logo academy

Fantom : la DeFi ne se limite pas à la blockchain

20 avril, 2022
10 min
Fantom : la DeFi ne se limite pas à la blockchain
débutant
Tu apprendras

    Fantom est une plateforme DLT (Distributed Ledger Technologies) pour le développement de Dapps et de solutions DeFi. Grâce à sa technologie unique, elle jette les bases d’un écosystème hautement évolutif et flexible. Découvre comment fonctionne Fantom (FTM) et à quoi elle sert.

    Fantom

    Comment est née Fantom ? 

    L’innovation, dans toutes les branches de la technologie, continue à repousser les limites des projets précédents. Dans la blockchain, ce processus est favorisé par le caractère généralement open-source des projets. 

    Fantom en particulier est née pour répondre au trilemme de l’évolutivité : équilibrer l’évolutivité, la sécurité et la décentralisation, un obstacle insurmontable pour de nombreuses blockchains de couche 1. L’objectif initial était donc de fournir une alternative au coût et à la vitesse d’Ethereum, caractérisée par des frais de gas souvent élevés et une dizaine de transactions par seconde, avant la version 2.0.

    Ainsi, Ahn Byung Ik, docteur en informatique et créateur de l’application SikSin (très utilisée en Corée pour évaluer les restaurants), Bob Tucker, Matthew Hur, et Michael Kong, développeur habile de smart contract ethereum, ont créé la Fantom Foundation en 2018. 

    Le siège aux îles Caïmans, qui coordonne les opérations en Corée du Sud, a connu de nombreux changements : Tucker, Hur et Ahn ont abandonné le projet, ce dernier laissant le rôle de PDG à Kong, ancien directeur de l’information. De plus, Andre Cronje, fondateur de Yearn Finance, a longtemps été conseiller technique de Fantom, mais en mars 2022, il a décidé d’abandonner la DeFi, comme il l’avait déjà fait en 2020 en raison de l’hostilité de la communauté.

    Fantom est-elle une Blockchain ?

    Fantom est une DLT un peu différente de la blockchain. Si le terme DLT englobe toutes les technologies qui permettent la construction de bases de données décentralisées, parmi celles sous forme de ledger distribués, on trouve d’une part la blockchain et d’autre part le DAG. 

    Fantom combine la structure DAG avec le mécanisme de consensus de Proof-of-Stake.

    DAG signifie Directed Acyclic Graph et désigne une structure et un ordre particuliers de données informatiques. Ce type de DLT ne prévoit donc pas de blocs de données conséquents, mais un réseau de transactions reliées entre elles, dans une structure arborescente. Généralement les transactions sont vérifiées selon la méthode du « Gossip », c’est-à-dire la transmission du consentement entre un nœud et l’autre à travers le réseau.

    Comment fonctionne Fantom ?

    La structure DAG

    Le DAG d’Opera est une variation qui s’inspire également en partie de la blockchain, car le réseau arborescent est composé de « blocs d’événements » dans l’ordre chronologique qui contiennent les nouvelles transactions. Chaque nœud du réseau conserve une copie du DAG.

    Pour faire fonctionner ce réseau, Opera utilise 3 composants. Ceux-ci tirent curieusement leurs noms des Moire, les déesses du destin dans la mythologie grecque qui tissaient le fil de la vie de chaque personne. 

    • Clotho, la « fileuse » de la vie, est un type de bloc spécial pour les événements.
    • Lachesis, qui tournait le fuseau en décidant du sort de la vie, est le mécanisme de consensus.
    • Atropos, qui coupait le fil de la vie, est un bloc d’événements spéciaux choisi par les Clothos.

    Tout comme les Moires filaient la vie de chacun, ces composantes en collaborant décident du sort d’Opera et donc de Fantom.

    dag di fantom

    Vérification des transactions sur Opera

    Le processus est très complexe, mais en gardant à l’esprit le concept de « gossip » et les personnages qui composent le DAG, nous pouvons imaginer la vérification des transactions comme un effet de réseau qui permet à tous les nœuds d’avoir des confirmations de la validité des transactions simplement en se notifiant les uns aux autres.

    • Un nœud reçoit des transactions des utilisateurs et les regroupe en blocs d’événements, qu’il transmet au réseau.
    • Lorsqu’un bloc est connu de la plupart du réseau, il est appelé Root.
    • Les nœuds transmettent au réseau à la fois les blocs reçus d’autres et les leurs, favorisant la diffusion des informations qu’ils ont validées.
    • Lorsqu’un bloc Root atteint un niveau de notoriété supplémentaire, il devient un Clotho, dont dépendent certains blocs d’événements simples et dont il en contient les informations et les connexions.
    • Les Clothos communiquent entre eux pour parvenir à un consensus sur l’élection d’un Atropos.
    • La série d’Atropos qui se forme le long du DAG constitue la chaîne principale, celle que tous les nœuds ont conservée et qui sert de référence temporelle.

    Comment fonctionne Lachesis

    Ce système est particulièrement rapide et évolutif car les validateurs n’ont pas à échanger de blocs entre eux comme dans d’autres types de Proof-of-Stake et Proof-of-Work, mais seulement à échanger périodiquement des informations sur les événements, sans devoir être parfaitement synchronisés.

    En fait, Lachesis est techniquement un mécanisme de consensus aBFT, Asynchronous Byzantine Fault Tolerance, qui, au niveau pratique, rend la finalité des transactions presque instantanée et permet au réseau de tolérer le comportement malveillant d’un tiers des participants au maximum.

    C’est un pourcentage beaucoup plus faible que le 51 % classique de la Proof-of-Work, mais il y a une barrière à l’entrée très élevée pour les nœuds qui veulent participer à la validation sur Opera.

    Les nœuds de Fantom ont tous la même importance et les mêmes pouvoirs, mais ils sont  peu nombreux (environ 60). C’est parce que la Fantom Foundation exige qu’ils mettent en staking au moins 500 000 FTM pour pouvoir devenir validateur et que la fondation elle-même les surveille. En outre, la tolérance aux comportements nuisibles pour le réseau est égale à zéro : pour toute tentative de compromission, le slashing, c’est-à-dire la confiscation du stake du validateur, s’applique.

    En tant que simple bloc de token pour recevoir des récompenses, le staking est en revanche plus accessible, grâce au mécanisme de délégation qui nécessite de bloquer au moins 1 FTM, également via le portefeuille natif de Fantom. 

    La DeFi sur Fantom

    Grâce à son évolutivité extrême, Fantom est particulièrement adaptée au développement de Dapps. Chaque Dapp peut se servir d’une sidechain personnalisable d’Opera, dont le nombre est illimité, contrairement aux parachaines de Polkadot.

    Les smart contracts de Fantom s’appuient entièrement sur l’EVM d’Ethereum, c’est-à-dire l’infrastructure qui permet de programmer des smart contracts avec Solidity.

    Cela signifie d’une part que les deux écosystèmes sont également entièrement compatibles en ce qui concerne les jetons standard, ce qui facilite certainement le travail des développeurs, mais d’autre part implique une dépendance de Fantom à l’égard d’Ethereum. C’est pourquoi beaucoup espèrent une prochaine sortie d’une FVM native, qui n’impliquera pas nécessairement une moindre compatibilité (voir Avalanche).

    Fantom, qui se consacrait à l’origine à la création de « villes intelligentes » (en tant que soutien aux services), est ensuite passée à la DeFi, au suivi de la supply chain, à la tokenisation des actifs et à la création de monnaies numériques pour les banques centrales (CBDC). 

    La particularité de Fantom est qu’il héberge non seulement des projets de développeurs externes, mais a également fourni une suite de services DeFi entièrement natifs et conçus par l’équipe interne sous la supervision d’Andre Cronje. Partons de ces derniers.

    La caractéristique la plus innovante de la suite est le liquid staking, une possibilité encore offerte par très peu de protocoles. Il te permet d’utiliser des tokens FTM dans certaines Dapps, même lorsqu’ils sont en staking. Les fonctionnalités fMint, fSwap et fLend sont disponibles sur fantom.finance, sur lesquelles il est possible d’utiliser des FTM et des versions synthétisées d’autres monnaies, à l’instar des wrapped tokens et des actifs synthétiques, basés sur le token standard de Fantom. 

    Avec le protocole fMint, il est possible de miner le stablecoin indexé au fUSD, en bloquant le FTM avec un ratio de 5:1. Avec les FUSD obtenus, tu peux acheter du fBTC, fETH, ou 174 autres actifs synthétiques sur fSwap

    Le liquid staking s’applique à fMint car pour générer des fUSD, tu peux également utiliser ton propre stake, sous la forme de fFTM, c’est-à-dire la version tokenisée du token natif. 

    Enfin, avec fLend, tu peux recevoir ou accorder des prêts décentralisés en fTokens en recevant des récompenses de yield farming.

    La plateforme DeFi de Fantom Finance est accessible directement depuis le portefeuille Web de Fantom : fWallet, également utilisé pour le staking de FTM.

    Fantom prend également en charge les NFT, utilisés dans différentes applications développées sur Opera.

    Le deuxième écosystème DeFi de Fantom est basé sur l’interopérabilité entre les protocoles Ethereum : parmi eux, Sushiswap, Curve et Cream finance ; la compatibilité avec l’EVM est essentielle pour attirer les nouveaux capitaux de la finance décentralisée. Fantom, à cette fin, met à disposition le Fantom Bridge pour transférer les tokens ERC-20 sur Opera. 

    À quoi servent les FTM ? 

    Le token natif Fantom (FTM) est à la base des processus de staking, de gouvernance et peut être utilisé dans les Dapps de l’écosystème, mais c’est aussi le moyen de paiement des frais du réseau.

    L’offre maximale à laquelle le token FTM peut parvenir est de 3,175 milliards, tous pré-minés au lancement du réseau. Environ 40 % d’entre eux ont été distribués à des investisseurs privés en trois tours d’investissement, récoltant près de 40 millions de dollars. Seulement 1,5 % de l’offre a été accordé à l’ICO de 2018. Les fondateurs et l’équipe ont conservé environ 7,5 % des tokens, récompensant les conseillers et autres collaborateurs avec 12 %, tandis que la partie restante (environ 40 %) sera réservée à la trésorerie et aux incitations au staking. 

    Pour voter aux décisions de gouvernance, 1 FTM équivaut à une voix. La particularité du vote sur Fantom est que sous les options « Oui » et « Non », tu peux exprimer une préférence sur une échelle de 1 à 4. 

    De plus, la structure flexible de la plateforme est confirmée par le fait que le système de gouvernance de Fantom est entièrement on-chain, et ne nécessite donc pas les hard forks typiques associés aux changements radicaux du protocole.

    Dans l’ensemble, Fantom semble être un projet avec une direction solide et une technologie sous-jacente avancée, qui surmonte les limites de la blockchain en allant à la racine du problème, sans raccourcis. Une attention particulière à la sécurité et une marque émergente soutiennent sa candidature parmi les Ethereum Killers.

    En rapport