont des variantes de Proof-of-Stake: Tower BFT (Solana) et Snowball (Avalanche) ; à la base, donc, l’autorité pour valider les transactions est conférée par le staking, c’est-à-dire le gel des fonds.  Bien que l’algorithme de base soit le même, les solutions suivent des étapes différentes pour atteindre le consensus : comparons les mécanismes de Solana et d’Avalanche.

    Mécanismes de consensus: Tower BFT vs Snowball

    Solana

    Le Tower BFT intègre le protocole chronométrique Proof-of-History (PoH) avec un mécanisme de consensus classique: la practical Byzantine Fault Tolerance (pBFT). Le PoH ajoute l’extensibilité, la décentralisation et la rapidité supplémentaire aux caractéristiques natives du pBFT (rapidité, efficacité et finalité rapide). 

    caractéristiques natives du pBFT (rapidité, efficacité et finalité rapide). Le PoH a déjà été décrit dans les articles consacrés à Solana et à son créateur, Anatoly Yakovenko: en quelques mots, elle consiste à créer une référence temporelle unique pour la blockchain avec une sorte “d’horloge cryptographique“. Cela accélère le processus de validation des transactions

    Practical Byzantine Fault Tolerance (pBFT)

    La Practical Byzantine Fault Tolerance est un mécanisme de consensus introduit à la fin des années 1990 par Barbara Liskov et Miguel Castro. La BFT protège les réseaux distribués en collectivisant les décisions, ce qui réduit l’influence des nœuds frauduleux. Le pBFT ne peut fonctionner que si le nombre maximal de nœuds malintentionnés ne dépasse pas ⅓ de tous les nœuds du système.

    Avalanche

    Snowball, quant à lui, est le protocole Avalanche original conçu par Emin Gun Sirer et Team Rocket. Il conserve les principes de base de la preuve de la Proof-of-Stake, mais représente une nouvelle génération de mécanismes de consensus. À la robustesse, l’évolutivité et à la décentralisation de la Proof-of-Work classique s’ajoute la rapidité.

    La particularité de Snowball est que le consensus suit le principe du Gossip. En bref, chaque validateur choisit au hasard d’autres nœuds pour observer leurs choix et mettre à jour les siens. Cette comparaison, effectuée par chaque nœud en même temps, est répétée pendant plusieurs tours et, de temps en temps, d’autres sous-groupes sont sélectionnés. 

    La validation se termine lorsque tous les nœuds sont mis à jour par ce processus de Gossip.

    Le Staking est toujours plus vert de l’autre côté

    Le staking dans Solana et Avalanche est-il également accessible ? Le montant de jetons à bloquer, avec en plus les besoins en logiciels et matériel informatique, peuvent constituer d’obstacles significatifs pour devenir validateur.

    Avalanche demande 2000 AVAX afin de pouvoir créer un node de validation, ce qui en est une somme considérable. Par contre, il est aussi possible de déléguer le staking. Le délégant sera récompensé en fonction du montant des fonds bloqués au nom du validateur désigné délégué, pendant que le délégué garde une petite portion de la récompense en tant que frais. Cette option est similaire au Delegated Proof-of-Stake (DPoS), et elle est accessible pour ceux qui n’ont pas les ressources disponibles pour ouvrir un node validateur. Cependant, il y a un montant minimum à bloquer pour devenir délégué aussi, qui est de 25 AVAX.

    Solana, au contraire, n’impose aucune condition sur le staking. En fait, une moindre fraction de SOL est suffisant pour devenir validateur, du moins si ton matériel atteint certaines exigences techniques essentielles. Les exigences en RAM, dela performance de la CPU, dela mémoire et de la qualité de ta connectivité sont en revanche plus faciles à remplir avec Avalanche : même un ordinateur modeste peut suffire. Par contre, Solana n’impose pas de montant minimum pour déléguer les jetons.

    Dernièrement, d’après un rapport réalisé en janvier 2022 par une entité indépendante, le réseau Avalanche consomme 489 311 kWh par an, comparé à 1 967 930 kWh pour Solana. Pour mettre cela en perspective, l’énergie utilisée par AVAX équivaut à la consommation moyenne annuelle de 46 ménages Américains, c’est-à-dire un quart du montant de consommation de SOL.

    En conclusion, Avalanche a comme avantage sa faible consommation énergétique, même si son rival n’est relativement pas très cher non plus. Solana en revanche, a fait de son coût modeste pour participer au staking son point fort.

    La décentralisation sur Solana vs Avalanche

    La décentralisation est possiblement “l’âme” de la blockchain. Dans un contexte de finance, la décentralisation vise à contrer la centralisation du pouvoir avec un système peer-to-peer (pair à pair) anti-censure. Il y a plusieurs aspects à prendre en considération quand on essaye de mesurer cette qualité. Par exemple, le niveau d’influence de la communauté sur la gouvernance, donc s’il y a une DAO qui mène le projet , ou simplement l’équipe de développeurs.

    Il est facile de croire que, vu que les validateurs sont responsables pour la sécurité du réseau, une bonne estimation du niveau de décentralisation pourrait être le nombre de nodes qui contribuent au staking. Ce chiffre est actuellement plus élevé sur Solana que Avalanche. Cela peut mener à penser que la blockchain de Solana est donc davantage décentralisée, mais c’est faux !

    La meilleure manière de mesurer la décentralisation d’un réseau (pas d’un projet par contre), est en fait grâce à un autre facteur assez familier, le Coefficient Nakamoto (NC). Le NC est égal au plus petit nombre de validateurs (la “superminorité”) dont la somme de leurs parts mis en staking comprennent à peu près au tiers de la totalité des jetons AVAX/SOL mis en staking. Plus le nombre de nodes qui détiennent 33% de la totalité du stake est grand, plus la décentralisation sera élevée. Tandis que Solana a une superminorité de 19 nodes, Avalanche en a 27, et est donc par conséquent la blockchain la plus décentralisée actuellement.

    TPS: La vitesse de Solana et Avalanche

    Afin de mesurer la performance d’une blockchain, il est également important de mesurer sa vitesse et son évolutivité. On utilise deux indices à ces fins, le TPS et la finalité. Le TPS est le nombre de transactions par seconde. La finalité est la durée de temps à patienter avant de pouvoir recevoir des jetons SOL ou AVAX sur la blockchain.

    En théorie, Solana peut prendre en charge 65 000 TPS, avec une finalité de 500ms. Par contre, en réalité, le service a souffert de plusieurs coupures, dont la plus récente a été due à la congestion du réseau. Anatoly a partagé un graphique sur Twitter montrant 2,05 millions de transactions répliquées soumises simultanément à la blockchain (il a commenté : “LOL”)

    En pratique, la finalité de AVAX et SOL ont été estimés à une moyenne de 2 et plus de 20 secondes respectivement.

    D’après son site officiel, Avalanche peut prendre en charge 4 500 TPS, mais la version complète planifiée pour l’avenir pourrait potentiellement atteindre 20 000 TPS, sans sharding ou technologies de couche-2.

    Petite anecdote

    Le savais-tu que la plus petite fraction de SOL (0,000000001) a été nommée lamport en honneur à Leslie Lamport, “l’influence technique la plus grande de Solana”. L’unité la plus petite d’Avalanche, en revanche, s’appelle nanoAVAX (nAVAX), et elle vaut 0,000000001 (10^-9) AVAX.

    Comparer les écosystèmes – Bord de mer ou Montagnes?

    Les noms de Avalanche  et Solana évoquent tous les deux curieusement des environnements opposés : un paysage de montagnes escarpées  d’un côté, de la flore marine ornée (ou plutôt, Californienne) de l’autre.

    Nous avons déjà analysé les écosystèmes de AVAX et SOL dans nos articles, mais voici un résumé rapide de la comparaison.

    On peut développer des Dapps sur les deux blockchains, mais il y a une différence considérable en ce qui concerne le nombre de projets. En fait, si tu jettes un coup d’œil ici pour Avalanche et là pour Solana, tu remarqueras que Solana vante bien plus de projets. Par contre, cela ne nous en dit rien sur leur utilité réelle. Par exemple, le deuxième projet sur ces blockchain avec le plus de succès est Cry-Coin, un jeton-mème célébrant le célèbre chat triste ; et Salad Cat Coin, qui est aussi lié au mème. Les deux ont été créés sur Solana. Qui a dit que les chats n’aimaient pas l’eau?

    Les deux écosystèmes vantent une grande gamme de DeFi et d’autres technologies, comme par exemple, des Automated Market Makers (AMM), des exchanges centralisés (CEX), et décentralisés (DEX), des Explorateurs de Blockchain pour tracer les transactions et identifier les nodes, des Stablecoins, des Play-to-Earn (jouer pour gagner) et d’autres applis pour le Gaming, des NFt, des Oracles, des portefeuilles et d’autre services de garde de fonds et d’outils de gestion, ainsi que des Ponts pour faciliter les transferts entre les blockchains différentes (Avalanche Bridge et Wormhole).

    De plus, Avalanche et Solana prennent en charge tous les deux des smart contracts. Avalanche a adopté une stratégie de sub-chain  afin de faciliter considérablement le processus de traitement de transactions, la C-chain, qui peut exécuter les smart contracts, ainsi que des contrats pour les Dapp, les NFT et les utility token. De l’autre côté, Solana rassemble tout dans une seule blockchain, sans sacrifier ni la vitesse, ni l’évolutivité.

    La Valeur Totale Verrouillée (TVL) est un autre indice fréquemment utilisé pour comparer les deux écosystèmes. Tu peux y jeter un coup d’œil sur Defi Llama.

    Avalanche Rush a permis à Aave et Curve de pouvoir migrer sur la blockchain AVAX avec beaucoup de succès. En effet, avec la DEX Trader Joe, ils se classent parmi les trois premières places de TVL pour Avalanche. D’autre part, les gagnants chez Solana sont la DEX Serum, le protocole de minage de liquidités Quarry, et finalement, l’AMM Raydium order book. Solend, un protocole de prêts, et Tulip, un aggrégateur de Yield Farming y sont classés un peu plus bas, mais quand même à noter.  

    Et toi ? Tu préfères donc quoi? Avalanche ou Solana?

    En rapport