logo academy

The Sandbox vs. Decentraland : une comparaison de deux metaverses

23 juin, 2022
13 min
The Sandbox vs. Decentraland : une comparaison de deux metaverses
débutant
Tu apprendras

    Qu’est-ce que le metaverse ? Un espace numérique unique, mais tout à fait réel : les cas d’utilisation ne concernent pas seulement le divertissement et les loisirs, mais aussi l’étude et la recherche universitaire. Decentraland et The Sandbox sont les deux principales réalités du metaverse de la blockchain, un monde numérique qui partage la sécurité et les applications, pas seulement économiques, de cette technologie. En effet, les tokenomics de MANA et SAND alimentent des fonctionnalités allant du jeu aux expositions NFT. Cependant, la comparaison entre Decentraland et The Sandbox donne lieu à des expériences différentes : nous essayons d’extraire le meilleur du metaverse des deux.

    Qu’est-ce que le metaverse : du cyberespace à la réalité virtuelle ?

    Nous savons déjà ce qu’est le metaverse et comment il fonctionne, mais avant de nous lancer dans l’aventure et d’atterrir dans le Sandbox ou le Decentraland, explorons davantage les origines du concept.

    L’idée d’un univers entièrement numérique a mûri dans Neuromancer (1982) de William Gibson sous le nom de “Cyberspace“, qui, avec le film Blade Runner, a lancé le genre et le mouvement littéraire cyberpunk. Toutefois, le terme “metaverse” a été inventé par Neal Stephenson dans Snow Crash (1992) : un roman qui proposait la réalité post-internet d’un jeu vidéo peuplé d’avatars et de démons informatiques.

    Curiosité

    En informatique, un démon est un programme qui s’exécute automatiquement “en arrière-plan”, c’est-à-dire sans contrôle direct de l’utilisateur, généralement déclenché au démarrage du système d’exploitation d’un ordinateur. Il est facile de les reconnaître : leurs noms se terminent tous par un ” d “.

    Faisons un bond en arrière au début du millénaire: le metaverse existait sous la forme de “simulation de vie“, c’est-à-dire de jeux vidéo dans lesquels le personnage vivait sa vie quotidienne. Les Sims, qui date de février 2000, est peut-être le meilleur exemple de vraisemblance, mais c’est SecondLife (2003) qui a introduit la véritable “société virtuelle” et une première forme de monnaie numérique échangeable contre le dollar américain. Le pas est désormais court : la blockchain peut recréer ces formes de collectivité humaine, en les dotant de solutions telles que les cryptomonnaies et les tokens non fongibles (NFT) pour remplacer les constructions de jeu primitives, dans un nouveau metaverse technologiquement avancé.

    Aujourd’hui, on peut même faire l’expérience du metaverse : grâce à des technologies telles que la réalité augmentée (RA) et la réalité virtuelle (RV), il est possible de s’immerger dans un monde virtuel, sans les limites du monde physique ; il suffit de penser à la force de gravité, pourquoi ne pourrions-nous pas voler dans le metaverse ? La RA et la RV ont des applications qui vont au-delà du divertissement : elles sont par exemple exploitées en médecine, en psychologie, en ingénierie et en design.

    Fait :

    En 1962, Sensorama, le premier système de RV, a été créé. Il permettait de faire l’expérience d’une autre réalité en faisant intervenir l’odorat, le toucher, l

    Les grandes entreprises américaines du groupe FAANG (Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Google) sont déjà dans le metaverse ; en fait, le projet de Zuckerberg a précisément pris cette direction, devenant Meta. Cependant, la véritable innovation est originaire de la blockchain : Decentraland (MANA) et The Sandbox (SAND) sont les deux principaux metaverses cryptographiques, mais Axie Infinity a également créé le sien. En particulier, nous comparerons les metaverses de MANA et SAND et la réalité de leurs solutions.

    Decentraland: le metaverse social

    Le projet Decentraland (MANA), créé par Esteban Ordano et Ari Meilich, a été lancé en 2017 via une ICO, levant près de 25 millions de dollars. Née sur Ethereum, la préhistoire du metaverse a été rapidement dépassée car, graphiquement, le jeu est passé de la 2D (âge de pierre) à la 3D (âge de bronze).

    Plus tard, l’âge du fer a créé un autre niveau de développement, permettant aux utilisateurs eux-mêmes de créer du contenu. Cela a donné naissance à une véritable expérience sociale où les joueurs pouvaient non seulement créer et partager des applications, mais aussi communiquer directement entre eux. Decentraland prévoit à terme de lancer une quatrième version de son metaverse : le ” Silicon Age “, qui mettra en œuvre la technologie VR dans la blockchain.

    Comment fonctionne Decentraland ? Le metaverse possède sa propre économie, basée sur deux tokens ethereum :

    • MANA – est le token principal du projet : basé sur la norme ERC-20, il est utilisé comme “monnaie d’échange” dans le monde virtuel. Il est donc possible de payer des biens et des services de toute nature avec MANA.
    • LAND – chaque parcelle de terrain dans le metaverse de Decentraland est un token ERC-721, ou NFT.  Sa valeur varie en fonction du “marché immobilier” du metaverse, où chaque propriété est régie par un smart contract. Toute forme d’expérience ludique peut être construite ici : par exemple, un musée virtuel avec des œuvres d’art de la NFT, auquel on peut accéder en payant un ticket (dans MANA). Des œuvres d’art de NFT exposées à l’intérieur des bâtiments de NFT : voilà ce qu’est le metaverse.

    Le metaverse tridimensionnel Decentraland permet donc aux joueurs de mettre en œuvre les cas d’utilisation les plus divers : de la construction de bâtiments sportifs aux concerts virtuels, en passant par les défilés de mode NFT, le tout sur une même carte. En effet, le metaverse est organisé en “ districts “, c’est-à-dire des zones aux thématiques spécifiques : par exemple, la Crypto Valley où les projets blockchain rencontrent leurs communautés respectives, le Centre de conférence pour assister à des événements dans un environnement naturel, la Fashion Street pour la mode, Aetheria pour les amateurs de cyberpunk, ou enfin le quartier de l’Université pour l’éducation dans le metaverse.

    Les détenteurs de tokens MANA (porteurs) peuvent, entre autres, contribuer au développement du projet en participant activement aux décisions : le nom Decentraland souligne précisément sa décentralisation. En effet, grâce à une structure décisionnelle de type DAO, les détenteurs de MANA peuvent voter sur des sujets tels que :

    • L’ajout,la suppression ou la restauration d’un serveur de jeu ;
    • La mise à jour des tokens LAND pour ajouter de nouvelles fonctionnalités
    • L’ajout de nouveaux objets, de nouveaux accessoires (vêtements pour avatars par exemple);
    • Ventes aux enchères immobilières pour l’achat et la vente de LAND ;
    • L’ajout ou modification les noms des rues et des routes ;
    • Le changement des membres du Security Advisory Board (SAB) qui sont chargés de prendre les décisions en cas d’urgence.

    Il existe également un deuxième niveau de DAO, celui des différents districts. Cela fonctionne un peu comme une élection municipale : chaque “habitant” pourra voter et approuver les propositions qu’il préfère concernant le quartier dans lequel il possède des LAND ; en fonction du nombre de parcelles virtuelles qu’il possède, son vote aura un poids différent.

    Cependant, il existe d’autres “mondes” dans le metaverse de la blockchain, dans la même galaxie Ethereum : pour bien comprendre Decentraland, nous pourrions le comparer à The Sandbox.

    The Sandbox : un metaverse de jeux vidéo

    The Sandbox est née en 2012, d’une idée de Sébastien Borget, dans le but de construire un monde virtuel en 2D dans lequel créer et partager des expériences de jeu, mais ce n’est qu’en 2018 que le projet a été intégré à la blockchain pour donner naissance au metaverse en 3D que nous connaissons aujourd’hui.

    Le metaverse The Sandbox s’ouvre à un large public d’artistes, de créateurs de contenu et de tous ceux qui veulent profiter d’un nouveau type de divertissement, mais surtout de jeux “Play to Earn”. En effet, The Sandbox a une symbolique qui récompense le divertissement et la créativité, attirant à la fois les programmeurs et les joueurs. Ainsi, nous observons l’économie, basée sur les normes ethereum, et d’autres éléments importants dans le metaverse de The Sandbox :

    • SAND – est le token utilitaire de l’ensemble de l’écosystème : il a une valeur indépendante de la dynamique du jeu, mais est soumis aux fluctuations du marché, reflétant les cas d’utilisation mis en œuvre par le projet. Grâce à ce token ERC-20, il est donc possible d’acheter des biens et services, des propriétés et des terrains NFT.
    • LAND et NFTs – Les LANDs sont les espaces virtuels dans lesquels on peut construire ses propres applications, et il est facile de les voir comme des parcelles de terrain dont la propriété est administrée par le certificat du NFT correspondant, contenu dans un contrat intelligent ERC-721 (bien que la société ait parlé de la mise en œuvre possible d’autres normes, telles que ERC-1155 ou ERC-721x). Les possibilités sont multiples : il est possible de créer un jeu vidéo entier, avec ses structures et ses objets, dans un LAND de The Sandbox en tokenisant tout en NFTs. Ceux-ci peuvent ensuite être vendus sur la place de marché intégrée à The Sandbox, ou sur des marchés secondaires tels qu’OpenSea ;
    • DAO – le token SAND peut être utilisé par ses détenteurs pour acquérir des droits de vote dans le projet Sandbox, participer aux décisions et contribuer ainsi au développement et à la maintenance. Cette caractéristique est typique des DAO, des organisations à gouvernance décentralisée.

    En plus de ces caractéristiques de base, pour stimuler et encourager la créativité, le projet a été équipé de deux autres outils :

    • VoxEdit – il s’agit de l’outil graphique de création de contenu de jeu : tout utilisateur peut créer des ENF pour jouer, quelle que soit son expérience de la programmation, via un tableau de bord intuitif. Un voxel est la plus petite partie tridimensionnelle des créations : en les combinant entre eux, il est possible de créer des plantes, des arbres, des maisons, des avatars personnels, des objets de toutes sortes et des œuvres artistiques. Son fonctionnement est similaire à celui des atomes qui composent l’univers (ou plutôt, le metaverse) : leurs liens ouvrent des possibilités infinies ;
    • Game Maker – est un logiciel de création d’environnements de jeu en 3D, conçu lui aussi pour les personnes peu familiarisées avec les langages de programmation de jeux vidéo.
    • Avatar – cet outil permet de créer et de personnaliser, toujours avec NFT, le personnage avec lequel tu joues. Laisse libre cours à ton imagination !
    Decentraland vs The Sandbox

    The Sandbox et Decentraland comparés

    The Sandbox et Decentraland sont tous deux des metaverses et nous avons vu qu’ils peuvent accueillir différents cas d’utilisation, entre le divertissement, les jeux vidéo et les événements : en apparence, ils peuvent sembler similaires, mais en réalité ils ont des particularités sur lesquelles une comparaison peut être faite. Examinons quelques-unes des comparaisons possibles :

    1. Accessibilité
      • Le monde de Decentraland n’est actuellement accessible que via un navigateur Internet. Il est également nécessaire d’utiliser un portefeuille de cryptomonnaies pour créer son identité numérique.
      • Bien que The Sandbox ait commencé comme un jeu mobile, la version blockchain du metaverse n’est accessible que par les navigateurs web. La création de l’identité du jeu nécessite également un portefeuille de cryptomonnaies ici, mais tu auras de multiples méthodes d’enregistrement : non seulement via les portefeuilles Web3 (comme Metamask), ou par e-mail, des options également dans Decentraland, mais aussi par les réseaux sociaux. Un portefeuille créé à partir de ton compte Twitter rend le metaverse beaucoup plus accessible.
    2. Graphismes
      • Decentraland a un style extrêmement réaliste, les graphismes sont donc similaires à ceux de jeux vidéo comme Les Sims.  Tu trouveras donc des avatars, des objets et des bâtiments détaillés : l’aspect cartoonisé ne sacrifie pas la réalité des environnements, qui sont comparables à la vie quotidienne concrète.
      • Sandbox a un style minimaliste, inspiré par le célèbre jeu vidéo Minecraft et ses “blocs”. Cependant, l’expérience de jeu est extrêmement immersive : tu as la sensation de ton environnement, même s’il est ” tendu “.
    3. Taille : les deux metaverses ont rendu leurs LAND rares, c’est-à-dire limitées en nombre, mais les cartes se caractérisent par des tailles différentes.
      • Decentraland se compose de 90 061 LANDs : il n’en sera pas créé davantage, parallèlement à l’offre maximale de MANA fixée à environ 2,19 milliards. Sans rareté, de nombreux espaces seraient abandonnés, ce qui aurait un impact négatif sur la qualité du metaverse et donc sur l’expérience de jeu. La taille du terrain virtuel est également limitée : 16×16 mètres, un carré parfait. Il existe toutefois d’autres règles à respecter, comme le nombre de constructions par LAND (200) ou la taille maximale des fichiers pouvant être téléchargés par terrain (15 Mo) ; la liste complète se situe ici.
      • The Sandbox, de même, dispose d’un nombre limité de LAND non fongibles, mais différentes en termes de quantité et de taille. En fait, il y a 166 464 LAND virtuels de 96×96 mètres, limités à 128m de hauteur. Une autre indication de taille nous est donnée : 1 mètre dans le metaverse de The Sandbox correspond à 32x32x32 voxels. Dans The Sandbox, l’amalgame de plusieurs LAND donnera naissance à des propriétés appelées SUMMER : un carré de 3×3, avec un total de 9 terres NFT, est petit, jusqu’au très grand 24×24. Les grandes idées ont besoin de grands espaces.

    En conclusion, si les deux metaverses s’ouvrent à toutes sortes d’expériences, nous avons plus de chances de trouver des expositions NFT et des défilés de mode non fongibles dans les quartiers de Decentraland, tandis que The Sandbox est le royaume du jeu blockchain, alliant loisirs et Play to Earn. Toutefois, le dynamisme du monde DeFi ne permet pas de catégoriser facilement les metaverse : les cas d’utilisation de The Sandbox et de Decentraland sont limités par la seule créativité, de sorte que tu peux simplement construire ce que tu n’y trouveras pas !


    En rapport