logo academy

Stablecoins Algorithmiques : à la recherche de cryptomonnaies stables et décentralisées

21 octobre, 2021
8 min
Stablecoins Algorithmiques : à la recherche de cryptomonnaies stables et décentralisées
intermédiaire
Tu apprendras

    Les stablecoins sont une solution possible à la volatilité des cryptomonnaies : ils existent sous différentes formes, notamment algorithmiques. Contrairement aux stablecoins “classiques”, le prix des stablecoins algorithmiques est stable même sans réserves.

    Les stablecoins algorithmiques visent donc à s’affranchir des systèmes centralisés et des problèmes de garantie. Nous examinons le fonctionnement des stablecoins algorithmiques, les problèmes non résolus et leur potentiel.

    Les stablecoins : de quoi s’agit-il ?

    Les stablecoins sont des cryptomonnaies dont l’objectif est d’avoir un prix stable,  arrimé à celui des monnaies fiduciaires.

    Ces cryptomonnaies ont été créées dans le but de résoudre le problème de la volatilité des cryptos, afin d’en faire non seulement une unité de compte, mais aussi un moyen d’échange répandu et une réserve de valeur, reflétant ainsi toutes les exigences d’une monnaie à part entière.

    Il existe des stablecoins qui sont collatéralisés par des monnaies fiduciaires ou même des cryptomonnaies, c’est-à-dire basés sur des réserves de monnaies dans un rapport de 1:1 avec les tokens émis, sécurisant ainsi, lorsqu’elle est effective, la valeur de chaque unité du stablecoin.

    Les stablecoins centralisés, telles que USDC et USDT, sont garantis par des actifs traditionnels, comme les monnaies fiduciaires, mais la transparence des réserves, c’est-à-dire la possibilité de connaître leur composition, n’a pas toujours été absolue. De plus, les actifs qui composent ces réserves ne sont pas des liquidités à 100 %, ce qui garantirait une véritable correspondance 1:1 entre les tokens et les unités fiat. En fait, des obligations et d’autres titres sont souvent aussi détenus comme réserves, des actifs qui sont par nature moins liquides que des réserves de monnaies fiduciaires. Enfin, les stablecoins centralisés dépendent directement de systèmes centralisés, c’est-à-dire de banques et de gouvernements, qui contrôlent les monnaies fiduciaires et les autres actifs qui constituent les réserves.

    Les stablecoins décentralisés, quant à eux, sont collatéralisés presque exclusivement par des cryptomonnaies, telles que le Bitcoin et Ethereum. Ces stablecoins, bien que volatiles, sont liquides et transparents, car elles sont facilement échangeables et vérifiés par le grand livre immuable de la blockchain. Le DAI est l’exemple le plus courant de ce type de stablecoin.

    Finalement il en existe un troisième type : les stablecoins algorithmiques. Découvrons leurs caractéristiques générales et analysons l’exemple malheureusement raté de TerraUSD (UST) pour comprendre la difficulté de créer un code respectant la stabilité.

    Comment fonctionnent les stablecoins algorithmiques : le cas de TerraUSD (UST)

    Les stablecoins algorithmiques ne sont soutenus par aucune réserve : leur peg (arrimage) est en fait maintenu uniquement grâce à un algorithme.

    Ce code gère l’offre et la demande du stablecoin afin de maintenir le prix fixé à la monnaie de référence, généralement le dollar américain.

    Habituellement, afin de réaliser cet arrimage, et donc de préserver le prix, l’algorithme provoque l’émission d’un plus grand nombre de stablecoins lorsque le prix correspondant augmente excessivement, les rachetant à la place lorsque le prix tombe en dessous de la valeur unitaire (1 $, généralement).

    Ce mécanisme est similaire au seigneuriage, la pratique des banques centrales qui créent ou détruisent de la monnaie pour réguler son offre ou sa valeur : en pratique, les algorithmes influencent le prix du stablecoin en gérant sa rareté. De plus, vu qu’il s’agit d’un code et de règles pures, le fonctionnement de ces monnaies peut être modifié selon les propositions de la communauté, par le biais d’une gouvernance décentralisée, mettant le seigneuriage entre les mains de tous ceux qui utilisent la monnaie et non des banques.

    Un tel algorithme semble la solution parfaite pour décentraliser les stablecoins et les rendre indépendants des réserves sous-jacentes ou de la volatilité. Par contre, les événements récents ont montré que des études et des tests supplémentaires seront nécessaires pour créer des mécanismes véritablement invulnérables. Le stablecoin du projet Terra (TerraUSD, UST) a en effet échoué dans sa quête de stabilité, alors qu’il figurait parmi les projets les plus capitalisés du marché des cryptos.

    En bref, le prix des UST était influencé par l’offre de la cryptomonnaie “sœur” LUNA : lorsque le stablecoin dépassait le prix d’un dollar, le protocole convertissait 1 dollar de LUNA en 1 UST, de manière à augmenter la disponibilité du stablecoin et donc à diminuer sa valeur. Ce qui nous importe le plus, cependant, c’est le cas inverse : lorsque le prix du stablecoin tombait au-dessus du seuil du dollar, l’algorithme vendait 1 UST pour 1$ de LUNA, afin de créer une rareté et de retrouver la valeur de 1$.

    Stablecoins algorithmiques

    Cela a toutefois déclenché une crise en mai 2022 : à la suite d’événements que nous avons tenté de reconstituer dans cet article de blog, UST a perdu son arrimage au dollar et le “depeg” (perte de l’arrimage) a provoqué une terrible réaction en chaîne. L’algorithme, en fait, en essayant de soutenir le prix de l’UST, a considérablement augmenté l’offre de LUNA, provoquant l’effondrement de son prix, mais n’a pas réussi à récupérer l’arrimage en dollars du stablecoin, qui a ensuite perdu de sa valeur à son tour.

    Cette crise nous rappelle que la finance décentralisée (DeFi) est une réalité technologique naissante et donc encore en développement : la science procède par erreurs et le fait de faire des erreurs est permis si cela mène au succès. En fait, la recherche ne s’est pas arrêtée à cette défaite, et de nouveaux projets sont en cours d’élaboration et de développement.

    L’avenir et les défis des stablecoins algorithmiques

    L’échec de l’écosystème Terra a provoqué de nombreuses pertes dans le monde des cryptomonnaies : l’effondrement du prix du stablecoin UST et de la cryptomonnaie LUNA a anéanti la valeur d’immenses capitaux, ainsi que drainé les liquidités d’autres projets directement ou indirectement liés (par exemple Celsius, Three Arrow Capital).

    Quelle était la véritable cause de la catastrophe ? Il n’y a pas de coupable unique : nous devrions plutôt nous demander “qu’est-ce qui a mal tourné” et non “qui” était responsable (beaucoup ont pensé au nom de Do Kwon, le créateur de Terra-LUNA). Ainsi, après la tempête et le décompte des dégâts, les détracteurs des cryptomonnaies ont sorti leurs doutes : la blockchain et les algorithmes seraient, selon eux, inadéquats pour créer une économie stable. Bien que, comme nous l’avons dit, les mécanismes des cryptomonnaies et des stablecoins sont encore largement perfectibles. A l’origine du chaos de TerraUSD, il y aurait un autre concept : la collatéralisation, c’est-à-dire l’utilisation précitée de réserves de valeur pour soutenir le prix d’une monnaie.

    Les stablecoins algorithmiques ne sont pas censés avoir de garantie : elles créent et détruisent des monnaies pour maintenir leur prix stable (arrimé au dollar). Est-ce donc la collatéralisation qui a ruiné l’UST ? Selon cet article, il semblerait que ce soit le cas : la cryptomonnaie LUNA aurait fait office de “garantie endogène“, car elle a été créée par le projet Terra lui-même, dont l’effondrement du prix a déclenché une “spirale de la mort“. En un mot, TerraUSD aurait échoué parce que sa rareté n’était pas purement algorithmique, mais dépendait de la volatilité de LUNA, comme les événements l’ont prouvé.

    Ainsi, la véritable raison de l’effondrement était la conception de la collatéralisation, et non l’algorithme lui-même, ni la technologie blockchain en général ; c’est l’aspect essentiel que les législateurs devraient prendre en compte afin d’éviter des cas similaires à l’avenir. Interdire totalement la blockchain et les algorithmes n’est pas la solution, car cela reviendrait à empêcher l’évolution technologique.

    Les innovations du Web 3 et de la DeFi doit être embrassées, comprises, mais surtout guidées par des lois appropriées : les stablecoins, en général, devraient se conformer aux exigences de collatéralisation, en fonction de paramètres de liquidité par exemple, et leurs réserves devraient être transparentes et soumises à des contrôles réguliers (audits). Les stablecoins algorithmiques, en revanche, devraient remplacer les garanties par des mécanismes tout aussi valables, éliminant entre autres la nécessité de faire confiance aux réserves, grâce à l’impartialité des codes. 

    Ces lignes directrices donneraient un nouvel élan à la cryptoéconomie en stimulant l’adoption massive : les participants à l’économie décentralisée des cryptomonnaies seraient enfin rassurés par des règles claires et protégés contre la répétition de crises similaires. 

    En rapport