logo academy

L’Odyssée de Tezos: les mises à jour d’Athènes à Ithaca

5 juillet, 2022
11 min
L’Odyssée de Tezos: les mises à jour d’Athènes à Ithaca
expert
Tu apprendras

    L’innovation de Tezos (XTZ) est le résultat du travail de Kathleen et Arthur Breitman, qui a abouti à un ICO de 230 millions en juillet 2017. Cependant, la feuille de route a été ralentie par des conflits juridiques avec Johann Gevers, qui ont nui à l’image du projet. Ainsi, Tezos n’a pas réussi à s’imposer immédiatement dans l’écosystème naissant DeFi.

    Cependant, grâce à sa propriété d’auto-amélioration, Tezos a pu s‘adapter avec agilité à toutes les demandes de l’écosystème crypto. Découvrons donc le processus de mise à jour de Tezos et le chemin qui a mené à Ithaca 2, la mise à jour du 1er avril 2022.

    Comment fonctionne Tezos : Liquid Proof of Stake et FA2

    La nature de la blockchain Tezos est modifiable, mais pas instable ! En effet, le fonctionnement de chaque smart contract natif est extrêmement fiable car il est vérifiable : il est possible de soumettre chaque code au “test des 9”, afin d’être mathématiquement certain de son exactitude.

    Cependant, ce qui rend le protocole Tezos (XTZ) extrêmement vivant, c’est avant tout la Liquid Proof-of-Stake : chaque détenteur de stake peut déléguer ses tokens sans nécessairement les verrouiller à une certaine adresse, de sorte qu’il peut les déplacer librement sans avoir à attendre le ” dégel “.

    Ce protocole de consensus (Liquid PoS) prend en charge un système de services décentralisés: le token standard Tezos FA2 (Financial Application 2) permet la création de tokens utilitaires échanger via la bourse décentralisée Dexter, ainsi que la création de NFT. En fait, la norme FA2 prend en charge un large éventail de tokens, gérés par une interface unique de smart contracts ; contrairement à Ethereum, qui lui dispose plutôt de plusieurs normes de tokens. Par ailleurs, il est possible de créer des organisations décentralisées autonomes (DAO), ou d’y intervenir, avec le projet Homebase, lui aussi alimenté par la technologie Tezos.

    La vitalité de Tezos a convaincu de nombreux projets de choisir sa blockchain, également favorisée par la portabilité de toutes les formes de valeur : le ”wrapping”  permet de “traduire” toute norme financière technologiquement incompatible dans la bonne langue, comme si elle était enveloppée dans un code reconnaissable par Tezos.

    Cependant, la propriété la plus avant-gardiste de Tezos est le mode d’auto-amélioration avec lequel il met en œuvre les mises à jour. En effet, le protocole Tezos peut être facilement modifié, sur la base des propositions votées par la communauté, sans qu’il soit nécessaire de faire un “fork” du code. Ce processus, grâce également à une gouvernance on-chain, permet de préserver la sécurité de Tezos : découvrons donc la succession de mises à jour qui nous a conduit à Ithaque.

    L’auto-amendement : d’Athènes à Hangzhou

    Un projet d’avant-garde doit évoluer : comment est-il possible d’être flexible mais intégral, de changer sans fragilité ?

    Nous savons qu’une proposition de changement, si elle est trop radicale, peut entraîner un hard fork : une nouvelle blockchain, incompatible avec la précédente. Bien que l’innovation soit nécessaire, cet événement comporte certains risques : la “scission” d’une blockchain entraîne une réduction de la participation au réseau, ce qui réduit la sécurité en raison de la diminution de la puissance de calcul (taux de hachage).

    La mise à jour de Tezos, en revanche, se fait sans fractionnement : il est possible d’ajouter des fonctionnalités, approuvées par un système de gouvernance on-chain, sans sacrifier la sécurité. La possibilité d’une amélioration illimitée, soutenue par la super-majorité (80%) de la communauté, a vu la blockchain des Breitman se renouveler 8 fois avant Ithaca 2 : c’est le ” Self-amending “, le système dynamique de modifications qui met à jour le code Tezos.

    Les changements ont suivi dans l’ordre alphabétique des noms de villes : Athènes, Babylone, Carthage, Delphes, Edo, Florence, Granada, Hangzhou et Ithaque 2. Une convention proposée par Nomadic Lab, les principaux développeurs du protocole Tezos, subventionnée par la Fondation Tezos. Jetons un coup d’œil aux mises à jour les plus importantes de Tezos.

    Curiosité

    Savais-tu que le nom des mises à jour Tezos (XTZ) est également contenu dans la chaîne de hachage correspondante ? Ithaca2 : Psithaca2MLRFYargivpo7YvUr7wUDqyxrdhC5CQq78mRvimz6A

    Athènes, la première mise à jour, est passée par le processus de modification en 5 étapes (proposition, exploration, test/réflexion, promotion et adoption) en mai 2019. Sur Tezos Agora, il est possible de discuter et de s’informer sur les propositions et, en ce qui concerne la cité grecque, elle nous montre ces nouveautés : augmentation de la “gas limit” (commission maximale par transaction), augmentant ainsi le nombre maximal de transactions par bloc, et réduction de la mise minimale (appelée ” roll size “) pour être boulanger, c’est-à-dire valideur, de 10 mille à 8 mille.

    Babylon (octobre 2019), était révolutionnaire. Tout d’abord, la mise à jour a inséré de nouvelles conditions dans l’algorithme de consensus, appelé à ce stade Emmy+, comme l’augmentation du temps de validation pour les blocs ayant moins d’endossement. En outre, elle a aussi ajoutée des fonctions au langage des contrats intelligents de Michelson, comme le CHAIN_ID pour distinguer le réseau principal du testnet. Enfin, elle a apporté des modifications aux quorums, c’est-à-dire aux pourcentages de vote requis pour les phases de proposition et d’essai de l’amendement.

    Delphi est entré en vigueur en septembre 2020 : elle a amélioré les performances et la sécurité de Michelson, optimisé la quantité de calcul par unité de gaz et réduit le coût du stockage des données par un facteur 4.

    Edo, en février 2021, a ajouté deux nouvelles fonctions : Sapling et Tickets. Le premier protège la confidentialité des transactions sur Tezos, tandis que le second crée des architectures de smart contracts capables d’échanger des permissions. La cinquième période des modifications, celle de l'”adoption“, a été introduite ici : cette phase permet aux nœuds de se mettre à jour à la suite de la proposition.

    Fait amusant

    Tokyo s’appelait Edo, ou “entrée de la baie”, jusqu’en 1868, avant de devenir la “capitale orientale” du Japon.

    En passant par Florence, nous arrivons à la mise à jour de Granada, prête en août 2021. Emmy+, l’algorithme de consensus, a évolué en Emmy* : il a réduit de moitié le temps par bloc (de 1 minute à 30 secondes), accélérant ainsi les transactions. En outre, le Liquidity Baking a été mis en œuvre : à chaque bloc, une petite quantité de Tezos est déposée dans un AMM avec un smart contract décentralisé, ajoutant ainsi de la liquidité à la paire XTZ-BTCtz (du Bitcoin “wrapped” sur Tezos). Cela incitait les utilisateurs à fournir des liquidités supplémentaires au contrat, afin d’obtenir des récompenses constantes. Cette caractéristique a suscité de nombreux débats au moment du passage à Ithaca, comme nous allons le voir.

    Retour à l’Est : Hangzhou introduit la cryptographie Timelock, qui empêche les mineurs de choisir et d’ordonner les transactions à inclure dans un bloc pour en tirer profit (une fraude appelée Block Producer Extractable Value). Un certain nombre de fonctions et d’outils ont également été ajoutés pour faciliter le développement de smart contracts.

    Ithaca 2 : la mise à jour démocratique de Tezos

    Nous touchons les rivages d’Ithaca, patrie d’Ulysse, pour apprendre un fait curieux : la version originale de la mise à jour d’Ithaca a été rejetée par la gouvernance on-chain, mais ce n’était pas le premier rejet dans l’histoire du protocole d’auto-amélioration de Tezos. En fait, la proposition de Carthage a été la première à échouer la période de proposition, tandis que Brest A a été bloquée de la période d’exploration pour n’avoir reçu que 0,26% de votes favorables, loin des 80% requis par la supermajorité.

    L’échec de l’accord à la super-majorité est-il un échec ? Absolument pas, le modèle démocratique de gouvernance sur la chaîne a fonctionné, prouvant que le vote décentralisé est vraiment important. Une victoire pour la technologie blockchain : l’utilisateur est au centre du débat et prend des décisions qui profitent au réseau.

    Alors pourquoi la mise à jour d’Ithaca a-t-elle été initialement rejetée ? Le premier facteur est le Liquidity Baking, tu te souviens ? Avec Granada, une incitation automatique a été ajoutée au pool de liquidité de XTZ-BTCtz. Cette paire a été critiquée pour plusieurs raisons : aucun échange centralisé ne la prend en charge, il est coûteux de convertir des BTC en BTCtz, et il est souvent impossible de réaliser le wrapping si l’on ne dispose pas d’une certaine quantité de tokens. En outre, beaucoup auraient souhaité remplacer BTCtz par un autre token : l’une des propositions était USDtz, le stablecoin de Tezos.

    Cependant, il se peut que ce ne soit pas le contexte réel : en fait, de nombreux bakers, et utilisateurs délégants, se sont sentis non représentés dans le processus de gouvernance. Nous avons dit que Nomadic Labs travaille dans l’intérêt de la Fondation Tezos, donc les propositions alternatives de mise à jour de Tezos doivent être formulées par la communauté. Cette méthode présente toutefois certaines limites : la rédaction d’une mise à jour nécessite une grande expertise technique, de sorte que la proposition populaire sera soumise au vote plus tard et sa réputation sera moindre. En outre, chaque mise à jour proposée par Nomadic Labs est un prototype unique, sans possibilité de choix.

    Ainsi, la première version d’Ithaca, proposée par Nomadic Labs, n’a pas atteint le quorum : fumée noire, mais la démocratie a quand même gagné. La frustration d’une communauté sous-représentée a communiqué sa déception, obtenant ainsi un excellent résultat.

    C’est ainsi qu’Ithaca 2 est né des cendres du premier rejet, mais sans modifications substantielles. Cette fois, un accord a été trouvé, prouvant que ce ne sont pas les questions techniques qui dissuadent la communauté, mais l’approche de la gouvernance.

    Le premier des changements apportés par Ithaca 2 est Tenderbake : un nouvel algorithme de consensus, basé sur le mécanisme BFT (Byzantine Fault Tolerance), qui remplace Emmy*. En outre, les récompenses de validation, distribuées aux bakers, à partir d’Ithaca 2 seront directement proportionnelles à la taille réelle du stake, et ne seront donc plus basées sur la “taille du rouleau” (1 rouleau=8000 XTZ). A cet égard, le nombre minimum de tokens pour être sélectionné comme valideur diminuera à 6000 XTZ. Les récompenses de baking seront créditées instantanément et non pas gelées pendant 5 cycles (environ 15 jours) comme dans Emmy*. Enfin, un nouveau niveau de sécurité est introduit : les délégués doivent bloquer, au moins, 10% de leur stake pour obtenir des droits de validation (ceci ne concerne toutefois pas les délégués, étant donné le liquid PoS).

    Fait

    La mise à jour Ithaca 2 a été implémentée dans la blockchain Tezos le 1er avril 2022, au bloc 2 244 609.

    Ithaca 2 a également répondu à la controverse sur le Liquidity Baking (LB), mais pas avec le résultat que les critiques avaient espéré : le protocole continuera à ajouter de la liquidité à la paire XTZ-BTCtz pendant environ 10 mois supplémentaires. En revanche, Ithaca 2 a décidé que si, à l’avenir, 33% des bakers s’y opposent, le LB sera supprimé. Avant cette mise à jour, le nombre minimum de votes négatifs était de 50 % : une petite victoire.

    La mise à jour de Jakarta 2 de juin 2022 a ajouté le toggle vote du Liquidity Baking précisément pour faciliter ce vote : chaque baker pourra voter en faveur de l’arrêt du programme, de sa poursuite ou de son redémarrage. Mais c’est un autre chapitre de l’histoire de Tezos.

    Cela suffira-t-il à résoudre le conflit interne à la communauté ? Les futures propositions de mise à niveau offriront-elles plus de choix ? Peut-être que ce qu’il faut vraiment se demander, en changeant de perspective, c’est quelle autre blockchain permet de participer activement à l’innovation de son protocole.

    En rapport