logo academy

Andre Cronje : le créateur de Yearn Finance

21 décembre, 2021
7 min
Andre Cronje : le créateur de Yearn Finance
débutant
Tu apprendras

    Andre Cronje est surtout connu pour avoir créé les célèbres protocoles Yearn Finance et Keep3rV, et pour être l’une des personnes les plus influentes de l’espace DeFi. 

    Qui est Andre Cronje : ses débuts

    Andre Cronje est né au Cap, en Afrique du Sud. Sa date de naissance, cependant, est encore inconnue. On sait cependant qu’après avoir obtenu son diplôme de droit de l’Université de Stellenbosch en 2003, Andre Cronje s’est tourné vers l’informatique. En seulement six mois, il a achevé un cursus d’une durée moyenne de trois ans. Ses résultats étonnants lui valent un poste d’enseignant au Computer Training Institute. 

    Il y enseigne l’informatique, le graphisme et le droit pendant environ un an. Puis il commence à travailler comme programmeur dans plusieurs entreprises jusqu’en 2017. 

    La découverte des cryptomonnaies

    Andre Cronje découvre pour la première fois les crypto-monnaies fin 2018. Il commence à travailler comme expert Blockchain chez BitDiem, puis occupe quelque temps plus tard le même poste dans une deuxième entreprise, CryptoCurve. Intrigué par les récompenses des prêts avec les stablecoins, l’informaticien sud-africain s’intéresse à la DeFi

    La naissance de Yearn Finance

    Au cours des années passées à étudier les cryptomonnaies, Andre Cronje perçoit la nécessité de créer un projet de yield farming simple et intuitif dans le secteur DeFi. C’est ainsi que l’informaticien utilise ses compétences et ses économies pour donner vie au protocole yearn.finance. Cependant, il ne fait pas appel à une équipe d’experts pour mettre en place le programme comme d’autres l’avaient fait auparavant. 

    Il développe tout seul son programme et le lance en février 2020. Yearn Finance est un protocole qui fonctionne sur la blockchain Ethereum et Fantom, c’est une plateforme DeFi qui offre aux utilisateurs la possibilité de gagner des récompenses en pourcentage sur leurs cryptomonnaies, les déplaçant automatiquement vers les plateformes avec des récompenses plus élevées. 

    Pendant ce temps, Cronje gagne en popularité dans le secteur, grâce à sa capacité à réviser les codes. Il y a tellement de passionnés de cryptomonnaie qui comptent sur lui que, en somme, Andre Cronje pourrait, par son seul avis, détruire ou faire aboutir un projet crypto. 

    Yield Farming

    Le Yield Farming comprend tous ces outils et activités qui permettent de collecter des récompenses fréquentes grâce à l’utilisation de cryptomonnaies ou de tokens dans des protocoles spécifiques.

    Il token YFI

    Après avoir créé sa plateforme, Andre Cronje s’est consacré à la conception du token YFI associé. Il le « farme » comme n’importe quel autre utilisateur sur yearn.finance, refusant de garder quelques coins pour lui avant le lancement officiel. Tout cela a lieu en juillet 2020, et à peine un mois plus tard, la capitalisation du token dépasse 1,1 milliard de dollars.

    Partenariat de Yearn Finance

    C’est ainsi qu’André Cronje attire l’attention d’Aave et de Curve Finance, qui décident de s’associer à Yearn Finance. 

    Cronje s’associe ensuite à Hegic, une plateforme de trading de dérivés blockchain, puis ajoute Cover, qui accorde aux utilisateurs une compensation pour les pertes de jeton. 

    Après une période de collaboration fructueuse, Yearn et Cover se séparent toutefois en raison de conflits d’intérêts liés aux nouvelles règles de la plateforme Cover. Andre Cronje se tourne donc vers Cream Finance, un protocole de lending, puis Akropolis, une dapp de yield farming.

    La dernière innovation annoncée par Andre Cronje remonte à 2021. Il s’agit de yCredit, un nouveau protocole de prêt dans l’écosystème yearn.finance qui exige que ceux qui y déposent des tokens ERC-20 reçoivent un prêt en tokens yCredit pour 99,5 % du montant déposé. 

    Keep3r et Fantom

    Dans le même temps, le développeur fonde Keep3r. Il s’agit d’un réseau conçu pour mettre en relation des employeurs et des programmeurs en herbe afin de les aider à développer des smart contracts et des protocoles blockchain. Les deux parties perçoivent des récompenses lorsqu’elles décident de travailler ensemble, accélérant ainsi la croissance des projets. Par exemple, le réseau est également utile pour yearn.finance elle-même, qui, n’ayant aucune entreprise derrière elle, a besoin d’attirer de la main-d’œuvre. 

    Les relations de travail sont régies par le token KP3R qui, peu de temps après son lancement sur Uniswap, a vu sa valeur augmenter d’environ un dollar par minute. Le token n’a pas qu’une valeur économique : plus un utilisateur a de KP3R, plus sa réputation sur Keep3r est élevée. De cette façon, il peut accéder à des offres d’emploi plus importantes. 

    Andre Cronje devient également président du Technology Council de la fondation Fantom basée à Séoul, en Corée du Sud. C’est une entreprise qui réunit des experts de différentes disciplines, telles que l’ingénierie, la science, l’entrepreneuriat, et qui vise à promouvoir le développement de la Blockchain Fantom. 

    La pensée d’André Cronje

    Bien qu’Andre Cronje se définisse comme n’importe quel développeur DeFi, les faits disent le contraire.

    Premièrement, il a sa propre approche du développement logiciel. Sur son profil Twitter, on peut lire la devise de sa méthode de travail : « Je teste en prod ». Autrement dit, il teste ses produits directement à leur sortie, avec tous les risques que cela comporte. Cela peut sembler exagéré, mais cela soutient définitivement l’objectif de la DeFi d’innover et de s’améliorer à toute vitesse. 

    Dans une interview, il se définit comme un « intégrateur », c’est-à-dire une sorte de programmeur qui sait bien assembler les pièces plutôt que développer des protocoles ingénieux ou complexes. Cela est probablement dû à son parcours multidisciplinaire

    Pour la même raison, il s’est passionné pour les cryptomonnaies : elles sont souvent définies comme des « money lego » en raison de leur programmabilité. 

    Avec les cryptomonnaies, il est possible de créer des services et des applications de toutes sortes, tout comme on peut créer n’importe quoi avec des legos.

    Comme nous l’avons vu, Cronje soutient avec enthousiasme de nombreux projets, mais il n’a pas non plus peur de critiquer le secteur ou même des piliers conceptuels tels que la décentralisation. 

    L’une de ses nombreuses opinions impopulaires concerne la décentralisation. Selon son tweet, Cronje perçoit que la décentralisation est désormais un idéal inaccessible, utilisé pour critiquer tout projet, sous prétexte qu’« il n’est jamais assez décentralisé ». 

    Il propose alors de parler d’Open Finance ou de Web3 Finance au lieu de DeFi, ajoutant qu’il est possible d’avoir un système résistant à la censure même sans décentralisation totale.

    Parlant de décentralisation, il remet également en question le modèle de la DAO. Cependant, cela ne l’empêche pas d’inventer une solution pour gérer les salaires de ceux qui travaillent pour la DAO, appelée Coordinape, créée à l’origine pour la DAO de Yearn Finance.

    Le fait qu’il déconstruise verbalement les maximalistes de la décentralisation n’entrave pas ses actions et contributions tangibles dans le plein esprit de l’open finance. En effet, on rappelle que YFI a été lancé directement de manière publique, sans allouer aucun jeton à Cronje et sans investisseurs institutionnels ni équipe à qui une partie de l’offre du token est habituellement allouée. Il est rare de trouver un lancement aussi transparent et en faveur de la communauté sur le marché de la crypto.

    Grâce à son point de vue unique, Andre Cronje a donc réussi à s’imposer comme l’une des personnalités les plus influentes de l’espace de la DeFi. Il doit son succès à sa capacité à expérimenter et à identifier des projets valables

    En rapport