logo academy

Stani Kulechov et Aave : l’avocat père des prêts DeFi

25 août, 2022
10 min
Stani Kulechov et Aave : l’avocat père des prêts DeFi
débutant
Tu apprendras

    Qui est Stani Kulechov ? C’est le créateur de la plateforme de prêt décentralisée Aave, qui a débuté sous le nom d’ETHLend. Son parcours est loin d’être ordinaire : il a conçu son idée en Finlande, un pays qui ne se distingue pas dans l’environnement blockchain, et il a une formation universitaire “non canonique” par rapport au reste du monde de la crypto. Néanmoins, ses projets sont aujourd’hui une plaque tournante de l’écosystème de la DeFi et combattent aussi l’autorité de Twitter : découvrons donc comment Aave et le réseau social Web3 Lens Protocol ont vu le jour.

    Qui est Stani Kulechov : le père des smart contracts façon Finlandaise

    Les origines de Stani Kulechov sont particulières, du moins pour un Crypto Hero : il est né en Finlande, à Helsinki, “pas un endroit où l’on s’attend à voir naître un grand projet”, a commenté Stani dans cette interview. Si l’on considère toutefois l’environnement dans lequel il a grandi, il n’est pas si étrange qu’il ait créé Aave, un protocole de prêts décentralisés.

    M. Stani a en effet souligné certains des atouts de son petit pays : la Finlande mise beaucoup sur l’éducation et l’innovation, comme en témoignent l’industrie florissante des jeux vidéo (Angry Birds, Clash of Clans), le succès de Nokia et le système d’exploitation Linux. Faisant allusion à la nature open-source de ce dernier, Stani a déclaré que la mise en place de l’écosystème ouvert, collaboratif et permissionless de la DeFi est ce qui a réellement permis à son projet de prendre vie : la prochaine grande nouveauté, avec un accès libre aux codes, pourrait très bien naître dans un pays encore plus petit et “c’est peut-être ça le but de la finance décentralisée”.

    Prenons un peu de recul et regardons de plus près qui est Stani Kulechov : toujours loin des normes, il n’est pas un ingénieur informatique ou un expert en programmation ; en 2020, il a obtenu un master en droit à l’université d’Helsinki. Cependant, avant ses études, il a acquis de l’expérience dans le développement web, en se concentrant principalement sur les applications financières : il a développé une appli simple pour créditer les récompenses générées par les app stores sur une base quotidienne, ce qui prendrait habituellement 15 jours. Dans l’interview susmentionnée, Stani déclare également qu’il est né “au contact des logiciels, car mon frère modifiait les programmes kernel de Linux”.

    Kernel

    Un programme kernel est le cœur du système d’exploitation d’un ordinateur, il permet aux ressources matérielles d’interagir avec le composant logiciel, en agissant comme un intermédiaire. Le kernel est hébergé dans la mémoire RAM du démarrage jusqu’à l’arrêt du système.

    Stani Kulechov n’a également jamais pensé à travailler réellement comme avocat, malgré ses expériences en tant qu’apprenti chez Castrén & Snellman et Bird & Bird en 2017. C’est plutôt le croisement de la programmation et du droit qui l’a rendu accro : cherchant un moyen d’automatiser les accords juridiques, il a découvert Ethereum et les smart contracts, la technologie permettant de rapprocher le droit et le numérique. Ainsi, après des semaines d’études, Kulechov a commencé à imaginer ce qu’il pourrait réellement construire avec des smart contracts : “lorsqu’on comprend le pouvoir des codes immuables, on n’a plus besoin de confiance et on peut même se débarrasser des avocats”.

    Cette illumination a convaincu Stani de développer une plateforme de prêts décentralisés, mettant en relation prêteurs et emprunteurs de manière peer-to-peer, ce qui a donné le proof-of-concept d’ETHLend, le précurseur d’Aave. Nous allons découvrir les événements qui ont marqué le lancement du protocole, en analysant quelques étapes de l’histoire d’Ethereum, avant même l’arrivée des volumes impressionnants de la DeFi : comment est né Aave ?

    Fait amusant

    Stani Kulechov s’est porté volontaire pour SLUSH en 2016, l’événement Tech qui se tient chaque année à Helsinki pour rassembler des startups et des investisseurs du monde entier. Quelques années plus tard, en 2021, Stani participe à nouveau à la conférence, mais en tant que fondateur, présentant le projet Aave.

    De ETHLend à Aave : l’innovation est une constante

    En 2016, Stani Kulechov a commencé à observer l’écosystème Ethereum en pleine naissance : un environnement très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, auquel participaient encore peu d’utilisateurs et qui était peuplé tout au plus de quelques prototypes des services DeFi existant aujourd’hui. C’est dans ce contexte que Stani a vécu le piratage du projet DAO : le premier exemple d’organisation autonome décentralisée, dans lequel 3,6 millions d’ETH ont été volés. Stani, cependant, ne s’est pas laissé abattre par les conditions hostiles : “À la suite du piratage de la DAO, beaucoup de personnes ont quitté l’environnement, mais je voulais toujours construire quelque chose en rapport avec la finance, alors j’ai commencé à réfléchir à ce que ça pourrait être.

    C’est ainsi qu’est née l’idée d’ETHLend, pour permettre des prêts décentralisés entre des adresses de portefeuilles anonymes, mais il manquait encore un élément clé : les emprunteurs devaient être incités d’une manière ou d’une autre à rembourser le prêt. En explorant davantage les solutions déjà présentes sur la blockchain d’Ethereum, Stani a trouvé EtherDelta, peut-être le premier exemple d’exchange décentralisé (DEX), dont Hayden Adams s’est également inspiré pour créer Uniswap.

    Au départ, le protocole EtherDelta n’accueillait que de très faibles volumes : il n’y avait effectivement rien à échanger à ce moment-là et l’utilisation était encore entravée par une conception compliquée à utiliser. Cependant, les tokens ERC-20 ont rapidement ajouté de la liquidité au DEX, et ça fournit à Stani l’incitation qu’il recherchait : “les tokens pouvaient être utilisés comme garantie, libérés uniquement lorsque l’emprunteur rembourse le prêt. C’était le premier concept de prêt surcollatéralisé et nous avons appelé le projet ETHLend, abréviation de “Ethereum Lending“. En 2017, ETHLend est donc né, mais Stani n’a pas immédiatement réalisé son potentiel : “Je n’ai pas réalisé quand le projet pourrait devenir grand, je pensais que c’était une bonne preuve de concept, mais que j’allais probablement l’oublier”.

    Stani Kulechov expériences et projets

    La première version du service de prêts a été présentée comme un modèle de peer-to-peer, une mesure permettant aux gens de décider eux-mêmes du niveau de risque du prêt. Au départ, chaque contrat de prêt était contenu dans un smart contract différent : un processus qui est vite devenu coûteux, car il nécessite le paiement récurrent de gas fees. Ainsi, ETHLend a remplacé le p2p par le peer-to-contract, faisant essentiellement interagir les prêteurs et les emprunteurs avec un smart contract et non plus directement entre eux : la première étape de la transformation vers Aave.

    Avant d’être lancé, le protocole de Stani Kulechov a toutefois dû relever d’autres défis. Il a été difficile de lever des fonds pour ETHLend, jusqu’à ce qu’une ICO soit organisée en novembre 2017 : 1 milliard de LEND ont été vendus pour environ 18 millions de dollars. Stani, rétrospectivement, a déclaré que “si ce type de financement n’avait pas existé, [Aave] n’aurait pas été là”. Peu après, le bear market de 2018 a réduit le prix de l’ETH de 95 %, mais pour Stani, ” l’argument était toujours l’innovation, nous ne nous préoccupions pas du marché, j’ai seulement acheté de l’Ether pour payer le gas des smart contracts et des transactions, je ne l’ai jamais vu comme un investissement “.

    La résilience de Stani Kulechov a porté Aave jusqu’à sa mise en œuvre sur le réseau principal Ethereum en 2020, la migration ultérieure du code LEND vers le token AAVE, et enfin la sortie de la version 2 du protocole le 3 décembre de la même année.

    Le moral et le soutien de la communauté ont toujours été importants pour Stani Kulechov, en fait, il raconte lui-même que, pendant le crypto winter de 2018, la principale difficulté n’était pas l’effondrement des prix, mais le manque d’enthousiasme des utilisateurs, quelque chose qui était ” triste, au moins pour moi “. La communauté d’Aave, cependant, a toujours été diverse et certains des membres qui soutiennent actuellement le projet remontent à l’époque d’ETHLend : “c’est fascinant parce qu’ils ont vu notre premier produit et, en regardant où nous sommes maintenant, ils ont l’impression d’avoir fait un long voyage avec nous”, a commenté Stani, maintenant heureux. L’importance de la communauté se reflète également dans les capacités de gouvernance, accordées aux détenteurs d’AAVE depuis la version V2.

    Lens protocol : le Twitter d’Aave

    Stani Kulechov est très actif sur son profil Twitter où, en juillet 2021, il a répondu à Jack Dorsey, qui avait annoncé qu’il allait créer une plateforme open-source pour les services basés sur le Bitcoin (très similaire à Aave dans sa fonctionnalité), en disant qu’Aave construirait plutôt un “Twitter sur Ethereum”.

    Un tweet avec un air de challenge, mais considéré comme ironique par la plupart, surtout suite à un autre tweet, qui a en fait coûté cher à Stani. En fait, dans le climat d’incertitude généré par l’éventuel rachat de Twitter par Elon Musk, il a déclaré en plaisantant qu’il assurerait la position de PDG en intérim, en attendant l’arrivée d’Elon, mais il a immédiatement été banni de la plateforme suite à ce Tweet. Quelques heures plus tard, il est revenu en ligne, mais a commenté l’incident en soulignant le danger d’un contrôle centralisé des contenus, une forme intolérable de censure, surtout si l’on considère la nature égalitaire et décentralisée du Web 3, représentée par le projet Aave lui-même.

    Malgré tout, Stani n’a pas perdu son sens de l’ironie, mais a bel et bien tenu son engagement de construire une “version Aave” de Twitter, le Lens protocol. Un réseau social Web 3, basé sur la propriété et la monétisation de son propre contenu, certifié par des “profils NFT” et d’autres types de tokens non fongibles. La communauté continue de construire dans le “garden” de Lens.

    Le Lens protocol est une autre idée de Stani Kulechov, qui nous a fait part de son point de vue : “Tout comme nous sommes propriétaires des protocoles financiers, que se passerait-il si nous pouvions être propriétaires de notre présence sur les médias sociaux, de nos profils ?”. Ce protocole, qui a été créé presque comme un challenge, devra prouver la valeur de la décentralisation pour rivaliser avec l’autorité de Twitter, mais une chose est sûre : maintenant que tu sais qui est Stani Kulechov, tu comprends qu’il n’est pas à prendre à la légère.

    En rapport