logo academy

Avalanche : une solution au trilemme de la blockchain

15 décembre, 2021
7 min
Avalanche : une solution au trilemme de la blockchain
débutant
Tu apprendras

    Avalanche est une blockchain hautement évolutive pour le développement de smart contracts et d’applications décentralisées.

    Avalanche

    L’équipe et le lancement d’Avalanche

    Avalanche a été créé et lancé en 2018 en tant que projet par Ava Labs, une entreprise fondée par le professeur Emin Gün Sirer, de l’université Cornell, avec Kevin Sekniqi et Maofan « Ted » Yin.

    Gün Sirer avait déjà une grande expérience de la recherche en cryptographie, à tel point qu’il avait conceptualisé une monnaie virtuelle peer-to-peer six ans avant la sortie de Bitcoin, continuant à travailler sur des solutions pour Bitcoin et l’Ethereum jusqu’en 2016.

    En 2019, Ava Labs a reçu le soutien d’investisseurs tels que Polychain, Andreessen Horowitz et Balaji Srinivasan, et l’année suivante a clôturé une ICO de 42 millions de dollars en moins de 24 heures. 

    Cependant, le mérite ne revient pas entièrement aux universitaires de l’Université Cornell. Avalanche tire son nom d’un mécanisme de consensus proposé par une certaine « Team Rocket » en mai 2018. 

    Quelques heures après la mise en ligne de ce document, Gün Sirer s’en est inspiré et l’a tweeté. Il a ensuite publié avec la Team Rocket une révision de ce modèle de consensus et a décidé de fonder Ava Labs.

    Que serait un projet crypto sans un peu de mystère.

    La solution au trilemme : le consensus

    Avalanche est né avec l’intention de résoudre le trilemme de l’évolutivité de la blockchain, démontrant qu’un système peut être à la fois évolutif et décentralisé, et même sécurisé, sans compromis.

    Tout cela est possible grâce à l’algorithme de consensus créé par la Team Rocket et Gün Sirer appelé Snowball. Snowball combine les principes de Proof-of-Stake avec ceux de Gossip, une méthode de consensus qui s’applique aux DLT qui ne sont pas basés sur des blocs. 

    Dans la pratique, le meilleur des deux grandes familles de protocoles de consensus a été retenu : le consensus classique et le consensus de Nakamoto.

    Le consensus classique a été théorisé dès les années 1970 et exige que chaque participant parvienne à un consensus avec tous les autres participants. Au départ ce système est très rapide et simple, mais au fur et à mesure que le nombre de participants augmente, le mécanisme devient plus complexe et plus lent, il n’est donc pas évolutif.

    Le consensus de Nakamoto, en revanche, nécessite toujours la même durée pour être atteint, quelle que soit la largeur du réseau, or ces durées sont trop longues.

    En 2018, la Team Rocket introduit une troisième famille, la famille Snow, appliquée pour la première fois avec Snowball sur Avalanche. Ce type d’algorithme ne nécessite pas le consentement de chaque participant, mais chaque validateur n’interroge qu’une partie du réseau, choisie au hasard. En simplifiant beaucoup, lorsque la probabilité d’atteindre un large consensus est suffisante, la transaction est finalisée immédiatement.

    Ainsi Avalanche prend la vitesse du consensus classique et de la décentralisation de Nakamoto.

    Cet algorithme de consensus est très complexe, mais le résultat est qu’il permettrait la validation des transactions en moins d’une seconde, de manière sécurisée, décentralisée et flexible. Il permet également de valider plusieurs transactions en parallèle, et est aussi économe en énergie qu’un Proof-of-Stake classique.

    Comment est réalisée la blockchain Avalanche ?

    Le réseau principal de la blockchain Avalanche comporte 3 subnetworks ou sub-chains :

    • X-Chain, l’exchange chain, est utilisée pour créer et échanger des tokens
    • P-Chain, la platform chain, sert à coordonner les validateurs, à créer des subnetworks et des blockchains personnalisées
    • C-Chain, la contract chain, est utilisée pour exécuter des smart contracts

    Grâce à ces blockchains, Avalanche a tout pour plaire : 

    1. Une infrastructure d’échange et de circulation de jetons dans l’écosystème, qui permet la tokenisation d’instruments dérivés.
    2. Une plateforme pour créer tout type de blockchain, qu’elle soit privée, publique ou dont les validateurs doivent avoir des exigences spécifiques, afin de permettre le développement de blockchains même pour les entreprises ou les institutions qui doivent se conformer à des réglementations spécifiques. 
    3. Le protocole de smart contract est l’AVM, Avalanche Virtual Machine, qui permet le développement de NFT, ERC-20 et Dapp en exploitant les transactions instantanées du réseau, ce qui rend les services DeFi ainsi développés particulièrement évolutifs et pratiques.

    Avalanche prend en charge toute l’EVM, l’Ethereum Virtual Machine, et par conséquent tous les langages de programmation, les jetons standards et les types de smart contracts disponibles sur Ethereum.

    Tout développeur Ethereum peut ainsi facilement travailler sur Avalanche et migrer n’importe quel Dapp d’Ethereum vers Avalanche.

    Avalanche

    Qu’est-ce qu’AVAX et comment ça marche ? 

    AVAX est le jeton natif d’Avalanche, utilisé pour payer des commissions, faire du staking et fournir une devise d’échange commune aux différents subnetworks de la plateforme.

    L’offre maximale est de 720 millions de tokens, dont 360 ont été émis dans le bloc de genèse. D’autres devises sont mises en circulation par le biais du staking, tandis que les commissions versées en AVAX sont « brûlées », maintenant ainsi une inflation équilibrée sur le long terme.

    Actuellement, pour participer au réseau en tant que validateurs, tu dois mettre en staking 2 000 AVAX, mais tu peux également déléguer tes tokens à un validateur.

    L’écosystème d’Avalanche

    Considérant son lancement en septembre 2020, de nombreuses Dapps ont été développées sur Avalanche en peu de temps. De nombreuses autres Dapps nées sur Ethereum ont plutôt choisi de se développer également sur Avalanche.

    Son adoption a d’abord été favorisée par le développement du bridge qui reliait la C-Chain d’Avalanche à Ethereum, puis par un programme incitatif appelé Avalanche Rush, dans le but d’attirer les applications DeFi sur sa blockchain.

    Les premiers protocoles à migrer ont été Curve et Aave, d’autres comme SushiSwap, KyberNetwork et Tether ont suivi. 

    Aave, initialement basé sur Ethereum et plus tard sur Polygon (couche 2 d’Ethereum), est également sur Avalanche depuis octobre 2021, sortant ainsi pour la première fois de l’écosystème Ethereum. Curve, en revanche, était déjà disponible sur 5 autres blockchains couche 1 et couche 2.

    Parmi les dapps natives d’Avalanche, citons :

    • Pangolin, un exchange décentralisé basé sur AMM, sur lequel il est également possible de faire du staking et du yield farming.
    • Yield Yak, un agrégateur de DEX sur Avalanche qui permet d’optimiser le yield farming.
    • Trader Joe, un DEX dont le token est JOE.
    • Yay Games, une plateforme de jeu décentralisée, marketplace et permettant le lancement de jeux via IGO (Initial Game Offering).
    • Avalaunch, une plateforme décentralisée pour financer des projets et les aider à créer une communauté.
    • Benqi, une plateforme de lending et bientôt de staking alimentée par le token QI.

    Dans un marché plein de concurrents d’Ethereum, Avalanche se démarque par sa solution au trilemme apparemment insurmontable et un écosystème DeFi en croissance rapide. 

    Soutenu par certains des plus grands investisseurs en crypto, Avalanche semble prêt à aller loin.

    En rapport