logo academy

Stock-to-Flow: le prix du Bitcoin est-il prévisible?

8 octobre, 2021
7 min
Stock-to-Flow: le prix du Bitcoin est-il prévisible?
débutant
Tu apprendras

    Stock-to-Flow (S2F) est un modèle qui tente d’expliquer et de prédire le comportement du prix du Bitcoin en corrélation avec sa rareté.

    Le modèle a été associé à Bitcoin et diffusé sur Twitter par un utilisateur appelé PlanB.

    La rareté d’un actif: l’or numérique

    Le modèle Stock-to-Flow (ou S2F, ou S/F) est généralement utilisé pour désigner l’or et les matières premières rares.

    L’appliquer au bitcoin revient donc à comparer le bitcoin à de rares réserves de valeur telles que l’or, l’argent et le platine.

    En fait, ces actifs sont difficiles à trouver et coûteux à exploiter, tout comme le Bitcoin.

    En effet, le Bitcoin est créé grâce au mining, qui requiert d’importantes ressources en termes d’énergie, de temps et de coûts.

    De plus, tous les 4 ans, de moins en moins de bitcoins sont extraits à cause du halving, un programme inclus dans le protocole du Bitcoin depuis sa création.

    Le halving est plus spécifiquement la division par deux de la récompense accordée aux mineurs, qui consiste justement en de nouveaux bitcoins.

    Que signifie Stock-to-Flow?

    Par stock, nous entendons les unités monétaires ou actifs existants et déjà créés, c’est-à-dire l’offre en circulation. Le flux représente le nombre d’unités créées ou extraites chaque année, c’est-à-dire minées dans le cas du Bitcoin.

    La relation stock-flux, ou le ratio stock-flux, quantifierait donc la rareté du bien. Plus le ratio est élevé, plus la rareté et donc la valeur du bien sont importantes.

    stock to flow model bitcoin

    L’or par exemple a actuellement un ratio S2F d’environ 66 points. Cela signifie qu’il faudrait 66 ans d’exploitation minière pour obtenir la quantité actuelle d’or en circulation.

    L’argent, quant à lui, a un ratio d’environ 74, et est donc plus rare.

    Le Stock-to-Flow de l’or

    Il y a une idée reçue que la production maximale d’or a déjà été atteinte, mais les statistiques montrent que la croissance s’est poursuivie, bien que légèrement, ces dernières années. Si de nouveaux moyens étaient trouvés pour l’extraire à moindre coût, sa rareté serait menacée.

    Actuellement, le coût de production d’une seule once d’or se situe entre 1 000 $ et 1 800 $.

    Selon les dernières données 2019 du World Gold Council, l’or est réparti de la manière suivante sur et sous la Terre:

    Les stocks de surface totaux sont de 197 576 tonnes.

    Ils sont composés de:

    • Bijoux: 92 947 tonnes, 47,0 %
    • Investissements privés: 42 619 tonnes, 21,6 %
    • Parts officielles: 33 919 tonnes, 17,2 %
    • Autres: 28 090 tonnes, 14,2 %
    • Réserves souterraines: 54 000 tonnes

    Pour comprendre à quel point l’or est rare, considérons que si tout l’or de la surface était empilé pour former un cube, ce dernier mesurerait 21 mètres cube: tout l’or du monde pourrait tenir dans un immeuble d’environ 6 étages.

    Anecdote

    En 1980, le scientifique Glenn Seaborg a transmuté plusieurs milliers d’atomes de bismuth en or. Sa technique expérimentale était basée sur la physique nucléaire, et elle consistait à éliminer les protons et les neutrons des atomes de bismuth. Seaborg s’est abord approché du prodige de la pierre philosophale tant rêvé par les alchimistes, mais en pratique, les coûts nécessaires pour cette expérience sont insoutenables.

    Mais le Stock-to-Flow reflète-t-il réellement la tendance du prix de l’or? Selon ce graphique, depuis les années 1990, les mouvements des deux valeurs sont similaires, quoique distants.

    La corrélation est tardive car jusqu’en 1971 (pour les États-Unis), le prix de l’or était fixé par le gouvernement car il s’agissait de l’actif sous-jacent qui établissait la valeur de la monnaie fiduciaire, il ne pouvait donc pas dépendre du modèle S2F.

    Bien qu’il existe de nombreux partisans de cette théorie au nom sophistiqué, d’autres critiquent son approche simpliste, en particulier pour ce qui concerne le Bitcoin.

    Comment lire le graphique S/F du Bitcoin

    stock to flow model bitcoin
    • La ligne arc-en-ciel indique le prix du bitcoin que nous connaissons
    • La couleur de la ligne indique les jours écoulés jusqu’au prochain halving
    • La ligne croissante par intervalles selon les halvings indique le ratio stock-to-flow attendu
    • La ligne rouge et verte représente l’écart ou l’approche du prix par rapport à celui attendu, donc la différence entre le prix et le rapport S/F

    Les limites du modèle Stock-to-Flow pour le Bitcoin

    Selon de nombreux observateurs, la limite du Stock-to-Flow est que ça part du principe que la valeur du Bitcoin dépend uniquement de sa rareté.

    Il ne prend donc pas en compte la forte volatilité du Bitcoin par rapport à l’or. Bien sûr, la volatilité du Bitcoin pourrait diminuer avec le temps, grâce à une croissance de son utilisation et de la liquidité sur son marché. Ensuite, nous verrons si le stock-to-flow sera en mesure de prédire son prix avec plus de précision, également en ayant accès à plus de données historiques.

    Le S2F ne tient pas compte non plus de la valeur technologique du Bitcoin, c’est-à-dire de son utilisation en tant que monnaie alternative pour les paiements.

    Le Bitcoin est également plus vulnérable aux événements Black Swan et aux nouvelles qui provoquent la peur ou le battage médiatique.

    Événements Black Swan

    La théorie du cygne noir, ou Black Swan, est une métaphore qui décrit un événement qui surprend, qui a un effet majeur et qui est souvent rationalisé de manière inappropriée rétrospectivement avec du recul. Par exemple, l’apparition d’une valeur anormale, non prévisible, et ne répondant donc pas aux attentes.

    On dit que chaque modèle est aussi bon que ses hypothèses. Si vous pensez que les hypothèses S2F sont valides et complètes, elles le seront également.

    Vitalik Buterin fait partie de ceux qui ont critiqué ce modèle.

    Contrairement aux partisans du S2F qui prétendent que le halving provoque la hausse du prix du Bitcoin, Vitalik affirme que cet argument ne prend en compte que des généralités, car une « cause » peut impliquer à la fois des effets immédiats et des effets qui surviendront des mois ou des années plus tard.

    Pour cette raison, il est également impossible de réfuter le point de vue de Buterin, et le fait qu’historiquement le prix du Bitcoin ait suivi une tendance à la hausse, dans la même direction que le stock-to-flow, pourrait être une simple coïncidence. Par conséquent, le modèle ne serait pas d’une grande aide pour prédire la tendance du Bitcoin.

    Nico Cordeiro, DSI du fonds Strix Leviathan se montre moins diplomatique dans ses critiques. Il a comparé le S2F à un modèle astrologique, soulignant que les prémisses ne sont pas prouvées par la recherche.

    En rapport