logo academy

Denelle Dixon : championne de la Fondation Stellar

12 juillet, 2022
13 min
Denelle Dixon : championne de la Fondation Stellar
débutant
Tu apprendras

    Dans cet article, nous découvrons qui est Denelle Dixon, PDG et directrice exécutive de la Stellar Development Foundation. Il s’agit d’uneorganisation à but non lucratif qui soutient la croissance et le développement de Stellar (XLM) : un réseau blockchain open source. Denelle Dixon, ancienne directrice de l’exploitation (COO) de Mozilla, se bat pour la “neutralité du réseau” et pour rendre le secteur des cryptomonnaies écologique, éthique et accessible : c’est ainsi que Stellar est né.

    Qui est Denelle Dixon ?

    Denelle Dixon est aujourd’hui avocate et mène une solide carrière, comme elle en rêvait lorsqu’elle était enfant. Ayant grandi à Gilroy, une petite ville du sud de la Californie, à l’âge de huit ans, elle avait déjà des idées bien arrêtées : elle voulait être la première de sa famille à aller à l’université, puis combattre la violence domestique avec la loi.

    Ayant déjà décidé de sa voie dès l’enfance, elle a obtenu un diplôme en sciences politiques à l’université de Californie en 1992 et a ensuite fréquenté le Hastings College of Law où elle a obtenu un doctorat en droit. Ainsi, en 1998, elle commence son premier emploi au cabinet d’avocats Folger Levin & Kahn, où elle est restée pendant environ huit ans.

    Ce n’est qu’en 2007 que l’occasion se présente de se lancer dans le domaine dans lequel elle est aujourd’hui experte : Dixon est engagée par Yahoo en tant que responsable de l’appui juridique. Elle a notamment travaillé en étroite collaboration avec d’autres entreprises, en dirigeant une équipe d’avocats dans le domaine des droits d’auteur, des licences et pour traiter certains litiges liés à la gestion des informations personnelles des utilisateurs. Par la suite, Denelle Dixon a été nommée directrice de la stratégie juridique sur le sol américain pour la société de capital-investissement Terra Firma

    Ces expériences lui ont permis de développer des connaissances et des positions claires sur la gestion des données en ligne, en souhaitant un marché plus respectueux des droits des utilisateurs. En effet, en 2014, lorsqu’elle a rejoint l’équipe de consultants de Mozilla (l’entreprise qui a créé le navigateur Firefox), elle s’est fortement prononcée en faveur de la neutralité du net et du droit des utilisateurs à contrôler leurs données personnelles. De vice-président senior chargé des affaires commerciales et juridiques, Dixon est rapidement devenu la directrice d’exploitation (COO) de Mozilla. Elle s’est engagée à assurer la transparence, le contrôle et l’innovation pour ceux qui utilisent la plateforme, afin de réaliser des activités durables.

    C’est précisément grâce à ce poste qu’elle a découvert les cryptomonnaies, ce qui nous donne l’occasion de raconter l’histoire de la création de Stellar et de la fondation qui la soutient.

    Neutralité du Net

    Le concept de neutralité du Net (ou du réseau) exprime les valeurs d’un Internet ouvert à tous, quel que soit le support, l’application ou la plateforme utilisés. Selon le principe de neutralité du Net, les fournisseurs de services Internet (ISP) doivent considérer tous les types de communication comme égaux, évitant ainsi de pénaliser certains types d’utilisateurs pour les services et les contenus qu’ils utilisent.

    Comment Stellar est né : Fondation et blockchain

     On pourrait dire que ce sont les cryptomonnaies qui ont trouvé Denelle et pas l’inverse : ” Lorsque je travaillais pour Mozilla, je passais beaucoup de temps à étudier le monde d’Internet. C’est ainsi que j’ai commencé à m’intéresser un peu à la compréhension de la blockchain“. Pour Mme Dixon, cette technologie s’est révélée être un outil capable de remodeler le système financier, qu’elle juge injuste, afin de répondre aux besoins les plus divers des utilisateurs (un combat qui l’a accompagnée toute sa vie).

    L’intérêt croissant pour le monde des cryptomonnaies a conduit Denelle Dixon à prendre le poste de Chief Executive Officer (PDG) de la Stellar Development Foundation (SDF) en 2019. La SDF est une organisation à but non lucratif qui soutient la croissance et le développement du projet Stellar, un réseau blockchain open source avec sa cryptomonnaie Lumen (XLM). Stellar est conçu pour faciliter les échanges entre les monnaies fiduciaires et les cryptomonnaies, en les regroupant au sein d’un réseau unique capable de prendre en charge des transactions non seulement transfrontalières, mais même mondiales.

    La SDF a été fondée en 2014 par Jed McCaleb, cofondateur de Ripple, et l’avocate Joyce Kim : ils ont depuis collaboré avec de grandes entreprises, comme IBM et Franklin Templeton, et diverses start-ups. Le projet Stellar vise à réaliser l'”inclusion financière mondiale” grâce à la technologie blockchain : sa cible est constituée des habitants des pays n’ayant pas accès aux services financiers ou dont l’économie est en difficulté, en raison d’une hyperinflation par exemple. Pour cet objectif, à la fois humain et économique, McCaleb a trouvé que Denelle était parfaite, et l’a donc choisie comme PDG.

     La fondation, basée à San Francisco, compte plus de cent employés. La SDF soutient les développeurs de la blockchain Stellar et les détenteurs de la cryptomonnaie Lumen (XLM) à plusieurs égards : il fournit une assistance commerciale et juridique, ainsi que des conseils technologiques.

    Denelle Dixon et Stellar : protection des femmes et des personnes marginalisées

    Nous pouvons apprécier la figure de Denelle Dixon car, contrairement aux autres Crypto Heroes, elle se montre aussi dans son quotidien et son humanité. Dans cet entretien, elle explique que, pendant la période de la pandémie, elle a continué à courir tous les matins et à lire beaucoup, malgré une vie frénétique avec ses cinq enfants (âgés de 11 à 20 ans) et son compagnon.

    Ce côté humain de Dixon se reflète également dans les qualités du projet Stellar, abordé dans la même interview : “Il y a des entreprises en Afrique qui s’appuient sur Stellar et qui résolvent des problèmes tels que la circulation entre les régions de personnes chassées de leur pays en raison de la discrimination“, grâce à “un portefeuille numérique qui peut être placé sur un téléphone portable, de sorte qu’elles n’ont pas besoin de transporter des objets de valeur ou de l’argent“. Ils les auront dans leur portefeuille, de sorte qu’ils pourront les consulter d’une zone à l’autre lorsqu’ils y seront“. Ce sont les transferts internationaux d’argent ouverts aux gens ordinaires, les outils pour les réfugiés et les ressources offertes aux immigrants qui ont motivé Dixon dès le début de son mandat : “C’est ce que je veux dire quand je parle de ce qui est si génial dans le pouvoir de l’open source, le pouvoir d’une blockchain sans permission : leur concentration sur les cas d’utilisation“, mais l’histoire de la naissance de Stellar est bien plus importante.

    Selon Denelle, le réseau Stellar peut également être une ressource pour les femmes, qui sont souvent exclues de certains secteurs tels que la finance et la technologie, ou même maintenues en marge de la société, dans certaines parties du monde. Tout d’abord, “ce que nous savons“, a-t-elle poursuivi, “c’est que chaque fois que les femmes ont la possibilité de s’engager dans la finance et d’avoir accès à des outils et produits financiers, le PIB de leurs pays respectifs s’améliore. Cependant, de nombreuses femmes sont exclues de ces opportunités : “elles ne sont pas impliquées dans la structure de travail traditionnelle et n’ont donc pas les outils nécessaires pour avoir accès à un compte bancaire” qui leur permettrait de profiter des “produits et services financiers, afin qu’elles puissent accéder à leur propre manière de créer de la richesse” et contribuer à l’économie de leur famille et à l’économie locale“. Le réseau Stellar, à travers la cryptomonnaie Lumen (XLM), cherche précisément à préserver les fruits de leur travail en tokenisant toute monnaie et tout actif dans un rapport 1:1 avec le dollar ou d’autres monnaies locales, mais surtout, il permet d’accéder à l’économie mondiale, sans limites géographiques ni longues attentes.

    Denelle Dixon, Expériences et Projects

    Stablecoin et CBDC : réglementation et inclusivité

    Denelle Dixon est très active sur son profil Twitter, où elle met fièrement à jour ses followers sur les réalisations et les collaborations du projet Stellar ; cependant, elle n’hésite pas à commenter les grandes questions du paysage de la blockchain. À cet égard, elle s’est empressée de commenter l’approbation par le Parlement européen de la loi MiCA : elle a notamment salué le rôle de leader joué par l’Europe en matière de réglementation des cryptomonnaies, exhortant les États-Unis à prendre les devants, non seulement pour stimuler l’innovation financière, mais aussi pour maintenir leur leadership dans ce domaine.

    En outre, dans le fil du tweet, elle a mentionné les normes élevées imposées aux stablecoins, un sujet cher à Denelle Dixon, qu’elle avait déjà abordé à propos de l’échec du projet Terra-LUNA. En effet, en mai 2022, elle a formulé une définition des stablecoins, énumérant un certain nombre de critères :

    • Si un token n’est pas adossé à une réserve de devises fiduciaires, qu’il s’agisse de dollars, d’euros ou de pesos, il ne s’agit pas d’un stablecoin.
    • Si les réserves sur la base desquelles le token est émis ne sont pas transparentes, c’est-à-dire claires quant à leur composition, il ne s’agit pas d’un stablecoin.
    • Si le token n’est pas disposé à se soumettre à un “audit“, c’est-à-dire à un contrôle par un tiers, qui peut attester de ses réserves, il ne s’agit pas d’un stablecoin.

    Denelle Dixon affirme ainsi la nécessité de transformer ces points en exigences, afin que la réglementation protège les consommateurs en définissant clairement la nature des stablecoins.

    Toujours dans une optique d’inclusion de ceux qui ont du mal à s’insérer dans le système économique mondial, Denelle Dixon a affiché son soutien aux monnaies numériques des banques centrales (CBDC, ou Central Bank Digital Currency), c’est-à-dire ces monnaies numériques émises par une banque centrale, donc en peer-to-peer mais loin de la décentralisation des cryptomonnaies. Les CBDC sont une nouvelle forme technique que les monnaies fiduciaires peuvent prendre, et sont donc réglementées par leurs gouvernements respectifs tout comme les monnaies physiques.

    Contrairement au reste de l’industrie crypto, Dixon a effectivement soutenu cette nouvelle option de paiement, déclarant qu’elle collabore avec des entités de la finance traditionnelle pour explorer les CBDC. En fait, Dixon les considère plutôt comme un complément aux services existants en monnaie fiduciaire, tels que les stablecoins, les virements, les cartes de crédit et les espèces. En effet, l’objectif ultime, selon elle, est de parvenir à un système financier au service de tous, soit le même objectif que le projet Stellar.

    Le chiffre magique 3 : l’avenir de Stellar

    Dans un article publié sur le blog de Stellar, Denelle Dixon a résumé le passé, le présent et l’avenir de ses trois années à la tête de la Stellar Development Foundation, nous donnant un aperçu de la façon dont Stellar est né et comment le projet va évoluer.

    Intitulant son intervention “Three is a Magic Number”, Denelle Dixon nous fait découvrir les trois phases du projet Stellar : au début, Denelle et l’équipe Stellar se sont attachées à définir la structure, la stratégie et le rôle de la fondation dans le vaste écosystème de la crypto. Denelle a donc décidé de soumettre l’ensemble du processus à la transparence et à la clarté, construisant ainsi des feuilles de route annuelles, constamment mises à jour dans les objectifs, vers le grand but de l’inclusion financière.

    Cependant, pour rendre le projet robuste, elle a également signé des accords avec d’autres acteurs de la blockchain. En fait, elle a rapidement intégré le stablecoin USD Coin dans le réseau Stellar, afin de fournir à l’USDC un réseau rapide avec des frais réduits. En outre, le SDF a décidé de créer le Fonds d’entreprise, afin de soutenir la construction de projets innovants sur le réseau de Stellar. Cela a conduit à la création de divers produits, dont un Automated Market Maker (AMM), mais surtout, cela a incité Denelle à partager les cas d’utilisation de Stellar avec la vaste communauté crypto. Ce parcours l’a conduite jusqu’à la conférence de la commission des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis, où elle a témoigné et divulgué des informations sur les actifs numériques.

    Ces résultats l’ont rendue particulièrement enthousiaste et consciente des avantages de la blockchain de Stellar : ” rapide, pratique, interopérable et efficace “, comme doit l’être un réseau capable de donner accès aux cryptomonnaies et à l’économie à des millions de personnes. L’avenir de Stellar, comme elle le dit, sera caractérisé par l’accent mis sur les smart contracts, un outil supplémentaire d’inclusion selon elle. Ce choix représente un changement radical par rapport à la conception initiale de la blockchain, qui n’a pas été conçue pour accueillir des applications décentralisées, mais le projet Jump Cannon aura précisément pour objectif de mettre en œuvre la technologie des smart contracts dans Stellar. 

    De plus, si l’intention de Stellar est de fournir ses services à un nombre croissant d’utilisateurs, elle ne pourra pas éviter de traiter les questions d’évolutivité, par exemple les transactions par seconde. Denelle rappelle d’ailleurs les projets ” passerelles ” déjà en cours et la volonté de Stellar de combiner évolutivité et faibles frais.

    En conclusion, Denelle Dixon a décidé de représenter elle-même l’avenir, avant même d’être PDG de SDF : elle a créé le podcast block by block, pour discuter du monde de la crypto au jour le jour. Si vous pouviez vous interviewer lorsque vous étiez enfant, que lui diriez-vous? Son rêve de justice devient-il une réalité?

    En rapport