logo academy

Cardano vs Polkadot: les héritiers d’Ethereum face à face

28 juin, 2022
11 min
Cardano vs Polkadot: les héritiers d’Ethereum face à face
débutant
Tu apprendras

    Polkadot et Cardano sont nés en opposition à Ethereum, idéologiquement mais aussi d’un point de vue technique. Malgré leurs motivations similaires, après leur naissance, ces deux cryptomonnaies Proof-of-Stake ont suivi des chemins différents, se distinguant sur divers aspects. Découvrons donc les différences entre Cardano et Polkadot, notamment en comparant leurs structures, leur évolutivité, leurs mécanismes de consensus et leurs processus de gouvernance.

    Polkadot et Cardano : les “filles” d’Ethereum comparées entre elles

    L’origine de Cardano (ADA) et de Polkadot (DOT) est très similaire : leur naissance a suivi la sortie de leurs créateurs respectifs de la Fondation Ethereum, en raison de désaccords avec Vitalik Buterin.

    En racontant l’histoire du jeune homme qui a changé le monde, nous avons découvert que Charles Hoskinson a abandonné le projet Ethereum en 2015, car il n’était pas d’accord avec la décision de rendre la fondation “à but non lucratif”. Peu après, il a fondé la société Input Output Hong Kong (IOHK) pour donner naissance à Cardano, une blockchain dont le développement fait l’objet de recherches méticuleuses dans le cadre d’examens par les pairs.

    Le débat houleux entre les huit fondateurs d’Ethereum a épargné Gavin Wood, mais seulement brièvement : en 2016, par le biais de la Web3 Foundation, il a créé Polkadot, une cryptomonnaie destinée à répondre aux questions laissées sans réponse par Ethereum. En fait, Wood a été déçu par le protocole de l’ETH, qui n’a pas pu tenir ses promesses de développement, et est allé jusqu’à qualifier sa gouvernance de “technocratie” en raison de l’importance excessive des quelques personnalités de l’équipe. Polkadot, quant à lui, est une “blockchain de blockchains” basée sur l’agrégation, le partage et l’interopérabilité, garantis à l’aide de parachaînes.

    L’orientation différente des deux projets nous donne un premier indice des différences entre Cardano et Polkadot, mais il est temps maintenant d’entrer dans le vif du sujet.

    Polkadot et la blockchain de Cardano

    Commençons par aborder notre analyse avec le squelette des deux blockchains, l’architecture de base de leur fonctionnement, les fondements des deux solutions technologiques. Découvrons ce qu’est Cardano et comment fonctionne Polkadot.

    Cardano est une blockchain construite sur 2 “couches” de logiciel, appelées layers :

    1. Settlement Layer (CSL) : c’est dans cette couche que les transactions de pair à pair ont lieu ; toutes les informations sur les portefeuilles et leurs soldes sont contenues ici ;
    2. Computation Layer (CCL) : cette couche est la partie opérationnelle de Cardano, constituée d’un ensemble de protocoles. Elle s’occupe de la gestion des différents smart contracts, de la sécurité et des règles de fonctionnement génériques de l’ensemble de l’infrastructure. Les fonctions avancées sont également mises en œuvre dans cette couche.

    Le fonctionnement de la blockchain de Polkadot repose sur trois éléments :

    1. Relay Chain : c’est la chaîne principale de Polkadot (la couche 0), où les validateurs certifient les transactions ; ils garantissent la sécurité de l’ensemble de la blockchain en ajoutant les blocs nouvellement créés.
    2. Parachaînes et Parathreads : un parachaîne est une blockchain de couche 1 qui exploite la sécurité et la technologie de base de Polkadot pour créer un vaste écosystème peuplé de différents cas d’utilisation et de solutions. Pour obtenir une place en tant que parachaîne, aux côtés de la Relay Chain, un projet doit remporter une enchère, dont la participation est très convoitée. Un parathread, en revanche, est une chaîne qui peut compter sur Polkadot pour une période plus courte, en tout cas jamais de façon permanente ;
    3. Bridge : ce composant est très important, il permet la communication avec d’autres protocoles extérieurs au DOT, en les intégrant dans l’écosystème. Les autres blockchains sont les principaux candidats: par exemple le Bitcoin et Ethereum ont déjà leur propre bridge.

    Après avoir compris ce qu’est Polkadot et comment fonctionne Cardano, il convient de se demander comment les deux projets font-ils pour rendre leurs solutions respectives abordables et obtenir une adoption aussi large ? On peut répondre à cette question en commençant par l’aspect de l’évolutivité. Faisons une comparaison entre Cardano et Polkadot sous cet angle.

    Cardano vs Polkadot

    Évolutivité : Quel est le plus rapide entre Polkadot et Cardano ?

    Que signifie l’évolutivité ? En gros, il s’agit de la capacité à améliorer ses performances, ou du moins à les maintenir, à mesure que le nombre d’utilisateurs augmente et, dans le cas d’une blockchain, que les transactions s’intensifient. Ainsi, une blockchain est évolutive lorsqu’elle est capable de gérer un volume de transactions toujours plus important, sans que l’activité du réseau ne soit encombrée, c’est-à-dire entravée par des ralentissements et  des augmentations des frais.

    Une mesure de l’évolutivité pourrait donc être le nombre de transactions par seconde (tps) :

    • Cardano (ADA) : le premier testnet de Cardano a démontré sa capacité à traiter environ 257 tps. Cependant, le 13 septembre 2021, la mise à jour Alonzo a ouvert la fonctionnalité de smart contracts pour Cardano, y compris la solution d’évolutivité Hydra, une couche 2 basée sur l’empilement de pools. En résumé, chaque “pool” représentera une “tête” d’Hydra, capable de traiter 1 000 tps, même si le premier objectif sera de garantir un temps de confirmation des transactions inférieur à une seconde. Le lancement d’Hydra est prévu pour la fin 2022, en même temps que le début de la phase “Basho” de Cardano.
    • Polkadot (DOT) : Polkadot a un avantage sur Cardano en termes de vitesse, les parachaînes. En effet, bien que les blocs contenant les transactions en DOT soient ajoutés à la blockchain principale (Relay chain), leur validation peut être effectuée en parallèle par les parachaînes, ce qui permet d’alléger le réseau principal. L’augmentation du nombre de parachaînes entraînera donc une croissance exponentielle des tps. Cependant, Gavin Wood lui-même a déjà déclaré en 2020 que “même sans parachaînes ou multithreading, [Polkadot] traitera avec une vitesse de plus de 1 000 tps”, même si l’ajout d’autres blockchains à la chaîne Relay produira “peut-être 1 000 000 tps”. 

    L’avenir des deux blockchains semble prometteur, mais seront-elles capables de rivaliser avec les 100 000 tps théorisées par Ethereum 2.0 ? La “fusion“, qui transformera définitivement le mécanisme de consensus d’ETH de Proof-of-Work (PoW) en Proof-of-Stake (PoS), rendra-t-elle les solutions de Cardano et Polkadot obsolètes ? L’avenir en décidera, mais en ce qui concerne les mécanismes de consensus, ils constituent également un facteur important de l’évolutivité.

    Le nombre de transactions par seconde qu’un réseau peut traiter dépend strictement du type de mécanisme de consensus sur lequel repose la production de blocs. La Proof-of-Stake, en théorie, devrait donner lieu à des tps plus élevées que la Proof-of-Work, ce qui est démontré par les statistiques qui viennent d’être rapportées. Cependant, quelle est la différence entre les algorithmes de proof-of-stake de Cardano et de Polkadot ?

    ADA vs DOT : les différences au niveau du Proof-of-Stake

    La sécurité des blockchains Cardano et Polkadot repose sur des mécanismes de consensus de type Proof-of-Stake (PoS). Dans les deux cas, le staking des cryptomonnaies intervient de plusieurs manières, mais les deux algorithmes présentent quelques différences.

    Le mécanisme de consensus Proof-of-Stake de Cardano est appelé Ouroboros, un nom qui exprime le concept de l’infini : la blockchain ADA veut atteindre une croissance exponentielle. Cependant, Cardano se soucie également de la durabilité et de l’éthique, comme en témoigne sa collaboration avec le gouvernement éthiopien. En bref, Ouroboros confie la validation des blocs aux plus grands pools de staking, mais intègre également un facteur aléatoire. En outre, chaque titulaire d’un ADA peut déléguer ses tokens, de manière à partager les récompenses avec les validateurs.

    L’algorithme de consensus de Polkadot, quant à lui, est le Nominated Proof-of-Stake (NPoS) : il est similaire à un mécanisme de proxy, cependant, les Nominateurs ne bloquent pas simplement leurs DOT, mais élisent activement jusqu’à 16 Validateurs, qui sont ensuite chargés de créer de nouveaux blocs. Ainsi, ce n’est pas la taille du stake qui garantit les droits de validation, mais la confiance des électeurs. Polkadot a ensuite défini des mécanismes de récompense précis, les conséquences possibles pour les valideurs déloyaux (slashing) et l’inflation du DOT, mais n’a fixé aucune limite supérieure au nombre de valideurs : initialement 20, il devrait atteindre 1 000 dans la phase de maturité du protocole. Cardano et Polkadot semblent tous deux être inclusifs : tout détenteur de DOT et ADA peut participer à divers titres à la validation des blocs.

    Chaque blockchain, cependant, nécessite un autre niveau de “consensus”. Nous parlons de procédés de gouvernance, grâce auxquels l’avenir d’un protocole peut être décidé collectivement. Ces mécanismes impliquent des choix de diverses natures, et pas seulement des mises à jour ou des ajouts de fonctionnalités : découvrons la différence entre la gouvernance chez Polkadot et Cardano.

    Gouvernance : on-chain ou off-chain ?

    Le mécanisme de gouvernance d’une blockchain, c’est-à-dire la manière dont les décisions sont prises sur les différents aspects du projet, a une influence importante sur le progrès technologique. En effet, les détenteurs de tokens peuvent parfois faire des choix concernant les mises à jour du protocole, l’allocation des fonds et bien d’autres choses encore ; en fait, cela peut se faire de deux manières : on-chain ou off-chain. La première méthode implique la “signature” d’une transaction par le votant, tandis que le second type de vote peut avoir lieu en dehors de la blockchain, de diverses manières. Cardano et Polkadot diffèrent également sur ce point : les fondateurs ont adopté deux approches de gouvernance différentes pour leurs écosystèmes, mais l’avenir pourrait les réunir.

    Le modèle de gouvernance de Cardano a été créé de manière “hors chaîne” et “exclusive“. En fait, lors du lancement du projet, les détenteurs d’ADA n’ont pas eu leur mot à dire : seuls les développeurs, internes à IOHK et à la Fondation Cardano, ont pu discuter et prendre des décisions, engagés dans la rigoureuse procédure de “révision par les pairs“. Toutefois, à l’avenir, Cardano accueillera la liberté d’expression et le scepticisme. En effet, la feuille de route, divisée en phases, prévoit une dernière mise à jour : Voltaire, qui s’agit de l’introduction d’un système de vote et de “trésorerie”, grâce auquel les participants au réseau pourront utiliser leurs stakes pour décider de l’avenir du protocole. Il n’y a actuellement aucune date de lancement, mais il est probable que le mécanisme de gouvernance aura lieu on-chain. En fait, il existe déjà une DAO sur Cardano, Project Catalyst, qui permet à la communauté de voter sur la chaîne et de financer des projets innovants.

    La gouvernance de Polkadot a lieu on-chain, par le biais de mécanismes de vote et de proposition multiples et sophistiqués. L’objectif déclaré est de toujours garantir le pouvoir de décision sur le réseau aux utilisateurs qui, ensemble, possèdent la majorité des parts, une mesure de sécurité importante. Les détenteurs de tokens ADA collaborent avec un “conseil” pour administrer la blockchain de la meilleure façon possible. Il existe plusieurs outils de gouvernance sur la chaîne, résumés ici.

    Ayant compris les différences entre Cardano et Polkadot, quelle solution préfères-tu ? Ces deux blockchains se disputent leur place dans les blockchains les plus populaires, même si le Bitcoin et l’Ethereum sont encore loin devant. Quelle cryptomonnaie s’avérera être le très attendu “Ethereum Killer” ? La comparaison entre Cardano et Polkadot ne peut certainement pas déterminer quel code l’emportera, mais on peut peut-être deviner que les deux méritent une place dans l’avenir de la blockchain.  

    En rapport