logo academy

Que signifie investir ? Un guide pour les débutants

28 octobre, 2022

10 min

Que signifie investir ? Un guide pour les débutants
débutant

Définir le concept “d’investissement” n’est pas qu’une question d’économie : il s’agit d’objectifs, de temps et de risques. Le profit n’est qu’une conséquence possible d’une stratégie bien pensée. Essayons donc de comprendre ce que signifie investir : nous trouverons différentes définitions, une pour chaque type d’investisseur. 

Le sens de l’investissement

L’argent est le cœur économique de la société : la monnaie fiduciaire est un moyen d’échange et une unité de compte, mais surtout une réserve de valeur. Préserver sa capacité de dépense (ou son pouvoir d’achat) est essentiel pour maintenir les normes de bien-être souhaitées. En nous demandant s’il vaut mieux investir ou épargner, nous avons toutefois découvert que l’accumulation d’argent ne suffit pas à protéger sa valeur. Pour contrer son érosion en cas d’inflation, l’épargne doit être accompagnée d’un investissement conscient.

Ainsi, nous avons une première définition de “l’investissement” : générer un profit à partir du capital dont on dispose, afin de compenser la dévaluation de la monnaie causée par la hausse des prix. Cependant, selon une autre définition, investir signifie multiplier ses actifs et augmenter ses revenus. Lorsque cet objectif est atteint, le “cycle de la richesse” commence : un revenu constant augmente l’épargne (cashflow) qui, à son tour, fournit de nouvelles liquidités pour investir. Au bout du compte, l’investissement ferme le cercle en générant de nouveaux revenus.

L’investissement comporte toutefois une forte composante opérationnelle. Définissons donc les pratiques les plus courantes de l’investissement conscient.

Ce mot n’est pas choisi au hasard : la sensibilisation aux finances personnelles est fondamentale pour trouver la bonne orientation dans ton cas particulier. Si tu connais ta situation financière, ton profil de risque et tes objectifs, tu auras déjà trouvé ton cap. Comprenons maintenant comment réaliser cette prise de conscience en 3 étapes.

1. Définis tes objectifs : pourquoi veux-tu investir ?

Comme nous l’avons vu dans les deux définitions du premier paragraphe, l’investissement peut avoir différentes significations, selon l’objectif de l’investisseur et son approche de la finance. Veux-tu simplement préserver la valeur de ton capital (pouvoir d’achat) ou améliorer ton style de vie ? De nombreuses personnes souhaitent se créer une retraite complémentaire, une source de revenus pour le cas où l’âge les empêcherait de travailler. Constituer un capital pour tes enfants, générer des liquidités pour rembourser tes dettes, obtenir un revenu régulier pour réaliser tes désirs, que signifie investir pour toi ?

2. L’horizon temporel : investissements à court, moyen ou long terme

Pour atteindre tes objectifs, tu devras définir les actions à mener, en tenant compte du temps dont tu disposes. Le temps est une ressource précieuse et pour en faire bon usage, tu dois placer tes objectifs et les actions correspondantes sur un horizon temporel réaliste et fonctionnel :

  • Investissements à long terme – l’horizon temporel le plus long, la tranche inférieure étant généralement comptabilisée à 5 ans. En tant qu’investissements à long terme, la durée minimale n’a cependant pas d’importance particulière : la projection se fait dans un avenir lointain, elle peut s’étendre sur toute une vie !
  • Les investissements à moyen terme – une période de 2 à 5 ans : en dehors des perspectives personnelles, la variabilité dépend de la maturité des titres achetés. Cette durée doit englober un cycle de marché complet, c’est-à-dire une alternance complète entre les phases de hausse (bull market) et de baisse (bear market).
  • Investissements à court terme : un intervalle de 2 ans maximum, plus précisément une durée moyenne de 12-18 mois. Cela n’exclut pas des périodes beaucoup plus courtes, mensuelles ou même quotidiennes, comme dans certaines formes de trading (day ou swing).
Horizon temporel

La définition en amont des objectifs et de l’horizon temporel est importante car ils gèrent l’influence de la psychologie sur l’investissement. Ils aident à la lutte contre la panique et la FOMO en s’informant sur la finance comportementale.

3. Appétit pour le risque

Passons maintenant à l’aspect humain qui définit l’investissement. Le marché est composé de personnes réelles. Chaque investisseur a ses propres objectifs et devra s’opposer à ceux des autres ou trouver des compromis pour les atteindre, comme le reflète la loi de l’offre et de la demande. Cependant, tout le monde n’applique pas cette conscience aux investissements : c’est l’une des raisons pour lesquelles le marché est souvent imprévisible et ne se comporte pas comme il le devrait logiquement. L’imprévisibilité du marché se traduit par un risque, un facteur dont nous devons commencer à prendre conscience et à reconnaître.

La règle d’or

“N’investis que ce que tu es prêt à perdre”. L’étude et la stratégie ne suffisent malheureusement pas à garantir le succès, même si elles constituent un avantage.

Chacun se caractérise par une appétence différente pour le risque, c’est-à-dire la capacité à supporter l’incertitude liée à l’investissement. Deux aspects principaux définissent le profil de risque d’une personne :

  • Capacité de risque – une estimation objective, un calcul mathématique qui rend compte du montant qu’un investisseur peut réellement perdre sans modifier son niveau de vie.
  • La tolérance au risque – une qualité subjective, qui indique la capacité psychologique à supporter une perte économique. Tout investisseur, soumis à la pression des prix, peut perdre sa lucidité. Les conditions critiques du marché rendent probable un comportement émotionnel et, ironiquement, encore plus risqué.

Définir ton profil de risque est fondamental pour comprendre quel type d’investisseur tu es ainsi que l’instrument financier qui te convient le mieux. Chaque asset class, a un niveau de risque intrinsèque, donné par sa nature économique : les instruments financiers peuvent être distribués selon une “pyramide des risques”.

Pyramide des risques

Le choix de l’instrument adapté à ton profil de risque doit toutefois tenir compte du facteur temps et de tes objectifs. Comme dans un équilibre, si le temps est limité mais les objectifs ambitieux, les solutions pour les atteindre seront inévitablement risquées. En effet, les rendements et les risques sont directement proportionnels : les gains les plus élevés s’accompagnent de grandes inconnues, tandis que les profits sûrs ont toujours une valeur minimale.

L’intersection des objectifs, du temps et du risque définit l’investissement : trouve ton équilibre personnel entre ces variables pour découvrir quel type d’investisseur tu es !

Que signifie investir pour toi ?

Nous pouvons identifier 4 types d’investisseurs, dérivés de l’alignement d’instruments financiers, de niveaux de risque et d’horizons temporels spécifiques. Les catégories sont indicatives, chaque investisseur est autonome dans ses choix, mais il est probable qu’on puisse les agréger à l’une des 4 classes. Analysons-les ensemble pour explorer ce que signifie investir en pratique.

Les 4 types d'investisseurs

L’investisseur “de base”

L’acteur économique le plus courant est l’épargnant ordinaire qui cherche à protéger la valeur de son capital. L’investisseur “de base” a peu de temps à consacrer à l’étude du marché et surtout ne dispose pas des outils pour le faire. Il recherche donc des solutions permettant de déléguer la gestion de son argent à des tiers, à moindre coût et en minimisant les risques. Les ETF sont l’outil idéal pour cette catégorie : des fonds gérés passivement qui reproduisent la performance d’un indice de marché, simplement en détenant les titres sous-jacents.

La diversification au sein des Exchange Traded Funds (ETF) atténue le risque en répartissant le capital entre divers produits financiers, mais cela dépend essentiellement des instruments que contient cette “boîte économique”. Les ETF d’actions sont plus risqués que les ETF d’obligations, par exemple. Un investisseur “de base” pourrait donc choisir un ETF sur les biens refuges, les matières premières telles que les métaux précieux, ou investir directement dans ces actifs. L’investissement “de base” est à moyen ou long terme, pour laisser au marché le temps de résoudre les crises cycliques.

Investisseur “confort”

L’investisseur “confort” n’a pas le temps de suivre les tendances du marché, mais il accepte un risque plus élevé que l’investisseur “de base”. L’investisseur “confort” se fie généralement aux fonds communs de placement, qui diffèrent des ETF en ce qu’ils gèrent activement l’argent. En un mot, ils achètent et vendent des titres sur le marché à la recherche d’un profit. Cette activité est plus risquée, mais pourrait permettre d’obtenir des rendements plus élevés que l’indice de référence (benchmark).

Investisseur “expert”

Il gère son capital de manière autonome, en investissant dans des instruments financiers tels que des actions, des obligations et des titres d’État, des matières premières (comme le pétrole ou les produits agricoles), ou encore dans le real estate, c’est-à-dire le marché de l’immobilier. Ces instruments financiers présentent différents niveaux de risque, mais il est dans l’intérêt de l’investisseur “expert” de limiter les possibilités de perte en se diversifiant et en jouant ainsi un rôle de médiateur entre le rendement et le risque.

L’investisseur expert participe lui-même au marché, il doit donc étudier une stratégie d’investissement personnelle : c’est pourquoi l’horizon temporel est variable, tout comme le choix entre les classes d’actifs.

Le “trader”

Le trading est de loin la forme d’investissement la plus risquée : le trader consacre beaucoup de temps à l’analyse technique pour anticiper les mouvements du marché. Les lignes de tendance, les supports et les résistances, ou les autres outils utilisés, ne prédisent cependant pas l’avenir. Ils ne font que formuler des hypothèses basées sur les tendances passées. Le trader a la possibilité d’obtenir des rendements élevés en faisant des choix audacieux ou à contre-courant, mais les risques de perdre la totalité du “prix” sont élevés.

Les stratégies visent généralement à générer des profits élevés en peu de temps en participant au marché du forex, en achetant des actifs alternatifs, comme les cryptomonnaies, ou en investissant dans des start-ups. Les produits dérivés permettent de se protéger contre le risque inhérent au trading : vous pouvez investir à la fois à la hausse et à la baisse avec le trading sur marge.

Il existe des produits dérivés aux mécanismes beaucoup plus complexes, adoptés non pas pour se protéger mais comme des investissements très rentables et tout aussi risqués. Les produits dérivés sont donc présents à tous les niveaux de la pyramide des risques.

Si tu t;es reconnu dans l’une de ces combinaisons, tu devrais avoir compris ce que signifie investir, du moins pour toi. Si ce n’est pas le cas, trouve ta propre formule : il ne s’agit que de lignes directrices, tu es autorisé à essayer d’autres méthodes. La seule règle est DYOR : trouve ta propre définition de l’investissement.

En rapport